La seule étude affirmant que les masques chirurgicaux fonctionnent vient de s’effondrer.

La principale étude que les médias et le gouvernement ont utilisée pour prouver que les masques chirurgicaux sont efficaces vient de s’effondrer complètement.

Dans l’article initialement publié, les auteurs n’ont pas affiché le nombre brut de cas séropositifs dans leur étude, empêchant quiconque de calculer des analyses statistiques standard de leurs résultats. De nombreux experts ont également contesté le nombre de régressions statistiques effectuées pour extraire des signaux de leur intervention très complexe.

Récemment, les auteurs ont finalement publié leur code et leurs données.

Après la publication de leurs données, des analyses statistiques ont pu être réalisées. Il y avait 1 106 individus symptomatiques confirmés séropositifs dans le groupe de contrôle et 1 086 individus dans le groupe de traitement. La différence totale entre les deux groupes était minuscule : seulement 20 cas sur plus de 340 000 individus sur une période de 8 semaines.

Dans un billet publié par un auteur qui a effectué une analyse après la publication des données, il décrit plusieurs autres problèmes liés à l’étude :

“L’intervention était très complexe et comprenait une campagne de promotion des masques et une éducation sur d’autres mesures d’atténuation, notamment la distanciation sociale. De plus, les individus n’ont été ajoutés à l’étude que s’ils consentaient à ce que les chercheurs se rendent dans leurs foyers et les sondent.

“Il y avait ici un grand différentiel entre les groupes de contrôle et de traitement, avec 95% de consentement dans le groupe de traitement mais seulement 92% dans le groupe de contrôle. Ce différentiel pourrait à lui seul annuler la différence entre les cas observés. Enfin, la séropositivité symptomatique est une mesure grossière du covid car les individus pourraient avoir été infectés avant le début de l’essai.”

Le CDC surpris à cacher des données sur l’efficacité des masques dans les écoles

Selon un rapport récent du NY Magazine, les CDC ont dissimulé les conclusions d’une de leurs propres études sur le masquage des enfants dans les écoles.

Fin mai, les Centres de contrôle et de prévention des maladies ont publié une étude à grande échelle sur la transmission du COVID dans les écoles américaines, étude notable mais largement ignorée.

Les résultats de cette étude remettent en question l’impact d’éléments tels que la distanciation, les modèles hybrides, les barrières dans les salles de classe, les filtres HEPA et, surtout, l’obligation de masquer les élèves.

L’étude du CDC n’a trouvé aucun avantage statistiquement significatif à ces mesures. En d’autres termes, “on ne peut pas dire que ces mesures soient efficaces”.

Malgré les conclusions de leur propre étude, les CDC ont recommandé un mois plus tard que tous les enfants, dès l’âge de 2 ans, portent un masque, quel que soit leur statut vaccinal.

La grande majorité des recherches scientifiques montrent que les masques sont inefficaces pour prévenir la propagation des maladies respiratoires.

L’essai clinique randomisé (ECR) est reconnu comme le modèle de recherche le plus crédible pour l’investigation clinique. L’objectif de l’ECR est de réaliser une comparaison valide des effets d’un ou de plusieurs traitements expérimentaux avec le traitement de contrôle (norme de soins) dans la population de patients visée.

Contrairement à la croyance populaire, tous les ECR jamais réalisés sur l’utilisation des masques et la prévention de l’infection par la grippe confirmée en laboratoire, le rhume ou d’autres virus respiratoires montrent que les masques sont inefficaces.

Les CDC ont même récemment admis qu’ils n’avaient connaissance d’aucun essai contrôlé randomisé concluant à l’efficacité des masques pour prévenir la propagation du coronavirus, ou de tout autre virus respiratoire.

Jacobs, J. L. et al. (2009) “Use of surgical face masks to reduce the incidence of the common cold among health care workers in Japan : A randomized controlled trial,” American Journal of Infection Control, Volume 37, Issue 5, 417-419.

Les travailleurs de la santé (TS) portant un masque N95 étaient significativement plus susceptibles de souffrir de maux de tête. Il n’a pas été démontré que l’utilisation de masques faciaux chez les travailleurs de la santé était bénéfique en termes de symptômes du rhume ou d’apparition de rhumes.

Radonovich, L.J. et al. (2019) ” N95 Respirators vs Medical Masks for Preventing Influenza Among Health Care Personnel : A Randomized Clinical Trial “, JAMA. 2019 ; 322(9) : 824-833.

“Parmi les 2862 participants randomisés, 2371 ont terminé l’étude et ont représenté 5180 saisons de travail du personnel de santé. (…) Parmi le personnel de soins de santé ambulatoires, les respirateurs N95 par rapport aux masques médicaux tels que portés par les participants à cet essai n’ont entraîné aucune différence significative dans l’incidence de la grippe confirmée en laboratoire. “

Long, Y. et al. (2020) “Effectiveness of N95 respirators versus surgical masks against influenza : Une revue systématique et une méta-analyse “, J Evid Based Med. 2020 ; 1-9.

” Un total de six ECR impliquant 9 171 participants ont été inclus. Il n’y avait aucune différence statistiquement significative dans la prévention de la grippe confirmée en laboratoire, des infections virales respiratoires confirmées en laboratoire, des infections respiratoires confirmées en laboratoire et des maladies de type grippal en utilisant des respirateurs N95 et des masques chirurgicaux. Une méta-analyse a indiqué un effet protecteur des appareils respiratoires N95 contre la colonisation bactérienne confirmée en laboratoire (RR = 0,58, IC 95 % 0,43-0,78). L’utilisation de masques respiratoires N95 par rapport aux masques chirurgicaux n’est pas associée à un risque moindre de grippe confirmée en laboratoire.”

Cowling, B. et al. (2010) “Face masks to prevent transmission of influenza virus : A systematic review,” Epidemiology and Infection, 138(4), 449-456.

Aucune des études examinées n’a montré un bénéfice du port du masque, que ce soit chez le personnel soignant ou les membres de la communauté dans les foyers (H). Voir les tableaux récapitulatifs 1 et 2 du présent document.

Bin-Reza et al. (2012) “The use of masks and respirators to prevent transmission of influenza : a systematic review of the scientific evidence”, Influenza and Other Respiratory Viruses 6(4), 257-267.

“Il y avait 17 études éligibles. … Aucune des études n’a établi de relation concluante entre l’utilisation de masques et de respirateurs et la protection contre l’infection par la grippe.”

Smith, J.D. et al. (2016) ” Efficacité des appareils respiratoires N95 par rapport aux masques chirurgicaux dans la protection des travailleurs de la santé contre les infections respiratoires aiguës : une revue systématique et une méta-analyse “, CMAJ mars 2016.

” Nous avons identifié six études cliniques […]. Dans la méta-analyse des études cliniques, nous n’avons trouvé aucune différence significative entre les masques respiratoires N95 et les masques chirurgicaux dans le risque associé (a) d’infection respiratoire confirmée en laboratoire, (b) de syndrome grippal ou (c) d’absentéisme déclaré sur le lieu de travail. “

Offeddu, V. et al. (2017) ” Efficacité des masques et des respirateurs contre les infections respiratoires chez les travailleurs de la santé : A Systematic Review and Meta-Analysis “, Clinical Infectious Diseases, volume 65, numéro 11, 1er décembre 2017, pages 1934-1942,

” L’évaluation autodéclarée des résultats cliniques était sujette à des biais. Les preuves d’un effet protecteur des masques ou des respirateurs contre les infections respiratoires vérifiées (IRV) n’étaient pas statistiquement significatives.”

Jefferson T, Del Mar CB, Dooley L, (2020) “Une méta-analyse a inclus 44 nouveaux RCT et cluster-RCT dans cette mise à jour, portant le nombre total d’essais randomisés à 67.

Cette analyse a conclu qu’il y a des preuves de faible certitude dans tous les essais examinés que le port d’un masque peut faire peu ou pas de différence dans l’issue de la maladie respiratoire par rapport au fait de ne pas porter de masque.

Lipp A, Edwards P (2005) “Masques chirurgicaux jetables : une revue systématique”.

“Deux essais contrôlés randomisés ont été inclus, impliquant un total de 1453 patients. Dans un petit essai, il y avait une tendance à associer les masques à moins d’infections, tandis que dans un grand essai, il n’y avait pas de différence dans les taux d’infection entre le groupe masqué et non masqué.”

Shakya KM, Noyes A, Kallin R, Peltier RE. (2017) “Évaluation de l’efficacité des masques en tissu pour réduire l’exposition aux particules.”

“Nos résultats suggèrent que les masques en tissu ne sont que marginalement bénéfiques pour protéger les individus contre les particules<2,5 μm”.

Le coronavirus est de 0,125 micron.

Une étude assez récente menée au Danemark et portant sur un échantillon de 6 000 participants a montré qu'”il n’y avait pas de différence statistiquement significative entre ceux qui portaient des masques et ceux qui n’en portaient pas lorsqu’il s’agissait d’être infecté par le Covid-19″.

Une autre étude écologique sur les masques obligatoires dans les États et leur utilisation – qui comprenait des données sur le pic de cas de l’hiver – a révélé que le port généralisé du masque n’a pas ralenti la propagation du COVID-19.

L’étude, menée par l’Université de Louisville à partir des données des Centers for Disease Control and Prevention, a révélé que “80 % des États américains ont rendu le port du masque obligatoire pendant la pandémie de COVID-19”, mais que si “les mandats ont entraîné une plus grande conformité au port du masque, ils n’ont pas permis de prédire des taux de croissance plus faibles lorsque la propagation communautaire était faible (minima) ou élevée (maxima)”. L’étude a également révélé que “l’obligation de porter un masque et son utilisation ne sont pas associées à une moindre propagation du SRAS-CoV-2 dans les États américains”.

En outre, la grande majorité des recherches scientifiques de référence, compilées sur plusieurs décennies, concluent que les masques sont totalement inefficaces pour prévenir la propagation des maladies respiratoires.

Source : DailyVeracity.com

Ce contenu ainsi que les informations et les opinions qui y sont exprimées sont ceux de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement mon opinion.

A propos de Giuseppe 18771 Articles
L'amour inconditionnel comme but ultime !