Lev – Notre Monade Partie 3

Si nous sommes tous des êtres cosmiques multidimensionnels, alors où se trouve notre monde d’origine, pour chacun d’entre nous et nos monades ?

Où est ma maison ?

Comme Disclosure News l’a raconté dans la première partie (voir – Notre Monade, DNI, 11 mai 2022), sur un plan subtil, la Monade ressemble à une sphère d’où partent de nombreux fils multicolores qui se déploient dans l’espace. Chaque fil est un rayon d’attention, un corps de manifestation, une incarnation dans l’un des innombrables mondes, dimensions et lignes de temps.

Oui, nous sommes multidimensionnels, mais l’homme 3D ne peut pas accueillir notre conscience cosmique. Par conséquent, en tant que Monade, nous divisons notre conscience en aspects d’attention, et l’un d’entre eux est l’expérience ici sur la Terre tridimensionnelle.

Avec de nombreux fils multicolores

Ce « foyer » initial existe-t-il vraiment ?

Notre « monde d’origine » est situé là où se concentre l’attention de notre monade, en l’occurrence notre personnalité 3D.

Au fur et à mesure que la conscience se développe, elle forme des centres gravitationnels dans lesquels l’attention est attirée en fonction de ses vibrations.

En d’autres termes, nous vivons là où nous le souhaitons, ou nous avons simplement décidé d’acquérir de l’expérience ou d’accomplir la tâche de notre monade, l’un des aspects que nous sommes. Et chaque aspect, comme chaque enfant, choisit une maison et une occupation à son goût.

En tant que corps de manifestation de notre monade, nous existons simultanément dans toutes les réalités et tous les temps, bien qu’il n’y ait pas de temps du tout pour la monade. Chaque partie de celle-ci peut choisir les réalités auxquelles elle est plus prédisposée et attirée vibratoirement.

Par exemple, nous pouvons nous incarner en un humain sur Terre ou en un dauphin sur une autre planète. Nous passons constamment d’un monde à l’autre afin de nous connaître, de connaître nos limites, d’élargir nos horizons et d’enrichir nos aspects supérieurs par l’expérience, dont la connexion est étouffée par la gravité mentale de la Terre, afin d’obtenir une expérience exclusivement personnelle, d’une pureté maximale.

Monade, version taoïste

S’arrêter dans un monde ou une dimension particulière peut signifier la stagnation, et parfois la dégradation, donc le flux des Monades dans l’Univers est un processus normal.

Il n’existe pas de lieu unique (super univers ou univers local, galaxies, étoiles, planètes) qui puisse être qualifié de « maison » dans la compréhension humaine. Il en existe autant que nous le souhaitons. Dans beaucoup de mondes et de civilisations, nous avons concentré plus d’attention et acquis plus d’expérience que dans d’autres (et là où nous avons vraiment aimé). Mais chaque partie incarnée est NOUS.

Nous existons simultanément dans des milliards de variantes dans des mondes et des univers. Plus précisément, il y a des cellules de notre conscience dans ceux-ci, nos moi parallèles, et des rayons d’attention (corps de manifestation) de nos parents multidimensionnels – les Monades.

Et nous pouvons nous déplacer librement entre les réalités lorsque nous acquérons suffisamment d’expérience et rétablissons une connexion consciente entre elles. Non pas en tant que personne dans un corps physique 3D, mais en tant qu’entité multidimensionnelle.

En milliards de variantes

Les mondes qui sont les plus proches de l’incarnation actuelle sont souvent appelés foyers. Et notre mal du pays est plutôt une nostalgie des énergies – le ventre, le lieu, l’espace, la dimension, etc.

Par exemple, de nombreux Siriusiens, Orions, Pléiadiens et représentants d’autres races cosmiques sont actuellement sur Terre. Sirius, Orion, Pléiades, etc. sont-ils leur foyer, c’est-à-dire leur patrie, le point de départ et d’arrivée de leur voyage dans le temps et l’espace ?

La question est extrêmement difficile pour quelqu’un, et la réponse peut être dictée par des émotions purement humaines : « Je suis un Siriusien, j’en ai marre d’ici, je veux rentrer chez moi, quelqu’un, s’il vous plaît, ramenez-moi ».

Mais une fois « chez elle », et se souvenant effectivement de sa nature multidimensionnelle (après avoir quitté la Terre ou même avant, selon le cas), cette conscience finit par comprendre que Sirius n’est qu’une des zones tampons par lesquelles le rayon d’attention de sa Monade l’a amenée ici sur Terre.

Ramené sur terre

Au-delà de la « maison », encore plus loin, au-delà de l’horizon des événements, des formes et des dimensions, il existe une fractale encore plus élevée de notre monde d’origine, dont nous devons encore nous souvenir, réaliser, et avec laquelle, si nous le souhaitons, nous pouvons nous réunir.

En vivant des milliards de formes et d’incarnations, pouvons-nous espérer que l’une d’entre elles devienne le point de départ de notre essence ?

Oui, nous le pouvons. Mais pour notre Monade, le Temps n’est qu’une des nombreuses incarnations possibles de ses corps de manifestation. Il peut être très différent d’une réalité à l’autre, et le futur peut influencer le passé, puisque notre Monade est partout à la fois.

Notre désir de  » retourner à la maison  » provient d’un manque de compréhension de notre essence et de nos objectifs en tant qu’être multidimensionnel existant dans l’Éternité, et divisé en milliards d’aspects dans toutes les manifestations possibles et souhaitées.

En ce sens, notre Monade, porteuse de l’Etincelle de la Source, la répète en tout. La forme dans laquelle elle nous a créés en 3D est volontairement inachevée. Nous devrions avoir l’aspiration de faire quelque chose, et le faire par nous-mêmes. C’est pourquoi la Monade nous a envoyés sur la Terre tridimensionnelle.

Elle a seulement formulé une tâche, un certain plan que nous appelons évolution, et nous a laissé toute liberté pour le comprendre et le réaliser.

Les rayons d’attention de la monade

Ici, en 3D, notre forme absolument parfaite n’intéresse pas la Monade et ne l’enrichit pas de quelque chose de nouveau. En résolvant la tâche qu’elle nous a confiée, nous, qui faisons partie de son énorme fractale, commençons à poser des questions, à chercher des réponses et, tôt ou tard, nous arrivons à la bonne étape.

Lorsque nous avons déjà appris à poser des questions, à nous donner des tâches et à les accomplir, nous devenons des créateurs, comme la Monade et sa Source, et commençons à VIVRE, dans le plein sens du terme.

Le sens principal de la vie sur la Terre 3D n’est pas tant la recherche de réponses et l’exécution de tâches reçues de l’extérieur, mais d’apprendre à se donner des tâches, et à les résoudre nous-mêmes.

Oui, tôt ou tard, nous nous réveillerons. Que ce soit ici même, en 3D, ou sur une autre planète ou dimension, cela ne dépend que de nos sentiments, de nos pensées et de nos actions.

Nous avons constamment le droit de changer les règles de notre réalité par le développement de la conscience. Nos Monades nous donnent l’opportunité de compléter, de compléter et d’explorer les mondes existants afin d’acquérir une expérience plus multidimensionnelle tout en préservant notre individualité, notre libre arbitre et notre liberté de choix.

Changer constamment notre réalité

Alors, cela vaut-il la peine de chercher une pièce séparée dans la maison multidimensionnelle de l’Univers, que nous pouvons appeler « la nôtre », ou sommes-nous chez nous depuis longtemps, et y serons toujours ?

La Source est omniprésente. Nous et notre Monade, en tant que partie d’Elle, sommes aussi les créateurs de la réalité.

Nous ne faisons qu’un (La création d’Adam, Michel-Ange)

En fait, maintenant et toujours, nous sommes en plein dans l’Un (ou l’Un est en nous) tout le temps. Mais nous l’oublions, ainsi que le fait que nous sommes de petites copies de la Source.

Les yeux avec lesquels nous voyons le Créateur sont les mêmes que ceux avec lesquels le Créateur nous voit. Nous nous considérons comme séparés de Son Univers et perdus, abandonnés en son sein. Mais l’Univers pense autrement.

Dans la Grande Réalité, tout existe en même temps. Notre Monade ne fait que déplacer ses corps de manifestation, divisant et transférant l’attention d’une hypostase à l’autre : de l’Univers Local à l’étoile, de l’étoile à la planète, de la planète à l’homme, de l’homme à l’atome, et de l’atome à la Monade, s’explorant sans fin.

La manière traditionnelle d’agir de l’homme 3D : planifier un objectif et s’efforcer de l’atteindre. La Monade est différente : elle (comme la Source) laisse simplement tomber la goutte, lance le processus et observe ce qui en sort, sans se fixer initialement un objectif fixe.

Elle se passionne pour le processus lui-même, en y apportant parfois quelques ajustements. Mais en général, notre Monade essaie de ne pas interférer dans le processus, sinon elle ne pourra pas obtenir une nouvelle expérience, mais seulement des modifications de ce qu’elle a déjà.

Laisse tomber la chute

Pour le dire de façon primitive : le but de notre monade est d’être surpris par ce que nous obtenons comme résultat de nos actions. Nous ne nous contentons pas de nous déplacer de manière monotone d’un point A à un point B, mais nous sommes constamment à la recherche de réponses, en mouvement.

Cet état de conscience est créatif, non mécanisé, ce qui signifie que la vie va commencer à surgir autour de lui, de nouvelles formes vont naître. C’est comme si un millier de fleurs s’épanouissaient à l’intérieur d’une seule, sans se ressembler, et à l’intérieur de chacune de ces milliers, il y en a un autre millier, et ainsi de suite de façon exponentielle. C’est ce que la Monade (et la Source) veut obtenir de nous, les gens, et donc d’elle-même.

La créativité est l’essence de l’action dans l’état « ici et maintenant ». Le but ultime n’a pas l’importance que notre Ego lui accorde, comme nous l’avons constaté à maintes reprises dans l’expérience de nos vies.

Comme l’a dit Hemingway : Donnez à la personne ce dont elle a besoin – et elle voudra des commodités. Donnez-lui des commodités – il s’efforcera d’atteindre le luxe. Douché par le luxe – il commencera à soupirer d’exquisité. Donnez-lui de l’exquis – il aspirera à la frénésie. Donnez-lui tout ce qu’il souhaite – il se plaindra d’avoir été trompé, et de ne pas avoir reçu ce qu’il voulait.

Nous pouvons nous battre pour un objectif pendant des décennies, et la joie de l’atteindre ne dure que quelques minutes. Il fond parce que notre Ego ne peut pas et ne sait pas être dans le « ici et maintenant », et ce n’est pas sa fonction. Seule notre âme peut être dans le « ici et maintenant », c’est naturel pour elle.

Il fond

Ainsi, notre tâche sur Terre consiste à cultiver en nous l’état « ici et maintenant » et à apprendre à y vivre dans la réalité 3D, la transformant ainsi, la remplissant de Lumière et l’ennoblissant.

Nous venons de faire une promenade à partir du point A. Notre but n’est pas d’atteindre le point B, mais seulement de profiter du mouvement lui-même.

Nous allons, nous rencontrons quelque chose d’inattendu en chemin, et ce processus en tant que tel est le sens.

Que nous atteignions ou non le point B à la fin n’a pas beaucoup d’importance.

Si nous l’avons atteint, c’est merveilleux, sinon, c’est encore mieux, car nous avons vu beaucoup de choses inattendues, surprenantes et imprévues en chemin.

En marchant, nous sommes beaucoup plus souvent dans l’état « ici et maintenant ». La marche est un processus beaucoup plus créatif, surtout lorsque nous faisons nous-mêmes preuve de créativité.

Essayez, par exemple, de vous promener avec un enfant, en le suivant (bien sûr, sans tout permettre) et en vous impliquant entièrement dans sa situation. Ou bien rappelez-vous comment nous marchions dans l’enfance, à quoi nous faisions attention, etc. Et nous comprendrons alors pourquoi l’enfance est beaucoup plus mouvementée qu’une longue « vie d’adulte ».

Plus d’événements

Le plus intéressant et le plus surprenant est que le résultat sera très constructif, créatif avec une majuscule, et très inattendu pour nous.

Et il donnera une impulsion très forte au développement ultérieur de ceci, la fractale de notre Monade, faite par notre attention.

Dans ce cas, d’autres énergies viennent ici.

Elles portent non seulement nos vibrations personnelles mais aussi des vibrations plus grandioses – cosmiques, plus élevées.

Et alors nous verrons que notre vie, même en 3D, commence à être remplie de miracles, de magie, et cesse d’être un quotidien gris et terne.

Un foyer n’est pas un lieu, mais un état.

En ce moment, être un invité de Gaia.

On voit clairement ici que le but du développement est le processus de développement lui-même.

La Terre est ma maison

Par conséquent, beaucoup d’entre nous disent, à juste titre : La Terre est ma maison.

J’aime vivre ici. Et je vais certainement rester ici dans la cinquième dimension.


Retrouvez-moi sur Odysee, Telegram et GETTRCe contenu ainsi que les informations et les opinions qui y sont exprimées sont ceux de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement mon opinion.