L’ère de l’intolérance : La guerre de la culture de l’annulation contre la liberté d’expression

« Le politiquement correct, c’est du fascisme qui se fait passer pour des bonnes manières. » – George Carlin

La culture de l’annulation – le politiquement correct gonflé aux stéroïdes, l’autosatisfaction d’une époque narcissique et une pseudo-moralité commercialisée en masse qui n’est rien d’autre qu’un fascisme déguisé en tolérance – nous a fait entrer dans une ère d’intolérance, contrôlée par les techno-censeurs, les tyrans des médias sociaux et les chiens de garde du gouvernement.

Tout peut désormais être censuré s’il peut être considéré comme haineux, blessant, sectaire ou offensant, dès lors qu’il va à l’encontre du point de vue établi.

Ainsi, les questions les plus controversées de notre époque – la race, la religion, le sexe, la sexualité, la politique, la science, la santé, la corruption gouvernementale, la brutalité policière, etc. – sont devenues des champs de bataille pour ceux qui prétendent croire en la liberté d’expression, mais uniquement lorsqu’elle favorise les opinions et les positions qu’ils soutiennent.

« La liberté d’expression pour moi, mais pas pour toi« , voilà comment mon ami Nat Hentoff, puriste de la liberté d’expression, résumait ce double standard.

Cette tendance à censurer, réduire au silence, supprimer, qualifier de « haineux » et diaboliser les points de vue qui vont à l’encontre de l’élite culturelle est adoptée avec un zèle quasi fanatique par un establishment sectaire qui valorise la conformité et la pensée de groupe au détriment de l’individualité.

Par exemple, êtes-vous sceptique quant à l’efficacité des vaccins COVID-19 ? Êtes-vous inquiet quant à l’issue de l’élection présidentielle de 2020 ? Adhérez-vous à des croyances religieuses qui façonnent vos opinions sur la sexualité, le mariage et le genre ? Vous adonnez-vous, délibérément ou par inadvertance, à des erreurs d’appellation (identification erronée du sexe d’une personne) ou à des erreurs de nom (utilisation des mauvais pronoms ou du mauvais nom de naissance pour une personne transgenre) ?

Si vous répondez par l’affirmative à l’une de ces questions et que vous osez ensuite exprimer ces opinions à voix basse, vous risquez d’être suspendu sur Twitter, exclu de Facebook et banni de diverses plateformes de médias sociaux.

Cette intolérance autoritaire qui se fait passer pour de la tolérance, de la civilité et de l’amour (ce que l’humoriste George Carlin appelait « le fascisme qui se fait passer pour des bonnes manières ») est le résultat final d’une culture politiquement correcte qui s’est radicalisée, institutionnalisée et tyrannique.

Poutine : Le travail est une « discrimination inversée » et un « crime contre l’humanité ».

Au cours des dernières années, par exemple, d’éminentes voix des médias sociaux ont été censurées, réduites au silence et amenées à disparaître de Facebook, Twitter, YouTube et Instagram pour avoir exprimé des idées jugées politiquement incorrectes, haineuses, dangereuses ou conspiratrices.

Plus récemment, Twitter a suspendu le podcasteur conservateur Matt Walsh pour avoir violé sa politique en matière de discours haineux en partageant ses opinions sur les personnes transgenres. « La plus grande championne de Jeopardy de tous les temps est un homme. La meilleure nageuse universitaire est un homme. La première femme amiral quatre étoiles du service de santé publique est un homme. Les hommes ont dominé l’athlétisme féminin dans les écoles secondaires et le circuit MMA féminin. Le patriarcat finit par gagner », a tweeté M. Walsh le 30 décembre 2021.

J.K. Rowling, auteur de la populaire série Harry Potter, a été dénoncée comme transphobe et largement évincée pour avoir osé critiquer les efforts des militants transgenres visant à éroder la définition légale du sexe et à la remplacer par le genre. L’essai de Rowling expliquant son point de vue est un document puissant, articulé et bien documenté qui non seulement souligne l’importance de la liberté d’expression et des droits des femmes tout en dénonçant les efforts des activistes transgenres pour diaboliser ceux qui souscrivent à la « pensée erronée », mais reconnaît également que si la lutte contre la dysmorphie de genre est réelle, les préoccupations concernant la protection des femmes et des filles nées dans le pays contre les abus sont également légitimes.

Assez ironiquement, la mise à l’écart de Rowling incluait la brûlure littérale du livre. Pourtant, comme l’a dit Ray Bradbury, « Il y a plus d’une façon de brûler un livre. Et le monde est plein de gens qui courent partout avec des allumettes allumées.« 

En effet, le premier amendement est en train de s’enflammer sous nos yeux, mais les premières étincelles ont été allumées il y a longtemps et ont été alimentées par l’intolérance tout au long du spectre politique.

Considérez certains des types de discours visés par la censure ou l’élimination pure et simple.

Discours offensant, politiquement incorrect et « dangereux » : Le politiquement correct a eu pour effet d’entraver la liberté d’expression et de susciter une hostilité croissante à l’égard de ceux qui exercent leur droit de s’exprimer librement. Cela est devenu douloureusement évident sur les campus universitaires, qui sont devenus des foyers de censure dirigée par les étudiants, d’avertissements sur les déclencheurs, de microagressions et de politiques de discours « feux rouges » visant tout ce qui pourrait mettre quelqu’un mal à l’aise, en danger ou offensé.

Intimidation, discours intimidant : Prévenant que « les intimidateurs scolaires deviennent les accusés de crimes haineux de demain », le ministère de la Justice a pris l’initiative d’exhorter les écoles à mettre un frein aux brimades, allant jusqu’à classer les « taquineries » comme une forme de « brimades », et les « SMS » « grossiers » ou « blessants » comme des « cyber-brimades ».

Discours haineux : Le discours haineux – c’est-à-dire le discours qui attaque une personne ou un groupe sur la base d’attributs tels que le sexe, l’origine ethnique, la religion, la race, le handicap ou l’orientation sexuelle – est le principal candidat à la censure en ligne. Les géants de l’Internet que sont Google, Twitter et Facebook continuent de redéfinir les types de discours qui seront autorisés en ligne et ceux qui seront supprimés.

Un discours dangereux et anti-gouvernemental : Dans le cadre de sa guerre permanente contre l' »extrémisme », le gouvernement s’est associé à l’industrie technologique pour contrer la « propagande » en ligne des terroristes qui espèrent recruter des soutiens ou planifier des attentats. Ainsi, toute personne qui critique le gouvernement en ligne peut être considérée comme un extrémiste et verra son contenu signalé aux agences gouvernementales pour une enquête plus approfondie ou supprimé. En fait, le ministère de la justice prévoit de créer une nouvelle unité de lutte contre le terrorisme national afin de débusquer les individus « qui cherchent à commettre des actes criminels violents pour atteindre des objectifs sociaux ou politiques nationaux« . Cela signifie davantage de surveillance, davantage de programmes de pré-criminalité et davantage de ciblage des personnes dont le discours peut être qualifié de « dangereux ».

Le résultat de toutes ces opérations d’édition, d’analyse, d’interdiction et de réduction au silence est l’émergence d’une nouvelle langue, ce que George Orwell appelait le Newspeak, qui place le pouvoir de contrôler la langue entre les mains de l’État totalitaire.

Dans un tel système, la langue devient une arme permettant de modifier la façon dont les gens pensent en changeant les mots qu’ils utilisent.

Le résultat final est le contrôle de l’esprit et une population somnambule.

Dans les régimes totalitaires – alias les États policiers – où la conformité et le respect des règles sont imposés au bout d’un fusil chargé, le gouvernement dicte les mots qui peuvent et ne peuvent pas être utilisés.

Dans les pays où l’État policier se cache derrière un masque bienveillant et se déguise en tolérance, les citoyens s’autocensurent, contrôlant leurs mots et leurs pensées pour qu’ils se conforment aux dictats de l’esprit de masse, de peur de se retrouver ostracisés ou placés sous surveillance.

Même lorsque les motifs derrière cette réorientation rigidement calibrée du langage sociétal semblent bien intentionnés – décourager le racisme, condamner la violence, dénoncer la discrimination et la haine – le résultat final est inévitablement le même : intolérance, endoctrinement et infantilisme.

L’éviction sociale privilégiée par les militants et les entreprises s’inspire fortement des tactiques de contrôle mental utilisées par les sectes autoritaires pour contrôler leurs membres. Comme l’écrit le Dr Steven Hassan dans Psychology Today :

« En ordonnant aux membres d’être coupés, ils ne peuvent plus participer. L’information et le partage des pensées, des sentiments et des expériences sont étouffés. Le blocage des pensées et l’utilisation de termes chargés maintiennent la personne dans un monde en noir et blanc, tout ou rien. Cela permet de contrôler les membres par la peur et la culpabilité. »

Ce contrôle de l’esprit peut prendre de nombreuses formes, mais le résultat final est une population asservie et docile, incapable de contester la tyrannie.

Comme l’a fait remarquer un jour Rod Serling, le créateur de La Quatrième Dimension, « Nous sommes en train de développer une nouvelle citoyenneté, qui sera très sélective en matière de céréales et d’automobiles, mais qui ne sera pas capable de penser. »

Le problème, tel que je le vois, c’est que nous nous sommes laissés persuader que nous avions besoin que quelqu’un d’autre pense et parle pour nous. Et nous avons adhéré à l’idée que nous avons besoin du gouvernement et de ses partenaires commerciaux pour nous protéger de ce qui est laid, contrariant ou méchant. Le résultat est une société dans laquelle nous avons cessé de débattre entre nous, de penser par nous-mêmes et de croire que nous pouvons résoudre nos propres problèmes et nos propres différences.

En bref, nous nous sommes réduits à une population largement silencieuse, passive et polarisée, incapable de résoudre ses propres problèmes et dépendante du gouvernement pour nous protéger de nos peurs.

Comme l’a fait remarquer un jour Nat Hentoff, ce champion invétéré du premier amendement, « la différence essentielle entre une nation libre, comme nous prétendons l’être, et un État totalitaire, c’est qu’ici tout le monde, y compris un ennemi de la démocratie, a le droit de dire ce qu’il pense.« 

Cela signifie qu’il faut ouvrir la porte à plus de liberté d’expression, et non à moins, même si cette liberté est choquante pour certains.

Conscient que la liberté de ceux qui font partie de la minorité impopulaire constitue la tolérance ultime dans une société libre, James Madison, l’auteur de la Déclaration des droits, s’est battu pour que le premier amendement protège la « minorité » contre la majorité, en veillant à ce que, même face à une pression écrasante, une minorité d’une personne – même celle qui épouse des points de vue déplaisants – ait toujours le droit de parler librement, de prier librement, de se réunir librement, de défier librement le gouvernement et de diffuser librement ses opinions dans la presse.

Nous ne nous sommes pas rendus service à nous-mêmes – ni à la nation – en devenant si craintivement polis, si attentifs à ne pas offenser et si peu désireux d’être qualifiés d’intolérants, de haineux ou de fermés d’esprit que nous avons éliminé des mots, des phrases et des symboles du discours public.

Nous avons laissé nos peurs – peur pour notre sécurité, peur des autres, peur d’être taxés de racistes, de haineux ou de préjugés, etc. – l’emporter sur notre liberté d’expression et nous museler bien plus efficacement qu’aucun décret gouvernemental ne pourrait le faire.

En fin de compte, la guerre contre la liberté d’expression – et c’est exactement ce qu’elle est : une guerre menée par des Américains contre d’autres Américains – est une guerre motivée par la peur.

En étouffant la dissidence, nous avons créé une cocotte-minute de misère et de mécontentement étouffés qui débordent maintenant et fomententent encore plus de haine, de méfiance et de paranoïa parmi certaines parties de la population.

En muselant la liberté d’expression, nous contribuons à l’émergence d’une sous-classe croissante d’Américains à qui l’on dit qu’ils ne peuvent pas prendre part à la vie publique américaine à moins de « s’intégrer ».

Le premier amendement est une soupape de sécurité. Il permet aux gens de dire ce qu’ils pensent, d’exprimer leurs griefs et de contribuer à un dialogue plus large qui, espérons-le, débouchera sur un monde plus juste. Lorsqu’il n’y a pas de soupape de vapeur pour relâcher la pression, la frustration s’accumule, la colère grandit et les gens deviennent plus volatiles et désespérés pour forcer une conversation.

Attention : tout ce que nous tolérons aujourd’hui, tout ce sur quoi nous fermons les yeux, tout ce que nous rationalisons lorsque cela est infligé aux autres, finira par revenir nous emprisonner, tous et chacun.

Finalement, c’est « nous, le peuple » qui sera dans le collimateur.

À un moment ou à un autre, selon la façon dont le gouvernement et ses alliés commerciaux définissent ce qui constitue la « haine » ou l' »extrémisme », « nous, les gens », pourrons tous être considérés comme coupables d’un crime de la pensée ou autre.

Lorsque ce moment viendra, il se peut qu’il n’y ait plus personne pour s’exprimer ou prendre la parole pour nous défendre.

Après tout, il y a une pente glissante entre la censure d’idées soi-disant illégitimes et la réduction au silence de la vérité. Finalement, comme George Orwell l’avait prédit, dire la vérité deviendra un acte révolutionnaire.

Nous sommes sur une trajectoire qui évolue rapidement.

En d’autres termes, quels que soient les pouvoirs que vous permettez au gouvernement et à ses agents corporatifs de revendiquer maintenant, au nom du bien commun ou parce que vous aimez ou faites confiance à ceux qui sont en charge, ils finiront par être abusés et utilisés contre vous par des tyrans de votre propre fabrication.

C’est la tyrannie de la majorité contre la minorité qui marche au pas avec le technofascisme.

Si les Américains ne défendent pas avec véhémence le droit d’une minorité de souscrire, et encore moins d’exprimer, des idées et des opinions qui peuvent être offensantes, haineuses, intolérantes ou simplement différentes, alors nous allons bientôt découvrir que nous n’avons aucun droit (de parler, de nous rassembler, d’être d’accord, de ne pas être d’accord, de protester, de participer, de ne pas participer, ou de forger nos propres chemins en tant qu’individus).

Peu importe notre nombre, peu importe nos opinions, peu importe le parti auquel nous appartenons, il ne faudra pas longtemps avant que « nous, le peuple », ne constitue une minorité impuissante aux yeux d’un État fasciste alimenté par le pouvoir et désireux de maintenir son pouvoir à tout prix.

Nous en sommes presque là.

La liberté d’expression n’est plus libre.

Sur le papier – du moins selon la Constitution des États-Unis – nous sommes techniquement libres de parler.

En réalité, nous ne sommes libres de nous exprimer que dans la mesure où un représentant du gouvernement – ou des entreprises telles que Facebook, Google ou YouTube – nous y autorise.

La censure constante et omniprésente qui nous est infligée par les géants de la technologie avec la bénédiction du pouvoir en place menace d’entraîner une restructuration de la réalité tout droit sortie du 1984 d’Orwell, où le ministère de la Vérité contrôle les discours et veille à ce que les faits soient conformes à la version de la réalité adoptée par les propagandistes du gouvernement.

Orwell voulait que 1984 soit un avertissement. Au lieu de cela, comme je l’explique clairement dans mon livre Battlefield America : The War on the American People et dans son pendant fictif The Erik Blair Diaries, il est utilisé comme un manuel d’instructions dystopique pour la création d’une population conforme, conformiste et obéissante à Big Brother.

L’État policier ne pourrait rêver d’un meilleur citoyen que celui qui exerce sa propre censure, son propre espionnage et son propre maintien de l’ordre.

Par John W. Whitehead & Nisha Whitehead


Retrouvez-moi sur Odysee, Telegram et GETTRCe contenu ainsi que les informations et les opinions qui y sont exprimées sont ceux de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement mon opinion.