Les effets à long terme de la dysfonctionnalité

En tant qu’enfant, notre première interaction est avec notre famille. C’est cette interaction qui nous aide à déterminer si le monde est un « bon » endroit (sûr) ou un « mauvais » endroit (dangereux).

Nous avons tendance à conserver cette première expérience pendant la majeure partie de nos années de formation et jusqu’à l’âge adulte, car même si nous n’avons pas été en mesure de comprendre cognitivement ce qui se passait, nous l’avons instinctivement fait…. c’est ce que l’on appelle la mémoire cellulaire, où le corps se souvient de ce qu’il a ressenti comme agréable ou désagréable.

Chaque famille est unique dans la manière dont ses membres interagissent. Si certaines familles apportent à l’enfant amour, affection et sécurité, beaucoup d’autres entretiennent des dynamiques néfastes qui affectent négativement la personnalité de l’enfant en pleine croissance.

Les familles saines sont celles dans lesquelles l’enfant se sent en sécurité et libre. Les limites de chacun sont respectées, le caractère unique est apprécié, le droit à l’opinion est valorisé et les besoins sont satisfaits.

Les familles dysfonctionnelles sont caractérisées par une dynamique dans laquelle les parents négligent les enfants de manière répétée et constante.

Ils les réduisent au silence, les brutalisent, les soumettent à un chantage affectif, les traumatisent physiquement et/ou émotionnellement et les traitent de manière irrespectueuse.

L’enfance parfaite n’existe pas, mais à quoi ressemblent les enfants qui ont grandi dans un environnement dysfonctionnel, voire abusif, et quelles en sont les conséquences ? Voyons ce qu’il en est :

Grandir dans une famille dysfonctionnelle peut causer des blessures si profondes qu’elles vous affectent pour le reste de votre vie.

Grandir dans une famille dysfonctionnelle peut signifier beaucoup de choses ; il n’y a pas de règle unique qui s’applique à tous – en psychologie, nous disons que chaque famille est dysfonctionnelle selon l' »idéal », en raison du fait que chaque être humain est si complexe et différent.

Mais ce n’est pas à ce type de dysfonctionnement que je fais référence ici, cet article se concentre davantage sur le dysfonctionnement anormal…. un type de dysfonctionnement qui marque un enfant pour la vie.

Je tenais à le préciser, car dans la société moderne, trop de nouvelles approches parentales conduisent à ce que j’appelle « l’enfant enveloppé dans une bulle », c’est-à-dire un enfant surprotégé, trop gâté, dont les sens sont souvent dépassés… des enfants qui ne développent aucune résilience, ce qui, à terme, donnera des adultes incapables de faire face aux difficultés naturelles de la vie……aucun extrême n’est jamais bon.

Dans la plupart des cas, lorsque je parle d’enfants qui ont été marqués à vie par le dysfonctionnement de leur environnement, je fais référence à un foyer plein d’instabilité et de conflits.

Il s’agit souvent d’abus, de négligence, de dépendance à la drogue ou à l’alcool, d’autres types de dépendances, de problèmes psychologiques ou d’atmosphères où l’enfant n’a jamais été désiré, mais où il l’est devenu en raison des attentes de la famille ou d’un code « social moral »…. résultat : des enfants qui souffrent tous les jours.

Les familles dysfonctionnelles créent un environnement qui tend à être vécu comme chaotique et dangereux, car l’un des parents ou les deux se comportent souvent de manière imprévisible et inappropriée.

Les enfants qui grandissent dans des familles dysfonctionnelles n’ont aucun contrôle sur leur environnement familial toxique. La plupart des foyers dysfonctionnels sont une combinaison de deux ou plusieurs des dynamiques malsaines suivantes :

Foyers chaotiques : Dans ces familles, les parents sont souvent absents et se comportent de manière inappropriée. Ils sont occupés à mener leur propre vie et négligent les besoins des enfants. Souvent, ces enfants sont élevés par d’autres ou s’élèvent plus ou moins eux-mêmes.

Familles fortement conflictuelles : Il y a des conflits entre les parents, ou entre les parents et d’autres membres de la famille qui peuvent vivre sous le même toit, ou entre un enfant et son parent. Les enfants de ces familles grandissent dans l’insécurité, le stress permanent et l’incapacité à nouer des liens.

Ménages avec parents pathologiques : Dans ces foyers, l’un des parents ou les deux sont pathologiques, c’est-à-dire qu’ils souffrent d’un trouble grave de la personnalité ou de l’humeur, qui ne se manifeste souvent que dans deux contextes – heureux ou en colère – et, dans d’autres cas, le parent est atteint d’alcoolisme, de toxicomanie ou d’autres dépendances.

Ménages avec un père ou une mère dominant(e) : Dans de nombreuses familles dysfonctionnelles, il y a un père ou une mère qui domine et contrôle à outrance, ignorant les besoins et les sentiments de son partenaire et de ses enfants.

Le conjoint et les enfants soumis développent un refoulement des émotions négatives et de la colère. Il est important de noter que le terme « dominant » utilisé ici ne s’applique pas seulement au contrôle ouvert ou à la mauvaise humeur émotionnelle, mais aussi au parent qui domine en isolant les enfants de l’autre parent en jouant le rôle de parent surprotecteur et affectueux.

Ce type de parent s’approprie le lien affectif qui devrait exister entre l’autre conjoint et les enfants. Les enfants de ce dernier ont souvent tendance à devenir des experts en chantage affectif tout en gardant un masque de bonté.

Ménages dont les parents sont émotionnellement distants : Dans de nombreuses familles, les parents ne savent pas comment exprimer ou réprimer délibérément leurs émotions.

Ce phénomène est souvent observé dans certains milieux culturels à prédominance patriarcale. Les enfants de ces familles grandissent avec une faible estime de soi et sont tout aussi inexpressifs, voire plus.

Voici quelques-unes des conséquences d’avoir vécu dans un environnement aussi dysfonctionnel :

  • Problèmes de confiance : L’un des premiers et principaux problèmes que l’on rencontre lorsqu’on grandit dans une famille dysfonctionnelle est le manque de confiance.

    Lorsque vous ne pouvez pas faire confiance aux personnes qui vous ont donné la vie, vous grandissez avec le sentiment de ne pouvoir faire confiance à personne.
  • Incapacité à fixer des limites en cas de comportement abusif : Lorsqu’un enfant a été soumis à des abus, on lui apprend souvent à pardonner, voire à ignorer les mauvais comportements.

    Les dysfonctionnements qui se produisent pendant nos jeunes années sont souvent remplis d’exemples de parents, de soignants et de membres de la famille qui pardonnent les comportements abusifs. On attend de la génération suivante qu’elle excuse et rejette les mauvais comportements.
  • On apprend à ne pas parler des problèmes ; au lieu de cela, on attend que le tempérament explose : Les membres de la famille apprennent à mettre les choses sous le tapis.

    Les compétences en matière de communication font défaut parce que personne ne veut s’occuper des problèmes, de sorte qu’ils passent peu de temps à interagir.
  • Problèmes d’anxiété et de dépression : Les conditions erratiques ou imprévisibles dans lesquelles un enfant grandit peuvent affecter la façon dont il apprend à gérer le stress.

    Ils sont constamment sur leurs gardes parce qu’ils ne savent jamais ce qui va se passer, ce qui peut entraîner de l’anxiété et des périodes de dépression. Bien qu’il grandisse et qu’il puisse avoir un endroit à lui, son cerveau a été programmé pour vivre dans un état d’alerte constant.

    Le mode « lutte ou fuite » est l’un des plus difficiles à abandonner, surtout lorsque le corps est habitué à des niveaux plus élevés d’hormones liées au stress, comme le cortisol.
  • En grandissant, on devient un bouc émissaire : c’est particulièrement vrai pour les enfants à forte résilience qui, à l’âge adulte et malgré leurs échecs, luttent contre les oppresseurs et le système qui les protège.

    Cette personne sera utilisée pour blâmer tous les problèmes de la famille, et son histoire est souvent discréditée car elle crée une distraction par rapport au dysfonctionnement et donne à la famille la sympathie dont elle a besoin dans les cercles sociaux.

    Il est intéressant de noter que le reste de la famille fait souvent semblant d’être surpris et de pardonner tout en niant les abus ; ils éviteront un face-à-face ouvert sur ce qui s’est passé, de peur que la vérité ne devienne évidente.
  • Mauvaise gestion financière : De nombreuses personnes qui grandissent dans le chaos n’apprennent jamais à gérer efficacement leur argent.

    N’ayant pas d’exemple positif, elles dépensent souvent trop ou vivent pour amasser de l’argent….jamais pour en profiter – ce qui est le reflet d’une mauvaise estime de soi.
  • Apprendre la violence : Avez-vous déjà entendu dire que l’agressé devient l’agresseur ? Malheureusement, il est assez fréquent qu’une personne qui a été maltraitée devienne un agresseur.

    La raison en est qu’elle n’a jamais appris à gérer efficacement les conflits ou qu’elle pense que les autres méritent de subir le même sort qu’elle.
  • L’automédication par les drogues et l’alcool : De nombreuses personnes ne savent pas comment faire face à toutes les choses qui leur sont arrivées dans le passé et tentent donc de s’automédicamenter pour soulager la douleur.

    L’inconvénient de ce processus de pensée est que l' »engourdissement » disparaît dès que le niveau d’intoxication s’estompe, et qu’elles doivent ensuite faire face à la réalité, ce qui les pousse à vouloir s’engourdir à nouveau.
  • La souffrance continue est tout ce qu’ils méritent : En grandissant auprès de personnes qui se disputent fréquemment ou qui évitent même de communiquer, les enfants apprennent que les disputes font inévitablement partie des relations.

    Si les différences humaines, voire les conflits, sont inévitables, les familles dysfonctionnelles enseignent des manières malsaines et dangereuses de gérer les conflits, qui consistent davantage à se battre qu’à fixer des limites ou à se défendre, ce qui devient un gros problème.
  • Pour un enfant qui a grandi dans une dynamique familiale dysfonctionnelle, il est difficile d’établir des limites saines, d’avoir une bonne estime de soi et de nouer des relations respectueuses et aimantes.

    Souvent, les enfants eux-mêmes répètent les schémas qu’ils ont appris dans leur enfance et se livrent à des comportements autodestructeurs pour s’échapper.

Les douleurs de la maltraitance s’étendent sur des dizaines d’années et peuvent altérer une personne à vie. Si vous avez été victime d’un dysfonctionnement toxique instable, le mieux que vous puissiez faire est de chercher de l’aide.

Plus vous guérirez de vieilles blessures, plus les générations futures auront de chances de s’en sortir. Plus important encore, guérir et s’éloigner des cercles toxiques est le cadeau que vous pouvez vous faire, car vous méritez l’amour et vous avez le pouvoir de réécrire votre histoire…. pas à pas.

Sofia Falcone

Retrouvez-moi sur TelegramGETTR et Truth Social
Ce contenu ainsi que les informations et les opinions qui y sont exprimées sont ceux de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement mon opinion.

A propos de Giuseppe 17278 Articles
L'amour comme but ultime !