Il est temps de faire attention : 5 points prouvant que la crise de l’inflation en Amérique va s’aggraver.

Si vous avez moins de 40 ans, vous n’avez jamais vu une telle inflation aux États-Unis. Malgré tous les avertissements, nos politiciens à Washington ont continué à emprunter et à dépenser des milliers de milliards de dollars que nous n’avions pas. Et malgré tous les avertissements, la Réserve fédérale a continué à injecter des milliers de milliards de dollars frais dans le système financier.

Nous avons maintenant un énorme gâchis sur les bras, et toute personne qui croit que cela va être facilement réparé est tout simplement illusoire.

Bien sûr, la plupart des Américains n’allaient pas commencer à prêter attention à tout cela jusqu’à ce que cela commence à les affecter personnellement. Maintenant, cela nous affecte tous personnellement, et des millions de personnes sont de plus en plus frustrées par l’état actuel des choses.

Malheureusement, cette crise semble n’en être qu’à ses débuts. Voici 5 chiffres qui indiquent que la crise de l’inflation aux États-Unis continue de s’aggraver :

1 L’indice des prix à la production a augmenté à un taux de 9,7 % au cours des 12 derniers mois. Selon CNBC, c’est proche d’un tout nouveau record :

« L’indice des prix à la production, qui mesure la demande finale de biens et de services, a augmenté de 1% pour le mois, alors que l’estimation de Dow Jones était de 0,5%. Au cours des 12 derniers mois, la jauge a augmenté de 9,7 % en données non ajustées, ce qui est proche d’un record dans les données remontant à 2010. »

La semaine dernière, nous avons appris que l’indice des prix à la consommation avait augmenté de 7,5 % au cours des 12 derniers mois. Bien sûr, si l’indice des prix à la consommation était toujours calculé de la même manière qu’en 1980, le chiffre réel serait plus du double du chiffre officiel qui vient de nous être communiqué.

2 Les prix des camions-remorques en janvier 2022 étaient supérieurs de 29,6 % à ceux de janvier 2021 :

« Une pénurie de pièces et de main-d’œuvre a fait exploser les prix des remorques de camions. Les prix des remorques de camions ont augmenté de 3,1 % en janvier, selon les données du ministère du Travail publiées mardi. Cette hausse fait suite à une augmentation de 3,8 % en décembre. Par rapport à il y a 12 mois, les prix des remorques ont augmenté de 29,6 %, ce qui constitue de loin la plus forte hausse annuelle enregistrée depuis 1980. »

3 Le Bureau américain des statistiques du travail nous apprend que le prix des véhicules d’occasion a connu une hausse stupéfiante de 40,5 % entre janvier 2021 et janvier 2022 :

« Selon les données publiées jeudi par le Bureau américain des statistiques du travail, l’indice des prix à la consommation des voitures et camions d’occasion a bondi de 40,5 % de janvier 2021 à janvier 2022. Cela signifie qu’en un an, le prix moyen des voitures et camions d’occasion pour les consommateurs urbains a augmenté de 40,5 %. »

4 Vous avez peut-être remarqué que vous payez beaucoup plus cher à la pompe ces jours-ci. Si vous pouvez le croire, le prix de l’essence a en fait augmenté de 40,8 % depuis que Joe Biden est entré à la Maison Blanche :

« Entre janvier 2021 et janvier 2022 – la première année du mandat du président Joe Biden – le prix de l’essence sans plomb a augmenté de 40,8 %, selon le Bureau of Labor Statistics. »

5 Le prix du bois a de nouveau connu une véritable flambée. Selon la National Association of Home Builders, cette dernière hausse a « ajouté plus de 18 600 dollars au prix d’une maison nouvellement construite » :

« Cela augmente le coût de la construction d’une nouvelle maison et de la rénovation d’une ancienne. La National Association of Home Builders estime que la récente hausse des prix a ajouté plus de 18 600 dollars au prix d’une maison nouvellement construite. Elle a également ajouté près de 7 300 dollars au coût de la nouvelle maison multifamiliale moyenne, ce qui se traduit par des ménages payant 67 dollars de plus par mois pour louer un nouvel appartement. »

Ouch.

Je ne voudrais certainement pas essayer de construire une nouvelle maison dans cet environnement.

La pression s’est accrue sur la Réserve fédérale pour qu’elle agisse, et on prévoit que les « génies » de la Réserve fédérale pourraient augmenter les taux d’intérêt de 50 points de base le mois prochain…

« La forte hausse de l’inflation a conduit les marchés financiers à considérer qu’il y a plus de chances qu’une hausse de 50 points de base des taux d’intérêt de la Réserve fédérale le mois prochain. L’inflation dépasse largement l’objectif de 2 % de la banque centrale américaine. Les économistes prévoient jusqu’à sept hausses de taux cette année. »

Tout récemment, un lecteur m’a envoyé un courriel dans lequel il soulignait que nous ne devrions pas avoir un système dans lequel un groupe de bureaucrates non élus se réunit et détermine ce que seront nos taux d’intérêt.

Et il a tout à fait raison.

Dans un système de marché libre, les taux d’intérêt seraient déterminés par le marché libre.

Mais nous n’avons plus de système de marché libre.

En fait, nous n’en avons plus depuis longtemps.

Bien sûr, quand il s’agit de l’économie, le type à la Maison Blanche va recevoir plus de crédit ou plus de blâme pour ce qui se passe que n’importe qui d’autre.

Et un tout nouveau sondage qui vient d’être publié montre que la cote de popularité de Joe Biden n’est que de 34% :

« La cote d’approbation du président à l’échelle nationale se situe autour de 40 %, selon plusieurs moyennes de suivi, mais un nouveau sondage CIVIQS la situe à 34 % auprès des 165 786 personnes interrogées. »

C’est un chiffre choquant, et ce qui devrait alarmer encore plus les démocrates, c’est la façon dont les chiffres de Biden sont mauvais dans les États les plus importants :

« Les États de la Géorgie, de l’Arizona, de la Pennsylvanie, du Michigan et du Wisconsin ont tous voté bleu de justesse lors de l’élection de 2020, mais le nouveau sondage montre que leur approbation de Biden se situe dans les 30 pour cent.

L’Arizona a la plus grande division avec 32 % d’approbation et 61 % de désapprobation. La Géorgie arrive en deuxième position avec 31 % d’approbation et 59 % de désapprobation, la Pennsylvanie avec 36 % et 57 %, le Michigan avec 33 % et 59 %, et le Wisconsin avec 36 % d’approbation et 56 % de désapprobation de Biden. »

Malheureusement, Biden ne va pas démissionner, même si ses chiffres sont bas.

Cela signifie que nous allons avoir au moins trois années supplémentaires de Joe Biden ou Kamala Harris à la tête du pays.

Nous ne devons donc pas nous attendre à des changements politiques spectaculaires de la part de Washington.

Et les « génies » de la Fed vont sans aucun doute trouver encore plus de moyens de tout gâcher. Ce sont eux qui, plus que quiconque, sont responsables de nous avoir mis dans ce pétrin, et maintenant de nombreux Américains espèrent désespérément qu’ils pourront nous en sortir.

Si vous attendez qu’ils réparent l’économie, vous allez attendre très, très longtemps.

Cela fait des années que je préviens que les décisions qui sont prises auront de graves conséquences, et maintenant ces conséquences ont commencé à arriver.

Nous sommes sur la voie de la ruine nationale, et ceux qui dirigent les choses sont encore plus aveugles que ceux qu’ils sont censés diriger.

Par Michael Snyder, Rédacteur invité


Retrouvez-moi sur Odysee, Telegram et GETTRCe contenu ainsi que les informations et les opinions qui y sont exprimées sont ceux de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement mon opinion.