La glace de mer arctique est désormais inférieure de 3 % à sa moyenne sur 30 ans.

Selon le dernier rapport du programme d’observation de la Terre de l’UE, la glace de mer de l’Arctique n’est que de 3 % inférieure à sa moyenne sur 30 ans. Oups, échec du narratif !

Chris Morrison, rédacteur environnemental du Daily Sceptic, explique les données :

La ligne rouge sur le graphique de gauche représente le record de 2021 et on peut voir qu’il s’agit d’une amélioration par rapport aux dernières années. Les écarts par rapport à la moyenne en mars et en septembre, illustrés à droite, ont tous deux diminué au cours des dernières années.

Bien sûr, en termes historiques et géologiques, ces changements sont insignifiants, mais ils sont susceptibles de mettre un frein au ton généralement hystérique sur la météo polaire que l’on rencontre dans la plupart des débats sur le changement climatique. Ce ton a été donné en 2009 lorsque l’ancien vice-président américain Al Gore a déclaré qu’il y avait de fortes chances que le pôle Nord soit libéré de sa glace d’été d’ici 2013.

En ce qui concerne le catastrophisme climatique, l’Arctique est le cadeau qui continue à donner. Discutant d’un projet farfelu visant à « sauver la glace de l’Arctique » en la saupoudrant de verre, le site Future Planet de la BBC a noté en 2020 que la région se trouvait dans une « boucle de rétroaction autodestructrice ». Une grande partie de la glace serait en train de « disparaître rapidement ».

Morrison poursuit en montrant comment la glace de mer arctique a augmenté et diminué pendant des centaines d’années d’archives historiques et bien avant que l’homme ne commence à émettre du dioxyde de carbone à un degré significatif.

Comme nous l’avons souligné l’année dernière, l’un des auteurs du rapport du GIEC des Nations unies, qui s’est concentré sur les conséquences « extrêmes » du réchauffement climatique d’origine humaine, s’est félicité du fait que « les gens commencent à avoir peur » du changement climatique et que cela « affectera leur vote ».

Cependant, les prophéties apocalyptiques sur le changement climatique se sont révélées spectaculairement fausses à maintes reprises.

Selon un rapport publié en 2004, le changement climatique provoqué par l’homme entraînerait des « millions » de morts, l’engloutissement de grandes villes européennes, une guerre nucléaire et des émeutes écologiques mondiales… tout cela d’ici 2020.

Ça n’est jamais arrivé.

Rappelez-vous les gars, il ne reste que 5 jours avant que le Royaume-Uni soit « plongé dans un climat sibérien ». De la part des mêmes personnes dignes de confiance qui vous ont donné la famine massive de l’humanité dans les années 80, des étés arctiques « sans glace » en 2013 et Greta Thunberg. Vous pouvez leur faire confiance.

Article connexe : Les 10 prédictions d’Al Gore sur le réchauffement climatique, 16 ans plus tard – Aucune ne s’est produite !

Comme nous l’avons souligné en janvier 2020, le parc national des Glaciers du Montana a été contraint de retirer tous les panneaux indiquant que « les glaciers auront tous disparu d’ici 2020 », après que le scénario catastrophe ne se soit pas produit.

Les soi-disant « experts du climat » se sont trompés à maintes reprises sur absolument tout, de la prédiction de Paul Ehrlich de millions de morts par famine dans les années 80 à l’affirmation absurde d’Al Gore selon laquelle l’Arctique aurait des étés « sans glace » d’ici 2013.

À la fin des années 70, les experts climatiques ont dit qu’une nouvelle ère glaciaire était en train de se produire. Cela ne s’est pas produit.

Rien de tout cela n’arrive jamais, et pourtant les mêmes « experts » bénéficient toujours de plateformes et de financements importants pour insister sur la réduction de notre niveau de vie, tandis que les voix dissidentes sont réduites au silence par décret gouvernemental, par la censure des grandes entreprises et par les algorithmes des médias sociaux.

Référence : Summit.news


Retrouvez-moi sur Odysee, Telegram et GETTRCe contenu ainsi que les informations et les opinions qui y sont exprimées sont ceux de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement mon opinion.