La Fed invente des choses au fur et à mesure qu’elle avance

La Réserve fédérale aimerait que vous pensiez qu’elle guide scientifiquement l’économie par une politique monétaire soigneusement calculée. La vérité est que la Fed invente des choses au fur et à mesure.

Comme l’a noté Ryan McMaken, rédacteur en chef du Mises Institute, dans un article récent, le président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, a admis que la banque centrale ne sait pas ce qu’elle fera en 2023. Et si l’on regarde le chemin sinueux que nous avons suivi ces dernières années, il devrait être clair qu’elle n’a pas eu la moindre idée pendant tout ce temps.

Comme l’a dit Peter Schiff dans un récent podcast, la Fed est inconsciente.

Ils pensent toujours que nous avons une économie robuste. Ils pensent encore que l’inflation peut être maîtrisée et que tout va bien se passer. Ils sont complètement inconscients du désastre qu’ils ont créé, de la même manière qu’ils étaient complètement inconscients de la crise financière de 2008, même à l’été 2008, alors que la crise était à portée de main. Ils ne se doutent pas que ce qu’ils ont sous les yeux n’est que la mère de toutes les bulles.”

Lors de la réunion du FOMC de décembre, la Fed a légèrement ralenti sa course, augmentant les taux de 50 points de base. Le taux des fonds fédéraux a ainsi atteint 4,5 %. La dernière fois que les taux ont été aussi élevés, c’était en 2007.

Bien que le rythme des hausses de taux semble ralentir, M. Powell a conservé un ton belliciste, déclarant : “Mon opinion et celle de mes collègues est que cela prendra un certain temps. Nous avons un long chemin à parcourir pour revenir à la stabilité des prix.”

Mais McMaken a soulevé une question poignante : que signifie exactement “un long chemin à parcourir” ? C’est une question plutôt subjective. Mais nous pouvons avoir une idée de ce que pense la Fed en consultant son résumé des projections économiques. McMaken le résume.

La plupart des membres du comité pensent que le taux directeur cible atteindra un pic à 5,5 % ou moins en 2023, puis retombera en dessous de 5 % en 2024. En d’autres termes, la plupart des membres du FOMC estiment que seules deux hausses supplémentaires de 50 points de base seront “nécessaires” – tout au plus – et que le FOMC recommencera ensuite à réduire le taux cible à la mi-2023. Ainsi, si le ton de Powell était indubitablement hawkish, le Comité a donné de nombreuses raisons d’envisager un retour à l’assouplissement de la Fed dans quelques mois seulement.”

Beaucoup de gens dans le courant dominant n’achètent pas ce que la Fed vend. Un économiste a déclaré à Bloomberg que “le marché ne croit pas à la position de plus en plus belliqueuse de la Fed selon laquelle elle va augmenter les taux à un niveau plus élevé que prévu et les maintenir à ce niveau”.

Le marché pense clairement que l’inflation va suivre une trajectoire beaucoup plus souhaitable que celle prévue par la Fed.”

Le scepticisme du marché repose sur l’anticipation croissante d’une récession. La plupart des gens ne croient pas que la banque centrale va continuer à augmenter les taux alors que l’économie s’effondre. Il s’agit d’une position rationnelle étant donné que la Fed s’est toujours précipitée pour soutenir une économie en déclin. Pourquoi devrions-nous nous attendre à quelque chose de différent cette fois-ci ?

Powell ne cesse d’évoquer un marché du travail “solide” pour justifier son point de vue selon lequel un atterrissage en douceur est encore possible. Bien entendu, lorsque l’on examine les données plus en profondeur, il apparaît clairement que le marché du travail est loin d’être aussi robuste que ce qui est annoncé. Les chiffres officiels de l’emploi ne correspondent tout simplement pas à la réalité.

Et comme l’a souligné McMaken, l’emploi est un indicateur retardé.

Mais il n’y a aucune raison de s’attendre à une hausse du chômage dans la phase initiale d’un cycle de resserrement de la Fed. L’histoire montre que la hausse du chômage a tendance à se produire plusieurs mois après que la Fed ait mis fin à son cycle de resserrement et soit revenue à un cycle d’assouplissement. Nous pouvons le constater dans les délais entre le pic des taux des fed funds et le pic des taux de chômage. Par exemple, au cours de la période qui a précédé la récession du début des années 1990, le taux des fonds fédéraux a recommencé à baisser en juin 1989. Mais le chômage n’a pas atteint son pic avant l’été 1992. De même, le taux des fonds fédéraux a commencé à baisser à la fin de l’année 2000, mais le chômage n’a atteint son pic qu’à l’été 2003, lors de l’éclatement de la bulle Internet.”

Malgré son attitude assurée, M. Powell a admis qu’il ne savait pas si l’économie allait plonger dans une récession ou non.

Je pense que personne ne sait si nous allons avoir une récession ou non, et si oui, si elle sera profonde ou non. Il est impossible de le savoir.”

C’était un moment d’honnêteté plutôt surprenant de la part d’une personne qui est payée pour nous faire croire qu’elle a tout sous contrôle.

Comme l’a dit McMaken, la Fed est en fait en train d’improviser quand il s’agit de savoir ce qu’elle va faire ensuite. Et en fait, la Fed n’a jamais cessé d’improviser.

Au cours des derniers mois, le FOMC a supprimé les prévisions, car il a dû se rendre à l’évidence : il s’était trompé sur l’inflation “transitoire” et sur la capacité de la Fed à stopper l’inflation avant qu’elle ne commence. La Fed avait promis pendant des mois qu’elle avait un plan secret qui ferait en sorte que tout se passe bien. Mais aujourd’hui, la Fed n’essaie même plus de maintenir la prétention qu’elle a la situation bien en main. Ainsi, la conférence de presse de mercredi n’a pas donné lieu à toutes les déclarations rassurantes sur l’absence de récession à l’horizon et sur la manière dont la Fed guiderait tout vers une fin favorable. Au lieu de cela, Powell a dit des choses comme “Je ne sais pas ce que nous ferons [lors de la prochaine réunion]” et “Je ne pense pas que quiconque sache si nous allons avoir une récession ou non”. Il a même dit à un moment donné ‘c’est le mieux que nous puissions faire'”.

Si c’est le mieux que nous puissions faire, eh bien, zut !

Schiff Gold

Ce contenu ainsi que les informations et les opinions qui y sont exprimées sont ceux de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement mon opinion.

A propos de Giuseppe 18481 Articles
L'amour inconditionnel comme but ultime !