La Russie et la Chine mettent au point un plan pour limiter l’utilisation du dollar américain.

Dans un contexte d’aggravation de l’impasse entre l’Est et l’Ouest, la Russie et la Chine envisagent de plus en plus d’utiliser leurs propres devises dans les règlements mutuels et de trouver des moyens de travailler ensemble pour contrer les sanctions, a révélé l’envoyé de Moscou à Pékin.

Dans le cadre d’une apparition sur la chaîne YouTube Soloviev Live mercredi, Andrey Denisov s’est exprimé sur l’impact des embargos imposés par les nations occidentales sur les liens entre les deux nations.

« Le fait que ces sanctions aient un impact négatif sur certains aspects de nos relations est effectivement vrai », a-t-il déclaré, en pointant du doigt l’impact sur les règlements financiers.

« Si des sanctions sont imposées à l’une de nos banques, il est assez difficile pour les destinataires chinois de nos produits de nous payer, bien qu’ils aient l’argent et le désir de le faire. »

Selon l’envoyé, « ce n’est pas une coïncidence si, ces dernières années, nous parlons de plus en plus de l’utilisation plus large des monnaies nationales dans le règlement des transactions du commerce extérieur. »

« Ainsi, les mesures visant à contrer la pression des sanctions que nous pouvons appliquer ensemble, nous le faisons certainement – et d’ailleurs, nous discutons de cette question avec nos partenaires chinois », a déclaré Denisov.

Les deux pays ont souligné l’importance de leurs relations dans toute une série de domaines, notamment le commerce, l’énergie et la défense, face aux relations tendues avec l’Occident ces derniers mois.

Toutefois, un certain nombre d’analystes ont précédemment suggéré que les liens significatifs entre les deux puissances sont limités par rapport à des blocs comme l’OTAN.

En décembre, le conseiller en politique étrangère du président Vladimir Poutine, Yuri Ushakov, a révélé que le dirigeant russe et son homologue chinois, Xi Jinping, avaient promis de développer des structures financières communes pour permettre aux deux nations d’approfondir leurs liens économiques, sans l’interférence de pays tiers.

Cette décision semble être une réponse à une série d’avertissements de l’Occident selon lesquels Moscou pourrait être coupé du système de paiement international SWIFT, basé à Bruxelles, à titre de mesure punitive si les troupes russes venaient à envahir l’Ukraine.

A lire absolument : La Russie dispose d’un système de secours et est prête à « rompre avec le système bancaire international« .

L’année dernière, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déclaré que les deux nations « doivent renoncer à l’utilisation des systèmes de paiement internationaux contrôlés par l’Occident ».

Ses remarques faisaient écho à des commentaires antérieurs de son adjoint, Sergueï Ryabkov, qui avait déclaré à l’agence de presse économique Bloomberg qu’il était nécessaire de « se barricader contre le système financier et économique américain pour éliminer la dépendance à l’égard de cette source toxique d’actions hostiles permanentes » et de « réduire le rôle du dollar dans toutes les opérations. »

Par Layla Guest, RT.com


Retrouvez-moi sur Odysee, Telegram et GETTRCe contenu ainsi que les informations et les opinions qui y sont exprimées sont ceux de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement mon opinion.