Jeffrey Epstein s’est rendu 17 fois à la Maison Blanche de Clinton

Des documents récemment obtenus montrent que le pédophile Jeffrey Epstein s’est rendu à la Maison Blanche des Clinton à 17 reprises, dont deux fois dans la même journée à trois occasions différentes.

« Epstein, qui est décédé en 2019, a rendu visite à Bill Clinton au manoir exécutif sur une période de trois ans, la première invitation ayant eu lieu juste un mois après son investiture en janvier 1993 », rapporte le Daily Mail.

« Les journaux montrent que le défunt financier s’est présenté 14 jours distincts, faisant même deux visites en une seule journée à trois occasions différentes. »

Les documents détaillent comment Epstein se rendait spécifiquement dans l’aile ouest, rendant presque certaine sa rencontre avec le président Clinton.

Les invitations d’Epstein ont été envoyées par « les plus hauts conseillers et assistants de Clinton », y compris un qui a plus tard occupé le poste de secrétaire au Trésor, montrent les journaux.

Le premier témoin du procès de Ghislaine Maxwell, Lawrence Paul Visoski Jr, a déclaré lors de son témoignage cette semaine qu’il avait vu Clinton à plusieurs reprises dans le fameux jet privé « Lolita Express » d’Epstein.

Des photos apparues en janvier 2020 montrent Clinton posant avec la proxénète présumée Ghislaine Maxwell et une autre avec l’esclave sexuelle Chauntae Davies.

D’autres images ont été publiées montrant Clinton profitant d’un massage du dos de Davies lors d’un voyage humanitaire avec Epstein en Afrique en septembre 2002.

Les archives montrent que Clinton a effectué au moins 26 voyages à bord du « Lolita Express », abandonnant les services secrets pour cinq d’entre eux.

Clinton nie avoir jamais visité la tristement célèbre « île aux pédophiles » d’Epstein, mais le documentaire de Netflix Jeffrey Epstein : Filthy Rich de Netflix « comprend une interview d’un employé de longue date de l’île affirmant qu’il y a vu l’ancien président ».

Source


Retrouvez-moi sur Telegram, GETTR et TikTokCe contenu ainsi que les informations et les opinions qui y sont exprimées sont ceux de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement mon opinion.