L’Amérique a flirté avec le désastre gauchiste – Il est temps d’arrêter de faire des compromis.

Par Brandon Smith : La gauche politique en tant que mouvement s’est avérée être composée de certaines des pires personnes imaginables – Le genre de personnes qui ont soif de destruction et se réjouissent de l’oppression des autres.

Ils peuvent penser qu’ils se délectent d’une forme d’anarchie, mais ils sont en fait tout le contraire : Ils sont des créateurs de chaos, mais seulement comme un moyen d’obtenir un contrôle total.

Cependant, alors que les gauchistes me donnent la chair de poule avec leur odeur âcre du mal, il y a un groupe de personnes qui est encore plus ennuyeux, et c’est celui des « fence sitters » et des faux modérés.

Bien que ces personnes ne l’admettent jamais, il arrive qu’un conflit social surgisse et qu’un côté ait complètement raison tandis que l’autre côté a complètement tort.

Les faux modérés prétendent que le côté qui a tort a des mérites, même s’il n’y en a pas, parce qu’ils veulent avoir l’air « sages ». La vérité est qu’ils n’ont pas le courage de prendre position dans un sens ou dans l’autre, et donc ils agissent comme si aucun des deux côtés n’était correct, ou comme si les deux côtés avaient partiellement raison.

En d’autres termes, le camp de la destruction est autorisé à poursuivre ses pillages parce que, hé, nous ne voulons pas donner l’impression d’être discriminatoires ou partiaux, n’est-ce pas ?

C’est ainsi que les sociétés et les cultures sont lentement mais inévitablement effacées et que les principes qui leur sont chers sont réduits à néant. Cela se fait principalement par l’apathie et une tolérance sereine de la corruption. Le compromis est la marque de fabrique de la « démocratie », et c’est aussi la racine de la tyrannie.

Si les gens ne faisaient pas de compromis sur leurs principes et leurs libertés, la tyrannie ne pourrait pas exister. C’est pourquoi les Pères fondateurs des États-Unis se sont opposés à la démocratie pure et ont formé notre nation en tant que République constitutionnelle avec des freins et contrepoids.

La démocratie seule exige souvent l’acceptation de comportements toxiques et oppressifs que nous pourrions autrement arrêter, tout cela au nom de l’apaisement de la « majorité ».

La discrimination, parfois, peut être une bonne chose. C’est un impératif biologique qui contribue au tribalisme et qui a permis à l’humanité de survivre en tant qu’espèce pendant des millénaires.

Sans la capacité de discriminer, tous les comportements, aussi radioactifs soient-ils, proliféreraient, et c’est ce à quoi nous sommes confrontés aujourd’hui dans les sociétés occidentales.

Lorsque les tribus étaient confrontées à des membres narcissiques, psychopathes ou carrément schizophrènes et délirants, ces personnes étaient souvent rejetées ou ignorées, et pour de bonnes raisons. Lorsque les fous et les sociopathes sont autorisés à s’intégrer dans une culture, ils sont également autorisés à injecter un certain niveau de folie morale dans cette culture.

La folie est généralement une condition innée, mais les habitudes de folie peuvent également être apprises, et si les gens pensent qu’il y a des avantages et des gains associés au fait d’agir de façon insensée, certains d’entre eux le feront et le problème s’amplifiera.

La gauche politique soutient que toutes les tendances discriminatoires sont une forme de sectarisme. Pourtant, ils sont parmi les personnes les plus sectaires de la planète lorsqu’il s’agit d’idéaux et de croyances opposés. Nous pouvons constater cette attitude dans leurs propres politiques et chez les personnes qu’ils cherchent à censurer.

Ils adoptent volontiers l’effacement total de toutes les idées qui contredisent leurs croyances et ils le font parce qu’ils savent, avec suffisamment de temps, que ce type de censure fonctionne.

Ils essaient de renverser l’ancien modèle tribal – De nos jours, quiconque est SANE doit être converti ou rejeté de la société.

Les exemples sont nombreux. Toute personne qui souligne le manque de science derrière l’idéologie transsexuelle et la théorie du gender fluid est immédiatement considérée comme un « bigot » et doit être chassée. Quiconque remet en question l’environnementalisme extrême et le contrôle du carbone est un « négationniste du climat » et doit être chassé.

Quiconque remet en question les « experts médicaux » payés par le gouvernement et leurs mandats draconiens est « anti-science » et doit être chassé. Quiconque prétend que la théorie de la race critique est hautement inexacte et trompeuse est un « raciste » et doit être chassé.

Quiconque pense que les enseignants ne devraient pas être autorisés à sexualiser les enfants dans les écoles et à les exploiter pour leur propre satisfaction psychologique est un « homophobe » qui doit être chassé. Et la liste est encore longue.

J’ai même vu des gauchistes dans les médias défendre des actes odieux tels que la pédophilie, car être profondément opposé à un trait de caractère de tout être humain, c’est commettre le plus grand péché de la religion gauchiste – Qui êtes-vous pour remettre en question la « vérité » interne d’un individu et fixer des limites à son comportement ? Vous êtes devenu intolérant, et vous êtes donc un hérétique.

Ne vous méprenez pas, cette philosophie de « l’équité » peut sembler être une folie aléatoire mais elle sert un agenda très spécifique. Si tous les comportements doivent être tolérés, alors tout mal peut devenir acceptable. La seule action mauvaise que vous pouvez alors commettre est l’intolérance au mal. Vous voyez comment cela fonctionne ?

Les psychopathes et ceux qui manquent d’empathie peuvent maintenant régner sur notre culture parce qu’ils ne peuvent pas être confrontés sans grand risque social.

Dans un monde où tout le monde est une bonne personne au fond, l’idée d' »équité » pourrait fonctionner (probablement pas), mais dans un monde où le mal inhérent existe et où ces personnes n’ont aucun scrupule à blesser qui elles veulent pour obtenir ce qu’elles veulent, une culture construite sur l’équité est vouée à l’autodestruction.

Tout ce qu’ils ont à faire, c’est de prétendre qu’ils font partie d’une classe opprimée, d’un groupe de victimes, et que vous n’avez donc pas le droit de remettre en question leurs actions.

Si les hommes veulent prétendre être des femmes et envahir les sports féminins, les vestiaires des femmes, les toilettes des femmes, les prisons des femmes et la santé des femmes, nous devons les laisser faire, car si nous ne le faisons pas, nous nions leur « existence » telle qu’ils la voient dans leur propre tête.

Si un pédophile veut commettre un acte de pédophilie, nous devons le laisser faire, car si nous ne le faisons pas, nous sommes coupables de discrimination à l’égard d’une minorité psychologique. Si une mère veut tuer son bébé à naître par commodité, nous devons la laisser faire, car qui sommes-nous pour lui dire qu’elle doit faire face aux conséquences de ses actes sexuels ?

Les gauchistes ne croient pas aux frontières morales, mais seulement aux frontières politiques. Les seuls comportements qui peuvent être limités sont ceux qui sont en conflit avec leur idéologie.

Ces derniers mois ont été plutôt surprenants en termes de décisions de la Cour suprême et je ne peux qu’espérer que cela représente un pas en avant par rapport aux flirts extrêmes de notre nation avec le repli gauchiste.

Le résultat final de la philosophie « fais ce que tu veux » est clair comme le jour – Elle ne peut que conduire à un effondrement complet de la société et à l’endoctrinement des générations futures. Et peut-être, juste peut-être, certains membres de la Cour suprême l’ont-ils compris.

Les décisions en faveur du droit à l’autodéfense selon la Constitution ont finalement mis fin à l’obsession de la gauche politique de désarmer ses adversaires.

Ils considèrent le 2e amendement comme le dernier bastion d’une culture conservatrice qui s’oppose à leurs plans d’absorber l’Amérique, la transformant en quelque chose de méconnaissable dans le processus.

Comme dans tous les régimes autoritaires, les gauchistes cherchent à retirer le droit de se défendre à quiconque ne croit pas comme eux. Leurs rêves sont écrasés, pour l’instant.

La décision de mettre fin à l’arrêt Roe v. Wade et aux protections fédérales de l’avortement est peut-être la plus surprenante de toutes. Les gauchistes considèrent la tolérance culturelle du meurtre d’enfants comme leur plus grande victoire.

Il ne s’agit pas du corps des femmes ou des droits des femmes ; si l’avortement concernait les « droits de l’homme », ils devraient alors prendre honnêtement en compte les droits de l’enfant dans l’utérus.

Mais ils ne le feront pas, car les droits ne sont pas pertinents pour eux. Ce dont il s’agit vraiment avec l’avortement, c’est de modifier les limites de ce que les Américains sont prêts à supporter moralement. Quelles vertus de longue date sommes-nous prêts à sacrifier, et combien d’enfants sommes-nous prêts à sacrifier au nom de la « tolérance et de l’équité » ?

C’est un jeu, vous voyez. Un jeu joué par des psychopathes. Et le but du jeu est de voir s’ils peuvent faire en sorte que toutes les personnes autour d’eux agissent exactement comme eux.

Peut-on passer du côté obscur ? C’est le but de ce jeu, et ils se délectent de l’idée qu’au fond, tout le monde est aussi mauvais qu’eux.

Le refus de faire des compromis sur ces questions peut sembler être une poussée vers « l’extrême droite » de l’échiquier politique, et c’est le grand mensonge que tout le monde a été amené à croire.

Les gauchistes ont déplacé les poteaux de but si loin dans leur direction que tout changement modéré s’éloignant de leur jeu final est traité comme une « attaque d’alt-right » qui mènera au fascisme (même si les fascistes sont tous des socialistes tout comme les gauchistes). Ce qui se passe réellement, à mon avis, c’est un lent retour au centre.

Des millions d’Américains ne font pas confiance à la gauche et ils ne veulent certainement pas vivre dans un monde où il n’y a pas de frontières et où toute discrimination est considérée comme un crime de haine.

Dans leur noyau génétique, la plupart des gens comprennent que certains comportements sont mauvais à tous les niveaux et ne peuvent être autorisés. Et si l’acceptation est en fait un mantra pour les gauchistes, alors ils devraient aussi accepter l’existence de principes qui ne s’alignent pas sur les leurs.

Le retour de bâton contre ces personnes est très réel. Ils y voient une insurrection conservatrice, mais en réalité, ce n’est que le début d’un retour du pendule vers le centre par des gens qui ont une conscience.

Ce mouvement doit être sans compromis, car s’il y a le moindre semblant de faiblesse, les gauchistes s’en serviront pour nous ramener tous à l’asile de fous.

Il ne peut y avoir de modération à ce stade, pas d’hésitation, pas de relâchement. Le temps de prétendre que le culte de la gauche a des mérites est terminé. Le temps de tracer une ligne dans le sable a commencé.


Retrouvez-moi sur Odysee, Telegram et GETTRCe contenu ainsi que les informations et les opinions qui y sont exprimées sont ceux de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement mon opinion.