La Nouvelle-Zélande abandonne presque toutes les restrictions du COVID

Nous avons beaucoup écrit sur la folie pure de la réponse à la pandémie mondiale de COVID-19 au cours des deux dernières années ; cependant, rien n’illustre mieux la folie du COVID que ce que fait la Nouvelle-Zélande en ce moment.

♦ Fin mars 2020, la Nouvelle-Zélande a enregistré 5 cas d’infection au COVID-19 et a immédiatement tout fermé, verrouillé les frontières et les citoyens, et institué les restrictions les plus sévères sur les citoyens autrefois libres dans l’histoire mondiale. [Et de retour en 2020, ils ont mis la ville d’Auckland en confinement complet après que seulement 3 cas aient été enregistrés].

♦ Fin mars 2022, la Nouvelle-Zélande enregistre 20 000 cas d’infection par le COVID-19 (hier), et annonce qu’elle abandonne presque toutes les restrictions liées au COVID, supprime les mandats de vaccination et élimine les passeports COVID.

Rien ne crie plus fort « escroquerie » que le comportement du gouvernement lui-même dans cet exemple.

Le COVID-19 a-t-il jamais été plus préoccupant qu’une grippe sévère, qui a ensuite été militarisée par le gouvernement pour induire une peur globale et déclencher une psychose de formation de masse comme porte d’entrée d’un nouveau modèle de société ?

Cette question appartient aux livres d’histoire. Cependant, le changement du paysage politique, combiné au résultat de la Floride, semble détenir les réponses. (…)

N’oubliez pas que cette annonce a lieu au moment même où les infections au COVID-19 sont plus élevées que jamais dans l’histoire des Kiwis.

Vous ne parviendrez jamais à convaincre les masses de gens qu’ils ont été victimes de l’hystérie mondiale la plus répandue de l’histoire moderne.

En effet, ce serait un effort futile de le faire, tout comme il serait futile d’essayer d’arrêter les personnes qui ont désespérément soif de leur quatrième, cinquième ou autre piqûre de rappel.

Les gens se définissent maintenant eux-mêmes et définissent les autres par leur comportement pendant la peur de la pandémie de ces deux dernières années. Ce serait un exercice futile que d’essayer de convaincre qui que ce soit ; en fait, ce serait épuisant et inutile.

Cependant, pour quiconque est capable d’observer intellectuellement le paysage, il est impossible de ne pas se poser des questions sérieuses et fondées sur les statistiques de la pandémie de COVID-19 – lorsqu’on les compare à deux années ordinaires de forte saison grippale dans l’hémisphère nord et dans l’hémisphère sud.

L’une des principales informations, dans toute cette chronologie de la peur du COVID, est la différence entre la façon dont les dirigeants des gouvernements occidentaux ont parlé publiquement des règles, règlements, mandats et restrictions, et la façon dont ils ont agi personnellement en privé lorsqu’ils ne savaient pas qu’ils étaient surveillés.

Et maintenant, nous nous retrouvons avec à peine assez de temps pour retirer les décorations COVID-19 avant que ces mêmes responsables gouvernementaux occidentaux ne commencent à armer la peur de l’Ukraine.

Voici l’annonce, directement de la bouche du cheval :

Pensez à activer les sous-titres en français

Source : TheConservativeTreeHouse.com


Retrouvez-moi sur Odysee, Telegram et GETTRCe contenu ainsi que les informations et les opinions qui y sont exprimées sont ceux de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement mon opinion.