Dr. Schavi – L’importance de la mise à la terre

Il y a beaucoup d’informations aujourd’hui sur le processus de « mise à la terre » que beaucoup de gens suggèrent de faire en marchant pieds nus à l’extérieur. Cela nous connecte aux fréquences vibratoires de la Terre/Gaïa et nous maintient ainsi ancrés à notre planète alors qu’elle s’élève et reçoit davantage de lumière.

En revanche, pendant les mois plus froids, ce n’est pas judicieux et ce n’est certainement pas une bonne idée si les gens vivent dans une zone urbaine de béton et peut-être même de déchets jetés sur le sol et non placés dans un réceptacle approprié (ce qui est très irrespectueux pour notre planète).

Certaines personnes suggèrent de serrer un arbre dans ses bras, ce qui est une action merveilleuse car la « conscience » des arbres nous offre le calme, la relaxation et la guérison – des expériences « d’ancrage » nécessaires.

Mise à la terre

Il existe cependant une façon de « s’enraciner » que nous pouvons utiliser toute l’année, quelles que soient les conditions météorologiques, et c’est de porter la substance des arbres – graines et bois – comme malas de prière ou bijoux sacrés.

Parce qu’ils sont la substance des arbres, ils ont l’essence des arbres encodée en eux.

Les arbres ont la capacité d’aller et venir, même dans les vents les plus violents, et leurs racines sont bien ancrées dans le sol.

Faire un câlin à un arbre

Oui, il y a des moments où même les arbres peuvent être déracinés, comme lors de fortes tornades ou d’ouragans. Dans la plupart des cas, cependant, ils restent « désarticulés » de leur lieu de croissance et de maturation, et comme nous le savons, il existe toutes sortes d’arbres : divers arbres à feuilles persistantes, saule, chêne, érable, séquoia, olivier, sassafras, pin, bois de rose, bois de santal, etc.

Certains malas de prière et bijoux sacrés sont composés de plusieurs de ces types d’arbres. Les suivants sont les plus populaires.

GRAINES DE BODDHI

La graine de boddhi est liée à Sri Gautama Buddha, né sous le nom de prince Siddartha.

Il s’interrogeait profondément sur la pauvreté et la maladie dans l’humanité, même si, en tant que membre de la famille royale, il était tenu à l’écart des dures circonstances du lot commun de l’humanité.

Avec l’aide d’un de ses assistants, il a quitté le palais une nuit et a commencé sa recherche de réponses.

Mala en graines de Boddhi

Pour donner un bref aperçu de sa vie en dehors du palais, il a connu de nombreuses épreuves, mais finalement, alors qu’il était assis sous un figuier, l’illumination est arrivée.

Son Soi supérieur l’a guidé pour qu’il réalise comment les niveaux de conscience déterminent les conditions humaines.

Finalement, lorsque les gens passaient près de lui et lui demandaient qui il était (ils ne reconnaissaient pas le prince royal qui portait maintenant des vêtements en lambeaux et était très mince et frêle), sa réponse était « Aham Butasmi » (« Je suis éveillé »).

Il a enseigné l’utilisation des graines de Boddhi (évidemment, les graines de figues ne sont pas propices à l’enfilage en tant que malas). Les graines de Boddhi ne servent pas seulement à compter les récitations d’un mantra. Elles ont des propriétés calmantes et apaisantes, tout comme certaines pierres précieuses, et peuvent être utilisées pour tous les désirs et besoins de la prière. Il est enseigné que les mantras récités avec un mala de graines de Boddhi se multiplient d’innombrables fois dans le royaume éthéré.

Au fil des siècles, des plants du figuier original sous lequel « le Bouddha » s’est assis ont été plantés en divers endroits. L’une des lignées de l’arbre original se trouve à Bodhgaya, en Inde (aujourd’hui connue sous son ancien nom de « Bharata »), lieu de naissance du Bouddha. Son anniversaire est célébré chaque année en mai, à la date de la pleine lune.

CHANDAN ou CHANDANA

Chandan ou Chandana sont les noms sanskrits de ce que l’on appelle communément le bois de santal.

Ce bois délicieusement parfumé est calmant, équilibre les hormones, abaisse la tension artérielle, renforce le système immunitaire, équilibre tous les chakras, crée un sentiment de réconfort, aide à obtenir un sommeil réparateur la nuit, et l’huile qui est dérivée de la racine de l’arbre a les mêmes propriétés que le bois lui-même, et elle lisse et hydrate également la peau du visage.

Chandan – Bois de santal
Cintamani Rudraska Boddhi Turquoise

Le Rudraksha provient d’un fruit bleu ressemblant à une prune. Ses graines sont rondes avec des crêtes appelées « murkies », (« visages »), et chaque « murki » a une mission spécifique en fonction du nombre d’entre eux trouvés sur une graine. Le RUDRAKSHA a beaucoup de propriétés similaires à celles du SANTAL.

L’histoire ancienne de leur formation raconte que SHIVA – le troisième de la trinité divine originelle qui comprend BRAHMA (l' »Expandeur ») et NARAYANA (également connu sous le nom de « VISHNU » – le « Soutien ») était assis en méditation et s’est mis à pleurer en réalisant tous les défis qui assailliraient l’humanité à travers les âges.

Ses larmes sont devenues les graines de RUDRAKSHA. Le mot RUDRAKSHA se traduit par « Larmes de Shiva ». Son nom, Shiva, a été traduit par « Destructeur », mais la traduction la plus exacte est « Transformateur ».

Cet aspect de l’ABSOLU DIVIN – LA TOUTE-SOURCE – est également considéré comme le premier « Yogi » (« Celui qui est unifié » [connecté au TOUT]). Le terme « yoga » se traduit par « union divine » et comporte de nombreux types de pratiques, telles que « Jnana » (étude intellectuelle), « Mantra » (récitation de sons sacrés selon la procédure du « jappa » ou « répétition cohérente »), « Karma » (actions qui conduisent à certains résultats ; il existe un bon et un mauvais karma), « Hatha » (activités liées au mode de vie qui comprennent également l’exécution d' »asanas » ou « postures », c’est-à-dire d’exercices particuliers), « Dhyana » (activités liées au mode de vie qui comprennent également l’exécution d' »asanas » ou « postures », c’est-à-dire d’exercices particuliers), et « Hatha » (activités liées au mode de vie qui comprennent également l’exécution d' »asanas » ou « postures », c’est-à-dire d’exercices particuliers), exercices particuliers), « Dhyana » (« Méditation »), « Brahma » (« Dévotionnel »), etc. Il y en a beaucoup d’autres. Les graines de RUDRAKSHA ont été étudiées scientifiquement à l’époque moderne, et l’un des principaux chercheurs est le Dr Rubhas Roi.

AMBRE

Les perles d’ambre (il existe un article complet sur l’ambre) sont fabriquées à partir d’un ancien type d’arbre ressemblant à un pin, il y a des millions d’années, dont la résine liquide a suinté (emprisonnant parfois des insectes à l’intérieur), et qui a fini par se retrouver dans les océans et les mers, s’est échoué sur le rivage et a durci après des millions d’années.

L’AMBRE est une autre substance calmante et anti-stress, elle renforce le système immunitaire, donne de l’énergie et de la vitalité, élimine les douleurs et a de nombreuses autres propriétés (encore une fois, veuillez vous référer à l’article écrit précédemment).

Ambre baltique pur et turquoise

Elle se présente naturellement dans une variété de colorations. Sa principale substance curative est « l’acide succinique » qui pénètre dans nos pores et nos cellules sous l’effet de la chaleur de notre vaisseau physique.

Comme nous l’avons déjà mentionné, les graines et les bois des arbres contiennent l’essence de la « conscience » ou de la « force vitale » de l’arbre en question.

S’ils sont utilisés comme malas de prière, ils doivent être nettoyés en les faisant passer quelques instants dans la fumée d’un encens tel que l’ambre, l’encens, le santal ou le sorig tibétain.

Il n’est pas conseillé de les nettoyer à l’eau car les graines ou les bois pourraient se fissurer s’ils étaient immergés trop longtemps dans l’eau.

Certains fidèles ne lavent effectivement les malas en graines et en bois dans l’eau que pendant quelques instants lorsqu’ils les obtiennent pour la première fois.

Si de l’eau est utilisée, les graines ou les bois doivent être immédiatement séchés avec une serviette propre. Après l’encensement (ou la méthode rapide de nettoyage à l’eau), ils doivent être placés à la lumière du soleil pendant environ une heure.

Ils sont maintenant prêts à être bénis et utilisés pour la prière et la méditation. De nombreux autres chemins du monde utilisent des perles de prière.

Par exemple, les catholiques les appellent des « chapelets ». Les musulmans les appellent « perles de dhikr ».

Les premiers chapelets de prière ont été utilisés par les anciennes civilisations de Kemet (Égypte) et de Bharata (Inde).

Certains ont été découverts dans les ruines de Kemet qui ont plus de 40 000 ans. Certains malas de prière sont liés à des guides spirituels spécifiques tels que Bouddha (graine de Boddhi), Yeshoua (olive), Krishna (bois de santal), etc. En réalité, tout mala de prière peut être utilisé pour s’aligner avec n’importe quel aspect de la SOURCE.

Dans le SANATANA DHARMA (la « voie éternelle » [appelée à tort « hindouisme »]), il existe deux façons de vénérer l’ABSOLU DIVIN :

Boddhisattva avec Cintamanis

1.) « Saguna » (« Avec forme ») par lequel des « murties » particulières (représentations d’un aspect de la SOURCE avec une image ou une statue) et

2.) « Nirguna » (« Sans Forme »).

Ainsi, cette voie n’est pas du « polythéisme » (culte des « dieux » et des « déesses ») comme elle a été accusée ou jugée comme telle.

Les catholiques ont d’énormes statues de saints dans les églises.

Les musulmans font référence à de nombreux « attributs » d’ALLAH, mais ils n’en dépeignent pas les aspects.

Par conséquent, ils adorent le DIVIN avec le processus de « Nirguna ».

Lorsque l’humanité cessera de critiquer la manière dont nous vénérons tous la SOURCE, nous serons mieux à même de nous rassembler en tant que « lumières » de la LUMIÈRE.

Lorsque des éruptions solaires, des vents solaires, des éjections de masse coronale, des comètes étincelantes, etc. – toutes les fréquences cosmiques dont on parle constamment – s’abattent sur notre planète, ces forces cosmiques ne recherchent pas des groupes spirituels ou religieux spécifiques pour leur envoyer leurs fréquences ; tout le monde est soumis à l’énergie cosmique ! Qu’une personne prie en disant « Oh, Mère Divine » ou « Oh, Allah », ou « Oh, Jésus », ou « Oh, Krishna », ou « Oh. Dieu Mère/Père », etc., une SOURCE INFINIE est à l’écoute.

Le Grand Soleil Central qui dirige toute la dynamique cosmique, est au bénéfice de toute la création.

Énergie solaire centrale

« L’ancrage » est fortement conseillé avec les fréquences cosmiques accrues actuelles.

Non seulement la « force vitale » des arbres peut nous guérir et nous protéger, mais nous pouvons être ancrés à eux et à la Terre/Gaia par leurs bénédictions.

Rappelez-vous cette phrase tirée d’une célèbre œuvre littéraire : « Je pense que je ne verrai jamais un poème aussi beau qu’un arbre » (écrit par Joyce Kilmer en 1913 alors qu’elle regardait, depuis la fenêtre de sa chambre, les couleurs d’automne des arbres du New Jersey aux États-Unis / extrait du livre de l’auteur TREES AND OTHER POEMS publié en 1914).

Le deuxième vers du poème est le suivant : « Un arbre qui regarde Dieu toute la journée et qui lève ses bras feuillus pour prier ». Il s’agit d’une merveilleuse référence aux arbres en tant qu’adorateurs de la SOURCE.

Joignons-nous à eux pour les vénérer, car ils nous « ancrent » en nous gardant en bonne santé, en nous protégeant et en apaisant notre système nerveux. Alors, allez-y. Embrassez un arbre ou portez son essence comme perles de prière ou bijoux sacrés.

Les arbres semblent en effet prononcer AUM SHANTI SHANTI SHANTI SHANTI ! (« Oh, Divine Paix Paix Paix Paix ») !


Retrouvez-moi sur Odysee, Telegram et GETTR