Le gouvernement britannique engage une agence de publicité pour convaincre le public qu’il n’a pas besoin de vie privée

Le Royaume-Uni intensifie sa « guerre contre le cryptage » et, comme dans toute bonne vieille guerre, la propagande vient en premier pour « préparer le terrain ». Et une nouvelle campagne devrait être lancée dès ce mois-ci.

Dans le cas présent, il s’agit de publicité, le ministère de l’intérieur étant à l’origine de cette initiative dont le but est d’influencer l’opinion publique en faveur d’une atteinte à la vie privée des membres mêmes de ce public – en utilisant son propre argent provenant de fonds publics, pour un montant de plus d’un demi-million de livres.

Quant au « tueur à gages », il s’agit de l’agence de publicité M&C Saatchi. Le Rolling Stone a déclaré avoir eu la possibilité d’examiner des documents grâce à une demande de liberté d’information, et avoir découvert « des tactiques de manipulation choquantes ».

La principale cible semble être l’application Messenger de Facebook, et plus précisément la décision du géant de mieux crypter les communications de ses utilisateurs.

Le discours du gouvernement est ancien – « pensez aux enfants » – la façon dont de nombreux politiciens essaient de faire passer des politiques de restrictions plus profondes et plus larges qui finissent par nuire à tout le monde.

Mais le gouvernement britannique semble vouloir envelopper ce message « classique » dans une nouvelle publicité clinquante – alors qu’il lance ce que Rolling Stone appelle « un blitz publicitaire » pour porter atteinte à la confidentialité des chats des gens.

« Nous avons engagé M&C Saatchi pour rassembler les nombreuses organisations qui partagent nos préoccupations quant à l’impact du cryptage de bout en bout sur notre capacité à assurer la sécurité des enfants », a déclaré le ministère de l’Intérieur.

L’agence de publicité aurait choisi de visualiser le cryptage de bout en bout – qui protège la sécurité et la vie privée des personnes en ligne et empêche les mauvais acteurs d’entrer – comme quelque chose de sinistre et de sombre.

Pour ce faire, le rapport indique que deux acteurs, un adulte et un enfant, semblant tous deux être sur leur téléphone, sont placés dans une boîte en verre installée dans un espace public, qui devient progressivement noire.

L’idée est que l’accès quasi illimité des forces de l’ordre aux communications des personnes représente le verre clair, tandis que le cryptage l’atténue jusqu’à ce que les activités à l’intérieur de la boîte deviennent invisibles.

Le document, une présentation visant à rallier les organisations à but non lucratif, contient également une diapositive indiquant que, puisque « la plupart du public » ignore tout du cryptage de bout en bout, il peut facilement se laisser influencer, et qu’il est recommandé de ne pas laisser la campagne se transformer en « débat entre vie privée et sécurité ».

Mais c’est exactement ce dont il s’agit, selon les défenseurs de la cause.

« La campagne alarmiste du ministère de l’Intérieur est aussi fallacieuse que dangereuse. Sans un cryptage fort, les enfants sont plus vulnérables en ligne que jamais. Le cryptage protège la sécurité personnelle et la sécurité nationale… ce que propose le gouvernement met tout le monde en danger », a déclaré Robin Wilton, directeur de l’Internet Society.

Par Didi Rankovic, ReclaimTheNet.org


Retrouvez-moi sur Odysee, Telegram et GETTRCe contenu ainsi que les informations et les opinions qui y sont exprimées sont ceux de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement mon opinion.