Le président de la Chambre des représentants du Canada coupe l’alimentation d’un député qui demande pourquoi Klaus Schwab se vante d’avoir infiltré la moitié du cabinet canadien par le biais du Forum économique mondial.

Même les élus ne sont pas autorisés à poser certaines questions. Samedi, le Parlement canadien a poursuivi son débat sur l’utilisation sans précédent de la Loi sur les situations d’urgence par M. Trudeau et, en raison de la répression en cours contre le convoi de camionneurs, la plupart des membres ont assisté à la session virtuellement par chat vidéo.

Mais – comme un député l’a rapidement découvert – si vous ne vous présentez pas, vous pouvez être réduit au silence beaucoup plus facilement.

Au cours de la séance, le député d’Oshawa Colin Carrie s’est vu couper la parole par le président de la Chambre après avoir posé une question sur une  » influence extérieure  » – plus précisément, Klaus Schwab – susceptible de corrompre le gouvernement canadien.

Carrie a demandé de but en blanc aux législateurs pourquoi Schwab s’est « vanté » d’avoir « infiltré des gouvernements dans le monde entier », y compris plus de « la moitié du cabinet du Canada », mais le flux est coupé avant qu’il ne puisse terminer sa déclaration complète – juste après avoir demandé quels membres spécifiques sont de mèche avec le Forum économique mondial de Schwab.

Comme c’est pratique.

Lorsque la transmission est coupée, l’orateur, visiblement paniqué, crie rapidement à l’ordre en agitant les mains et en affirmant qu’une « très très mauvaise connexion audio » est à l’origine de la coupure de Carrie. Puis – comme si la question n’avait jamais été posée – il tente de passer au sujet suivant.

Incroyablement, le prochain député à prendre la parole – Charlie Angus, du NPD – était tellement outré par la question qu’il a furieusement accusé Carrie de répandre de la « désinformation ».

Jetez un coup d’oeil :

Au nom d’un électeur, le député conservateur Colin Carrie pose une question sur l’influence du Forum économique mondial sur les politiciens canadiens. Il est coupé et le député néo-démocrate Charlie Angus dit que Carrie répand de la « désinformation ».

Quant à l’affirmation sans fondement d’Angus de  » désinformation « , voici une vidéo de Schwab se vantant d’avoir la  » loyauté  » de Trudeau et du gouvernement canadien et qualifiant le PM canadien de meilleure représentation de l’agenda dystopique du WEF.

Les questions de Carrie sont tout à fait valables et, après tout, il ne faisait que demander :

Klaus Schwab sur la loyauté de Trudeau envers le Forum économique mondial et non envers le peuple canadien.

Voici une autre vidéo où Schwab se vante ouvertement de corrompre les gouvernements en les infiltrant de l’intérieur, en utilisant des diplômés du programme Young Global Leaders du WEF – comme Trudeau et la ministre canadienne des finances Chrystia Freeland.

Le chef du Forum économique mondial, Klaus Schwab, à la John F. Kennedy School of Government de Harvard en 2017 : « Ce dont nous sommes très fiers, c’est que nous pénétrons dans les cabinets mondiaux des pays avec nos jeunes leaders mondiaux du WEF… comme Trudeau. »

« Ce dont nous sommes très fiers, c’est que nous pénétrons les cabinets mondiaux des pays avec nos jeunes leaders mondiaux du WEF. » – Continuer la lecture ici : Les « Young Global Leaders » du Forum économique mondial sont un réseau massif de rois, de politiciens, de grandes entreprises technologiques, de milliardaires et d’autres « élites ».

Par Julian Conradson, Rédacteur invité


Retrouvez-moi sur Odysee, Telegram et GETTRCe contenu ainsi que les informations et les opinions qui y sont exprimées sont ceux de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement mon opinion.