L’attaque honteuse et mensongère du New York Times contre RFK Jr.

Le New York Times, qui patauge dans les eaux profondes de la vérité et tente désespérément de rester à flot dans les bas-fonds en poursuivant son histoire de mensonge pour ses maîtres de la CIA, vient de publier une première page de propagande digne des meilleurs organes internes des régimes totalitaires.

Juste en dessous de son titre du 26 février 2022 dénonçant la Russie et Poutine comme des chiens méchants conformément aux diktats de l’empire américain concernant l’Ukraine, il affiche une photo peu flatteuse de Robert F. Kennedy, Jr. pris en sandwich entre des drapeaux américains avec le titre de son article à succès, « La croisade d’un Kennedy contre les vaccins Covid Angoisse sa famille et ses amis ».

C’est une juxtaposition exquise : Poutine en tant qu’Hitler et Kennedy en tant que démon junior, qui rappelle la relation entre Screwtape de CS Lewis et son neveu Wormwood dans Les Lettres de Screwtape. Le mal personnifié.

Le Times s’intéresse beaucoup à l’angoisse ces jours-ci, non seulement pour les nazis en Ukraine et les chasseurs d’appartements de classe supérieure qui ne peuvent pas trouver un endroit à moins de quelques millions, mais aussi pour la famille et les amis de Robert Kennedy Jr. C’est très touchant.

Le fait que sa sœur, Kerry Kennedy, le critique sévèrement une fois de plus est vraiment pathétique, mais elle doit bien sûr ajouter combien elle l’aime, soi-disant pour atténuer son incapacité à garder un silence fraternel.

S’il est si faux au sujet de son travail avec Children’s Health Defense et de son livre, The Real Anthony Fauci : Billy Boy, Big Pharma, and the Global War on Democracy and Public Health, plutôt que de le dénoncer à la presse, pourquoi elle ou ses frères et sœurs, qui sont d’accord avec elle, n’écrivent-ils pas un article ou un livre complet réfutant ses faits ?

Ils ne le font pas parce qu’ils ne le peuvent pas ; alors la meilleure chose à faire ensuite est de critiquer leur frère devant des médias heureux de trouver n’importe quel moyen de dénigrer les Kennedy. On sent une dynamique familiale masochiste très bizarre à l’œuvre.

Les frères et sœurs de Kennedy ne semblent pas comprendre pourquoi les médias l’attaquent depuis des années. Sa position sur les vaccins et Anthony Fauci est la couverture qu’ils utilisent pour le critiquer, et ses frères et sœurs ne comprennent pas. Le fait que leur frère soit devenu une épine dans le pied de la CIA leur échappe, la CIA qui a causé tant de ravages dans leur famille et dans le monde. La CIA qui a été profondément impliquée dans la poussée mondiale du jjab, travaillant avec des technocrates médicaux comme Anthony Fauci, des milliardaires comme Billy Boy, l’armée, les médias, Big Pharma, le Forum économique mondial, etc.

Il est plus que triste de qualifier votre frère de brillant tout en ignorant l’acte d’accusation virulent et fondé sur des preuves de l’opération Covid-19 menée par les services de renseignement, surtout lorsque vous le faites au New York Times, le journal officiel de la CIA avec le Washington Post.

L’assassinat du personnage de Robert F. Kennedy Jr est ce que la CIA et ses porte-paroles médiatiques font depuis des années. Cela est devenu de plus en plus nécessaire au fur et à mesure qu’ils ont réalisé le grand danger croissant qu’il représente pour leur agenda. Le traiter d’anti-vaxxer, de théoricien de la conspiration, et d’autres noms bien pires encore, fait partie d’une campagne de diffamation concertée visant à détourner le public de son message, qui comporte de multiples facettes et s’appuie sur des recherches approfondies et une logique impeccable.

Comme son père et son oncle, il est devenu un adversaire d’une éloquence irrépressible contre les forces démoniaques qui veulent détruire le rêve démocratique.

L’article d’Adam Nagourney dans le Times est un travail de sape flagrant, rempli de coups bas, de sous-entendus et de mensonges ignorants. Comme d’habitude, son article pirate évite complètement les arguments de Kennedy et s’appuie sur une forme de commérage social qui se substitue à la logique et aux preuves. Il semble avoir beaucoup appris du National Enquirer et de la « Page Six » du New York Post, dont le NY Times a imité le style.

Nagourney dit au lecteur que le travail de RFK Jr en tant que visage du mouvement de résistance jjab a « testé, » « secoué, » « angoissé, » et « mystifié » la famille, les amis et son entourage à Hollywood ; que cet homme « à la vie souvent troublée » a

utilisé efficacement son talent et l’un des noms les plus éminents de l’histoire politique américaine comme plateforme pour alimenter la résistance aux vaccins qui pourrait sauver d’innombrables vies. »

Traduction : Kennedy, un hobereau d’Hollywood et ancien toxicomane, est si déséquilibré mentalement qu’il trahira sa famille et ses amis et tuera des gens avec des conseils médicaux contraires à la vérité.

Aucune preuve n’est nécessaire pour établir cette « vérité », juste la parole de Nagourney et celle de ceux à qui il peut faire dire la même chose, en d’autres termes. Comme :

Sa conduite  » sape 50 ans de pratique du jjab en santé publique, et il l’a fait d’une manière que je n’ai jamais vue [sic] personne d’autre le faire « , a déclaré Michael T. Osterholm, directeur du Centre de recherche et de politique sur les maladies infectieuses à l’Université du Minnesota. Il est l’un des plus dangereux en raison de la crédibilité de qui il est et de ce que son nom de famille a apporté à cette question ».

Notez l’implication : que ces soi-disant vaccins expérimentaux à ARNm existent depuis 50 ans et que Kennedy est contre tous les vaccins, ce qui est faux dans les deux cas.

En outre, Nagourney affirme que RFK Jr non seulement « invective » contre les vaccins, en particulier les vaccins Covid, mais a adopté d’autres points de vue bizarres « non orthodoxes » (implication : les points de vue orthodoxes sont bons) au fil des ans.

Il a notamment affirmé que Sirhan Sirhan n’avait pas tué son père, le sénateur Robert F. Kennedy. Nagourney pourrait faire une petite recherche et découvrir que Kennedy a raison, mais cela perturberait le flux de son attaque ad hominem.

Tous les auteurs sérieux sur l’affaire savent que le sénateur n’a pas été abattu par Sirhan ; ils savent qu’il existe des liens profonds entre la CIA et l’assassinat. Les preuves démontrent de manière concluante, comme l’autopsie l’a montré, que Sirhan se trouvait devant le sénateur lorsqu’il a tiré avec son pistolet, mais que RFK a été abattu par l’arrière à très courte distance, toutes les balles entrant dans son corps par l’arrière.

Soit Nagourney ne sait rien de l’assassinat, soit il dissimule les faits, qui doivent être « peu orthodoxes ».

Semblant à un porte-parole du gouvernement américain affirmant à la presse que quelque chose est vrai sans un iota de preuve, il écrit la phrase suivante comme si elle était vraie simplement parce qu’il l’a écrite, tout en s’assurant de ne pas mentionner le titre du livre – The Real Fauci : Billy Boy, Big Pharma, and the Global War on Democracy (Le vrai Fauci : Billy Boy, Big Pharma, et la guerre globale contre la démocratie) – un livre brillant, profondément documenté et dont le Times ne fera pas la critique :

Dans un nouveau livre à succès, il affirme que le Dr Anthony S. Fauci, qui est le principal conseiller médical du président Biden pour la pandémie de coronavirus, et Billy Boy, le cofondateur de Microsoft, étaient de mèche avec l’industrie pharmaceutique pour tirer profit de dangereux vaccins.

Remarquez la méthode insidieuse de Nagourney. Énoncer la revendication de RFK comme si elle était fausse parce que Nagourney l’a énoncée, alors qu’en fait, elle est si abondamment vraie et étayée par des preuves massives que si Nagourney osait faire du vrai journalisme en vérifiant le livre de Kennedy, il la découvrirait.

Mais son travail ne consiste pas à rechercher la vérité mais à salir la réputation d’un homme. Il accuse Kennedy de faire circuler de fausses informations sur le coronavirus et les vaccins antigrippaux, mais bien sûr, il ne dit pas de quoi il s’agit ni pourquoi c’est faux.

Tout son article est une attaque ad hominem par déclaration avec l’auteur astucieusement caché derrière une objectivité trompeuse.

Il écrit :

À la grande détresse publique de sa femme, l’actrice Cheryl Hines, M. Kennedy a invoqué Anne Frank, la jeune diariste germano-néerlandaise morte dans un camp de prisonniers nazi, lorsqu’il a comparé les mesures gouvernementales visant à contenir la pandémie à l’Holocauste lors de ce rassemblement à Washington.

Or, ce n’est pas ce qu’il a dit. Il a dit que pendant l’Holocauste, Anne Frank a pu se cacher pendant un certain temps et que d’autres ont pu fuir l’Allemagne, mais qu’avec le nouveau « totalitarisme clé en main » introduit aujourd’hui, qui est technologique, il sera plus difficile de s’échapper, car chaque aspect de la vie sera surveillé par les autorités dans une dystopie numérique.

Une telle perspective n’a rien d’inhabituel, car elle est partagée par de nombreux spécialistes de la technologie et seuls les plus naïfs la considéreraient comme excentrique. Ses propos et ses mots ont été déformés pour servir les intérêts d’autres personnes et pour le dépeindre comme un négationniste insensible. Voici ce qu’il a dit :

Ce que nous voyons aujourd’hui est ce que j’appelle le totalitarisme clé en main. Ils mettent en place tous ces mécanismes technologiques de contrôle que nous n’avons jamais vus auparavant. L’ambition de tous les États totalitaires depuis le début de l’humanité a été de contrôler tous les aspects du comportement, de la conduite, de la pensée et d’effacer toute dissidence. Aucun d’entre eux n’a été capable de le faire. Ils n’avaient pas la capacité technologique.

Même dans l’Allemagne d’Hitler, vous pouviez traverser les Alpes jusqu’en Suisse. Vous pouviez vous cacher dans un grenier comme l’a fait Anne Frank. J’ai visité l’Allemagne de l’Est en 1962 avec mon père et j’ai rencontré des gens qui avaient escaladé le mur et s’étaient échappés, donc c’était possible. Beaucoup sont morts… mais c’était possible.

Pourtant, sa sœur Kerry l’a également déchiré pour avoir fait une déclaration qui était clairement vraie si vous acceptez son argument sur les verrouillages technologiques en cours. Vous pouvez ne pas être d’accord (ce n’est pas mon cas), mais mettre en doute ses intentions et ses paroles est vraiment méprisable, mais Nagourney l’ajoute à ses attaques ad hominem, en veillant à inclure le tweet de sa sœur Kerry :

Les mensonges et les propos alarmistes de Bobby hier étaient à la fois écoeurants et répugnants. Je le condamne fermement pour sa rhétorique haineuse.

Nagourney : « Même ses plus éminents détracteurs disent ne pas douter de sa sincérité, alors qu’il est devenu l’un des plus importants diffuseurs de fausses informations sur les jjabs. »

Traduction : RFK Jr veut bien faire mais il se fait des illusions.

Big Daddy Fauci est présenté pour raconter au jeune freluquet ce qui suit après que Kennedy ait donné un briefing aux National Institutes of Health :

Quand c’était fini, le Dr Fauci a raccompagné M. Kennedy hors de la salle de conférence. « J’ai dit : ‘Bobby, je suis désolé que nous ne soyons pas parvenus à un accord’, a-t-il déclaré. « Bien que je ne sois pas d’accord sur le plan factuel avec tout ce que vous dites, je comprends et je respecte le fait qu’au fond de vous, vous êtes vraiment préoccupé par la sécurité des enfants. J’ai dit cela de manière très sincère ».

La condescendance et la sincérité débordent alors que le patient « théoricien de la conspiration » se voit dire par le bon docteur qu’il veut bien faire mais qu’il a besoin d’aide.

Puis, en s’assurant d’inclure le point de discussion de la CIA répété sans cesse par le New York Times, notre auteur de rien du tout écrit :

L’assassinat du président John F. Kennedy, son oncle, en 1963, alors que Robert avait 9 ans, a contribué à alimenter une culture moderne des théories du complot. Aujourd’hui, nombre des arguments auxquels M. Kennedy a adhéré – notamment le fait que le Dr Fauci participe à un « coup d’État historique contre la démocratie occidentale » – rappellent les théories d’un assassin secret aidant Lee Harvey Oswald depuis la butte herbeuse de Dallas.

Le fait que ce soit la CIA qui ait utilisé l’expression « théorie de la conspiration » dans une dépêche de 1967 – n° 1035-960 – afin de dénigrer ceux qui remettaient en question la Commission Warren et sa dissimulation du rôle de la CIA dans l’assassinat de JFK est un autre fait que notre scribe impartial omet commodément tout en laissant insidieusement entendre que Lee Harvey Oswald a tué JFK.

Oui, il y a des balles magiques et des tours de magie utilisés pour s’assurer que RFK Jr. est considéré comme un cinglé « sincère ».

RFK Jr a été et est toujours un critique avisé de la CIA et de toutes ses machinations, y compris son implication dans les assassinats de son oncle JFK, de son père le sénateur Robert F. Kennedy, son implication dans la propagande du COVID, et dans ses nombreuses actions meurtrières et de désinformation au pays et à l’étranger.

Ses frères et sœurs critiques le louent pour sa grande intelligence et son sens politique, mais semblent eux-mêmes désemparés. Ils s’allient donc avec les mêmes médias qui ont été les sténographes de la CIA. La famille Kennedy est peut-être très connue, mais à ces égards, elle est très typique des familles américaines qui sont divisées par ceux qui savent et ceux qui ne savent pas qui sont les vrais démons.

Mais permettez-moi de faire deux remarques finales sur cette pièce écoeurante d’assassinat de caractère.

RFK Jr a passé des décennies comme avocat de l’environnement à lutter contre la pollution de notre air, de notre terre et de notre eau. En d’autres termes, la pollution des êtres humains qui vivent dans la nature et de la nature qui vit en nous. Certaines personnes savent que l’extérieur et l’intérieur sont liés. Pourtant, M. Nagourney déplore le virage tragique qu’il a pris, passant d’un si bon travail dans le domaine de l’environnement à un travail si terrible dans le domaine de la défense de la santé des enfants et des vaccins. Il écrit :

Le virage dans la carrière de M. Kennedy, de l’environnement aux coups bas, est particulièrement surprenant parce que pour beaucoup de membres de la famille et d’autres associés de Kennedy, Robert Kennedy Jr est le frère ou la sœur qui rappelle le plus le niveau de charisme et d’attrait politique de son défunt père.

Surprenant ? Non, très cohérent pour quelqu’un qui peut penser.

Il existe un lien évident entre les grandes entreprises qui polluent l’environnement extérieur et les grands pollueurs du corps humain. Les grandes entreprises pharmaceutiques, pétrolières, chimiques, agroalimentaires, militaires, etc. sont un ensemble d’entreprises criminelles interdépendantes qui spolient toute vie sur terre. L’œuvre de toute une vie de Kennedy a suivi une trajectoire naturelle et sa critique de la CIA et de ses complices médiatiques, tels que le New York Times, est sous-jacente.

Oui, les membres de la famille et les amis qui disent qu’il est brillant ont raison, et il suit les traces de son père d’une manière qu’ils ne saisissent pas, car il est capable de relier les points, de diagnostiquer les schémas et d’exposer avec des faits les syndicats criminels qui détruisent la démocratie et tant de vies.

La raison pour laquelle le New York Times publie des articles comme celui-ci et n’examine pas les livres récents de M. Nagourney est que sa critique de ces forces infâmes a gagné une large audience et que, par conséquent, de nombreuses personnes s’éveillent aux vérités dissimulées par des journaux comme « le journal des records » et sa propagande.

Les articles à succès comme celui de Nagourney devraient causer une « angoisse » intense à quiconque les lit. Il n’y a rien de « mystificateur » là-dedans.

C’est tout simplement honteux et trompeur.

Par Edward Curtin, Off-Guardian.org


Retrouvez-moi sur Odysee, Telegram et GETTRCe contenu ainsi que les informations et les opinions qui y sont exprimées sont ceux de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement mon opinion.