La fausse science et la normalisation de la pédophilie – USA Today prétend que la science prouve que la pédophilie est « déterminée dans l’utérus ».

USA Today s’est empressé de supprimer une série de tweets qui, selon les critiques, équivalaient à une normalisation de la pédophilie après que le journal ait cité la « science » pour affirmer que la pédophilie était « déterminée dans l’utérus ».

Eh bien, c’est gênant.

Le tweet qui a causé la plupart des réactions négatives affirme :

« Au cours des dernières décennies, la science sur la pédophilie s’est améliorée. L’une des découvertes les plus significatives est que la pédophilie est probablement déterminée dans l’utérus, bien que des facteurs environnementaux puissent influencer le fait qu’une personne agisse sur une envie d’abuser. »

Quelques heures plus tard, l’ensemble du fil de discussion a été supprimé et un nouveau tweet a été posté :

« Un fil de discussion précédent n’incluait pas toutes les informations et l’histoire sur laquelle il était écrit est derrière un paywall. Nous avons pris la décision de supprimer le fil de discussion ».

Heureusement, Internet est éternel, et les gens avaient déjà sauvegardé des captures d’écran du fil de discussion original.

Le fil de discussion et l’article originaux évoquaient un « malentendu » sur ce qu’est un pédophile et le fait que « tous les pédophiles n’abusent pas des enfants ».

Le fil sympathise avec les pédos en les déchargeant de la responsabilité de leurs actes.

« Les pédophiles peuvent ne pas avoir le contrôle sur le fait qu’ils sont attirés par les enfants », disait le tweet original, qui appelait à plus de traitement et de « thérapie ».

« Les preuves suggèrent que c’est inné, neurologique », selon le « chercheur sur le sexe » et « expert en pédophilie » James Canton.

Cela contredit commodément d’autres preuves qui suggèrent que la pédophilie et d’autres modes de vie sexuels aberrants sont en fait causés par la maltraitance des enfants.

La normalisation de la pédophilie est depuis longtemps un objectif de l’establishment du divertissement et des médias, comme l’indique clairement la ruée massive pour défendre le film Cuties de 2020, qui était essentiellement du porno soft pour nonces.

S’ils parviennent à réorganiser socialement les gens pour qu’ils adoptent le relativisme moral à un point tel que la pédophilie devient acceptable, ils peuvent alors légitimer littéralement n’importe quoi.

En attendant, je pense que beaucoup de gens seraient d’accord pour dire que USA Today a besoin de faire vérifier ses disques durs.

Par Paul Joseph Watson, Rédacteur invité


Retrouvez-moi sur Odysee, Telegram et GETTRCe contenu ainsi que les informations et les opinions qui y sont exprimées sont ceux de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement mon opinion.