Étude de Johns Hopkins : Les mesures de confinement n’ont pas permis de sauver des vies et ont causé des dommages considérables

Selon une étude de l’Université Johns Hopkins, les mesures de confinement n’ont pas permis de sauver la moindre vie et ont causé d’énormes dommages. Ce rapport est le plus récent d’une longue série de condamnations du confinement.

Les mesures de confinement des COVID-19 n’ont pas permis de sauver des vies, selon les recherches les plus approfondies jamais publiées par l’un des instituts médicaux les plus respectés au monde.

L’article intitulé « A Literature Review and Meta-Analysis of the Effects of Lockdowns on Covid-19 Mortality« , coécrit par Jonas Herby du Centre d’études politiques du Danemark, Lars Jonung de l’Université de Lund en Suède et Steve Hanke de Johns Hopkins, a récemment été publié dans la revue Studies in Applied Economics de l’Université Johns Hopkins. Il s’agit d’une méta-analyse de 24 études (sélectionnées parmi plus de 18 000) qui ont examiné dans quelle mesure les contraintes de mobilité et d’activité étaient bénéfiques pour réduire la mortalité liée à la COVID.

« Si cette méta-analyse conclut que les mesures de confinement ont eu peu ou pas d’effets sur la santé publique, ils ont imposé des coûts économiques et sociaux énormes là où ils ont été adoptés », concluent les auteurs. « En conséquence, les politiques de confinement sont mal fondées et devraient être rejetées en tant qu’instrument de politique pandémique. »

Selon Joakim Book, qui a examiné la méta-analyse pour l’Institut Brownstone, les auteurs ont évité à la fois les écueils des recherches antérieures en faveur du verrouillage, comme « forcer les données à correspondre à un certain modèle » pour un résultat prédéfini, et les dangers des compilations antérieures contre le verrouillage, comme « amasser des preuves confirmant une certaine hypothèse plutôt que d’examiner de manière exhaustive comment l’ensemble des études se mesurent ».

« Le meilleur argument que nous puissions avancer pour les mesures de confinement est que l’impact mineur qu’ils ont pu avoir en évitant temporairement des décès, ne vaut pas les tracas, la douleur, le bouleversement sociétal, la misère et la souffrance humaine qui les ont accompagnés », conclut Book. « Est-ce que quelqu’un de responsable va un jour admettre cette erreur politique ? ».

Le rapport est le plus récent d’une longue série de condamnations des mesures d’enfermement. En avril 2021, Douglas Allen, professeur d’économie à l’université Simon Fraser, a rédigé une étude selon laquelle, bien que les mesures de confinement aient permis de sauver 22 333 années de vie perdues, elles ont également provoqué 6,3 millions d’années de vie perdues, ce qui rend les dommages nets à long terme de la politique 282 fois pires que ses avantages, en raison du coût cumulatif des soins annulés ou reportés pour d’autres problèmes médicaux, ainsi que de la détresse mentale liée à la perte d’un être cher.

En octobre, Marine Baudin, Jérémie Mercier et Denis Rancourt ont publié une étude qui attribue la plupart des victimes du COVID aux États-Unis au « stress psychologique chronique persistant induit par les transformations sociétales et économiques de longue durée imposées par le gouvernement pendant la période du COVID [qui] ont transformé les facteurs de risque sociétaux (pauvreté), de santé publique (obésité) et de climat chaud existants en agents mortels ».

Selon l’étude, de nombreux « décès attribués au COVID-19 pourraient être des décès dus à une pneumonie bactérienne mal diagnostiquée » et « la campagne de vaccination massive… n’a pas eu d’effet atténuant détectable et a peut-être contribué à rendre la population plus jeune plus vulnérable », peut-être en inspirant un comportement extrêmement risqué par des perceptions exagérées de l’efficacité du vaccin.

Récemment, des membres éminents de la bureaucratie fédérale de la santé qui s’étaient auparavant fait les champions des réponses « dévastatrices » aux opposants au confinement ont également fait marche arrière avec leurs prescriptions plus restrictives, faisant référence à la variante omicron, à l’accessibilité des vaccins et parfois même au pragmatisme politique pour justifier leur changement au lieu de reconnaître toute erreur dans leurs positions antérieures.

Reférence : GreatGameIndia.com


Retrouvez-moi sur Odysee, Telegram et GETTRCe contenu ainsi que les informations et les opinions qui y sont exprimées sont ceux de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement mon opinion.