La prochaine étape pour le Forum économique mondial

Il est évident depuis le début de l’année 2020 qu’une secte organisée s’est répandue dans le monde entier. Il est possible que cela soit né d’une erreur gigantesque, enracinée dans une ignorance soudaine de la biologie cellulaire et une longue expérience de la santé publique.

Il est également possible qu’un virus respiratoire saisonnier ait été déployé par certaines personnes comme une occasion de prendre le pouvoir à d’autres fins.

Suivez les traces d’argent et d’influence et cette dernière conclusion est difficile à écarter.

Les indices sont apparus très tôt. Avant même que l’OMS ne déclare une pandémie en mars 2020 (avec au moins plusieurs mois de retard sur la réalité de la pandémie) et avant tout verrouillage, les médias parlaient de la « nouvelle normalité » et de la « grande réinitialisation » (qui a été rebaptisée « Build Back Better« ).

Des sociétés pharmaceutiques telles que Pfizer, Johnson & Johnson, Moderna et Astra-Zeneca faisaient activement pression sur les gouvernements pour qu’ils achètent leurs jjabs dès février 2020, soi-disant moins d’un mois après que la séquence génétique (ou une séquence partielle) ait été mise à disposition par la Chine.

En tant que personne ayant passé toute sa carrière professionnelle dans le développement de produits pharmaceutiques et de jjabs, j’ai trouvé tout simplement grotesque le concept de passer de zéro à un jjab prêt à l’emploi en quelques mois.

Il y avait quelque chose qui ne collait pas.

Je connaissais les noms avec lesquels tout le monde est devenu familier. Billy Boy, Neil Ferguson, Jeremy Farrar, Anthony Fauci et d’autres faisaient pression en faveur des stratégies de verrouillage ou les poursuivaient depuis de nombreuses années. Pourtant, l’ampleur des actions semblait trop grande pour être expliquée par ces seuls noms.

Les questions fondamentales que je me suis posées sont donc : pourquoi et qui ? Le « pourquoi » semble toujours revenir à des questions autres que la santé publique.

Bien sûr, les acteurs évidents du « Qui » sont l’OMS, la Chine, le CDC, le NIH/NIAID et divers gouvernements, mais il semble y avoir plus que cela derrière tout cela.

Ces acteurs ont été reliés à l’aspect « santé publique », mais cela semblait ne faire qu’effleurer la surface.

Je ne suis pas un journaliste d’investigation et je ne prétendrai jamais à ce rôle, mais même moi, je peux faire de simples recherches sur Internet et commencer à voir évoluer des modèles. Les recherches que j’ai effectuées ont donné lieu à des « coïncidences » très intéressantes.

Si je vous donne les noms des personnes suivantes – Biden, Trudeau, Ardern, Merkel, Macron, Draghi, Morrison, Xi Jinping – que pensez-vous qu’elles aient en commun ? Oui, ils sont tous choyés et s’étripent, mais ce n’est pas non plus le lien.

On peut voir très rapidement que ces noms sont certainement liés à des pays et à des individus enfermés qui ont ignoré leurs propres lois et/ou ont essayé d’une certaine manière de les usurper. Mais il y a plus que cela et je vais vous donner un indice en fournissant un lien avec chaque nom.

Ils sont tous associés au Forum économique mondial (WEF), une organisation privée « à but non lucratif » créée (en 1971) et dirigée par Klaus « Vous ne posséderez rien et serez heureux » Schwab et sa famille. Il s’agit d’une organisation privée qui n’a aucun lien officiel avec un quelconque organe de gouvernance mondiale, malgré ce que son nom implique. Elle aurait tout aussi bien pu s’appeler « l’Église des Schwabies ». Le WEF est à l’origine du « Great Reset » et je suppose qu’il est à l’origine de « Build Back Better » (puisque la plupart des noms ci-dessus ont utilisé ce terme récemment).

Plus d’informations ici : Les « Young Global Leaders » du Forum économique mondial constituent un vaste réseau de membres de la famille royale, de politiciens, de sociétés de haute technologie, de milliardaires et d’autres « élites ».

Si vous pensez que l’adhésion au WEF se limite aux dirigeants des pays, voici quelques noms supplémentaires :

Permettez-moi de vous présenter davantage le WEF en vous donnant une liste de noms pour le Conseil d’administration.

  • Al Gore, ancien président des États-Unis
  • Mark Caney, Envoyé spécial des Nations unies pour l’action climatique
  • T. Shanmugaratnam, Ministre du séminaire de Singapour
  • Christine Lagarde, Présidente, Banque centrale européenne
  • Ngozi Okonja-Iweala, Directeur général, OMC
  • Kristalian Georggieva, Directrice générale, FMI
  • Chrystia Freeland, sous-ministre du Canada
  • Laurence Fink, PDG, BlackRock

Vous pouvez voir un échantillon représentatif de dirigeants politiques et économiques au sein du conseil d’administration. Le leader de l’organisation, c’est-à-dire le leader du conseil d’administration, est toujours Klaus Schwab. Il s’est constitué un réseau impressionnant de partisans.

Si vous voulez vraiment voir l’étendue de l’influence, allez sur le site web et choisissez le nom de l’entreprise de votre choix ; il y en a beaucoup : Abbott Laboratories, Astra-Zeneca, Biogen, Johnson & Johnson, Moderna, Merck, Novartis, Pfizer, Serum Institute of India, BASF, Mayo Clinic, Kaiser Permanente, Bill and Melinda Gates Foundation, Wellcome Trust, Blackrock, CISCO, Dell, Google, Huawei, IBM, Intel, Microsoft, Zoom, Yahoo, Amazon, Airbus, Boeing, Honda, Rakuten, Walmart, UPS, Coca-Cola, UBER, Bank of China. Bank of America. Deutsche Bank, State Bank of India, Royal Bank of Canada, Lloyds Banking, JP Morgan-Chase, Equifax, Goldman-Sachs, Hong Kong Exchanges, Bloomberg, VISA, New York Times, Ontario (Canada) Teacher’s Pension Plan.

L’étendue de la portée est énorme, même au-delà du réseau mondial des leaders. Par exemple, nous savons tous ce que Billy Boy a fait de sa fortune via la Fondation Bill et Melinda Gates (BMGF). Mais le Wellcome Trust est à la hauteur de la tâche. Qui est le directeur du Wellcome Trust ? Un dénommé Jeremy Farrar, célèbre pour son SAGE et son verrouillage au Royaume-Uni – sans doute l‘architecte du verrouillage américano-britannique en 2020 – est étroitement associé au WEF.

En ce qui concerne la portée qui peut être atteinte, permettez-moi de vous donner quelques exemples tirés du seul BMGF, et cela vient du temps que j’ai passé en 2020 à lire leur longue liste de financement.

Il y a quelques années, la FBMG a accordé à l’Institute for Health Metric Evaluation (IHME) une subvention de près de 280 millions de dollars sur dix ans. L’IHME (associé à l’Université de Washington à Seattle) était à l’avant-garde de la modélisation informatique à l’origine des fermetures et des interventions non pharmaceutiques en 2020. Les gens ont souvent vu leur nom dans la presse écrite ou sur MSNBC ou CNN.

En 2019, l’IHME a décerné au rédacteur en chef du Lancet (le Dr Richard Horton) un prix de 100 000 dollars et l’a décrit comme un « rédacteur en chef activiste. » Le Lancet, autrefois considéré comme l’une des meilleures revues médicales, a été à l’avant-garde de la censure des points de vue scientifiques opposés depuis 2020 et de la publication d' »articles » qui n’étaient pas dignes d’être publiés. Je n’ai jamais pu comprendre ce que signifiait être un rédacteur « activiste » dans une revue scientifique/médicale respectée parce que, stupidement, j’ai toujours pensé que le premier travail du rédacteur était d’être impartial. Je suppose que j’ai appris en 2020 à quel point j’avais tort.

Bien sûr, le Lancet est également fortement financé par des sociétés pharmaceutiques telles que Pfizer (également membre du WEF).

Mais la portée du BMGF va bien au-delà de l’IHME et ces connexions ont été tout à fait reconnaissables. Voici quelques exemples d’organisations et de fonds reçus au cours de la seule année 2020, ventilés par domaine.

Subventions de la Fondation Bill et Melinda Gates pour 2020

Billy Boy a également investi massivement dans Moderna et ses investissements ont été très rentables pour lui. La BMGF a également donné près de 100 millions de dollars à la Clinton Health Access Initiative.

Il faut maintenant se poser des questions :

  • S’agit-il du début d’une société autoritaire contrôlée, imbriquée via le FME ?
  • La panique du Covid a-t-elle été mise en scène pour préparer le terrain ? Veuillez noter que je ne suis pas un « négationniste du Covid » puisque le virus est réel. Mais, est-ce qu’un virus respiratoire saisonnier normal a été utilisé comme une excuse pour activer le web ?

Les prochaines questions, pour ceux d’entre nous qui prétendent au moins vivre dans des sociétés « démocratiques », doivent être les suivantes :

  • Est-ce cela que vous attendez et/ou voulez des personnes que vous élisez ?
  • Combien de personnes connaissaient les « associations » des personnes pour lesquelles elles ont voté ? (Je ne connaissais certainement pas l’existence de ces associations avant de faire mes recherches, mais peut-être suis-je simplement déconnecté de la réalité).

Pouvons-nous anticiper leurs prochains mouvements ? Il y a peut-être quelques indices.

Le prochain mouvement

Jeremy Farrar du Wellcome Trust a récemment écrit un article pour le WEF avec le PDG de la Fondation Novo Nordisk, Mads Krogsgaard Thomsen. Il s’agit du résumé d’un article plus important rédigé et publié par le Boston Consulting Group.

Dans cet article, ils proposent que le moyen de « régler » le problème des bactéries résistantes aux antibiotiques soit un service d’abonnement. En d’autres termes, vous payez une redevance et lorsque vous avez besoin d’un antibiotique, on peut supposer qu’un antibiotique efficace sera disponible pour vous.

Je pense qu’ils ont la même philosophie pour les vaccins et cela semble être l’approche adoptée pour le coronavirus. Il faut continuer à payer et à recevoir des rappels.

Compte tenu de cette philosophie, les mandats de jjab ont un sens. Rendez la société « accro » à une intervention, efficace ou non, et continuez à la nourrir. Cela devient particulièrement efficace si vous pouvez entretenir la peur.

Cette approche est tellement à courte vue, d’un point de vue scientifique, qu’elle me stupéfie. Mais, comme une grande partie de l’histoire récente, je pense que la science n’a pas grand-chose à voir avec cela. L’objectif n’est pas fondé sur la science mais sur le contrôle.

Après la découverte de la pénicilline il y a près d’un siècle, certains scientifiques ont averti que l’utilisation des antibiotiques devait être considérée avec beaucoup de prudence dans la pratique, car les pressions évolutives conduiraient à des espèces de bactéries résistantes aux antibiotiques. À l’époque, ils étaient considérés comme des scientifiques véreux ; après tout, n’avions-nous pas soudainement un remède miracle pour de nombreux problèmes mortels ?

À partir du moment de la découverte, il a fallu plus d’une décennie avant que des méthodes de fermentation soient mises au point pour produire des quantités suffisantes d’antibiotiques pour être pratiques. Ces méthodes ont permis l’utilisation de la pénicilline sur les champs de bataille vers la fin de la Seconde Guerre mondiale et ont sans aucun doute sauvé de nombreuses vies à cette époque et plus tard, lors des guerres suivantes (Corée et Vietnam), en prévenant les infections graves résultant des blessures subies au cours des combats.

Cependant, il n’a pas fallu longtemps pour que le corps médical distribue des antibiotiques comme des bonbons. J’en ai fait l’expérience lorsque j’étais enfant, dans les années 1960. Il semblait que chaque fois que nous allions chez le médecin, quel que soit le problème, on me donnait une série (et non une seule) d’injections de pénicilline. On ne cherchait jamais à déterminer si j’avais un virus, une bactérie ou même une allergie. La réponse était la suivante : on m’injectait la pénicilline. Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai été « piqué » lorsque j’étais enfant.

Il n’a pas fallu longtemps pour que des espèces résistantes commencent à apparaître. Par conséquent, de plus en plus d’argent a été investi dans la recherche et le développement d’antibiotiques. Lorsque j’étais à l’université dans les années 1980, un moyen sûr d’obtenir un financement du NIH était de lier la recherche à la recherche d’un « antibiotique ». Les antibiotiques sont devenus un gros business.

Nous avons maintenant plusieurs classes d’antibiotiques qui sont utilisées pour des cas spécifiques. Nous avons les aminoglycosides (streptomycine, néomycine, etc.), les céphalosporines bêta-lactames (quatre générations dont le céfadroxil-G1, le céfaclor-G2, le céfotaxime-G3, le céfépime-G4, les pénicillines bêta-lactames (dont l’ampicilline, l’amoxicilline et la pénicilline), les autres bêta-lactames (méropénem), les fluoroquinolones (lévofloxacine, gémifloxicine, etc.), les macrolides (azimycine, clarithromycine, etc.), les sulfonamides (sulfisoxazole, etc.), et les antibiotiques de la famille des antibiotiques. ), Macrolides (Azithromycine, Clarithromycine, etc.), Sulfonamides (Sulfisoxazole, etc.), Tétracyclines, et d’autres comme la Clindamycine et la Vancomycine (généralement réservées aux bactéries résistantes). En tout, les médecins ont plus de 50 choix différents d’antibiotiques.

C’est à l’hôpital que l’on rencontre le plus souvent des bactéries résistantes aux antibiotiques. La plupart des personnes qui contractent une infection dans le cours normal de leur vie, comme une infection des sinus ou de la peau, ne rencontreront probablement pas d’espèce résistante aux antibiotiques.

Le problème a toutefois trouvé une autre source, dans l’approvisionnement alimentaire. Les antibiotiques sont devenus très populaires dans les installations de production de viande à grande échelle de tous types, y compris le bœuf, la volaille, le porc et même le poisson. Il s’agit notamment des fermes où les animaux sont élevés et de la transformation de la viande. L’utilisation excessive d’antibiotiques dans ces industries a également produit des formes résistantes de bactéries.

Par exemple, pour tenter de limiter la présence de la bactérie e. coli, commune aux mammifères, des antibiotiques ont été utilisés, ce qui a entraîné l’apparition de formes d’e. coli résistantes aux antibiotiques. Une infection par e. coli (résistante aux antibiotiques ou non) peut être évitée par une cuisson et une manipulation appropriées des viandes.

Cependant, il arrive que cela ne soit pas le cas et que des épidémies d’e. coli se déclarent (également à cause de légumes mal lavés qui peuvent utiliser de l’eau d’irrigation contaminée).

Pour la plupart des personnes en bonne santé, la contamination par l’e. coli (qu’elle soit résistante ou non) n’est qu’un malaise passager qui se traduit par des crampes intestinales, de la diarrhée et d’autres troubles gastro-intestinaux. Selon la quantité de contamination, une personne peut souffrir pendant un jour ou deux ou plusieurs jours.

Mais, chez certaines personnes, elle peut être grave ou mortelle (comme chez les personnes âgées en mauvaise santé et les jeunes enfants). Dans ce cas, la présence d’une forme résistante aux antibiotiques peut être un problème grave. La présence d’une forme non résistante peut être traitée plus facilement.

Il y a quelques années, j’ai eu une pneumonie, un cas relativement bénin. On m’a donné le choix entre un traitement en milieu hospitalier et un traitement en ambulatoire. Si je voulais être sûr que ma pneumonie puisse être traitée par le traitement antibiotique normal (on m’a donné une quinolone), il était important de rester à la maison et de ne pas aller à l’hôpital. Je savais que la pneumonie acquise à l’hôpital pouvait être une situation beaucoup plus grave.

Je suis donc restée à la maison et je me suis facilement rétablie. Cela ne signifie pas que j’étais assuré de contracter une forme résistante plus grave à l’hôpital, mais j’ai compris que le risque était beaucoup plus grand.

Produire plus d’antibiotiques et les donner sur abonnement aux utilisateurs n’est pas la solution. Cela ne fera qu’engendrer des formes plus résistantes et la boucle de l’utilisation des antibiotiques se poursuivra. Mais si l’objectif réel est la dépendance de la société aux antibiotiques par peur, tout comme la dépendance aux vaccins universels Covid par peur, alors cela a du sens.

Il est important de trouver quelques antibiotiques universels qui traitent les formes résistantes, mais il est également important de les utiliser avec parcimonie et seulement en dernier recours.

En outre, une meilleure gestion de l’utilisation des antibiotiques dans notre société contribuerait grandement à atténuer le problème.

Il n’y a rien de particulièrement controversé dans cette observation. Elle était acceptée par presque tous les professionnels de la santé responsables il y a seulement deux ans. Mais nous vivons aujourd’hui une époque différente, marquée par des expérimentations extrêmes, comme le déploiement de mesures de confinement à l’échelle mondiale pour un virus dont l’impact était très ciblé, avec des résultats catastrophiques pour le monde entier.

C’est le WEF du 21 mars 2020 qui nous a assuré que « les blocages peuvent stopper la propagation du Covid-19« . Aujourd’hui, cet article, qui n’a jamais été retiré et encore moins répudié, est probablement la suggestion et la prédiction la plus ridicule et la plus destructrice du 21ème siècle. Et pourtant, le WEF est toujours là, suggérant la même année qu’au moins les blocages réduisaient les émissions de carbone.

Nous pouvons facilement prédire que l’appel du WEF en faveur d’un plan d’abonnement universel et obligatoire aux antibiotiques – lancé dans l’intention manifeste de renforcer la capitalisation financière des grands fabricants de médicaments – connaîtra le même sort : des résultats médiocres en matière de santé, davantage de pouvoir pour les élites bien établies et toujours moins de liberté pour le peuple.

Par Roger W. Koops, Rédacteur invité


Retrouvez-moi sur Odysee, Telegram et GETTRCe contenu ainsi que les informations et les opinions qui y sont exprimées sont ceux de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement mon opinion.