Lev – Notre monade

Nous sommes tous multidimensionnels et, sur le plan subtil, nous sommes constitués de nombreuses parties. Ce qui est sur la Terre n’est que le plus petit fragment, bien qu’important. Quelles sont ces parties ?

Notre âme est une étincelle attribuée par la Source, portant initialement sa lumière en son cœur, qui assure notre existence.

Il y a des éons, la Source a choisi cette étincelle et l’a envoyée dans l’espace pour la comprendre et la comprendre elle-même. Des éons plus tard, elle la recevra en retour, enrichie d’expériences et de connaissances. Dans la cosmogonie indienne, ce phénomène est décrit comme « l’expiration et l’inspiration de Brahma ».

Étincelle

La Monade est l’enveloppe énergétique de l’Âme pour son entretien, sa formation et son perfectionnement dans divers systèmes et dimensions du Grand Cosmos.

Le Logos est une impulsion volitive (Esprit) de l’âme, visant à apprendre le nouveau et d’autres objectifs, existant comme une entité énergétique indépendante.

Le Soi Supérieur est notre double énergétique sur le Plan Subtil, le médiateur entre notre Âme, la Monade et nous dans le corps physique.

Le Soi personnel est une symbiose de notre Ego, de notre Esprit et de nos sentiments pour la période où nous vivons à ce moment et en ce lieu afin d’acquérir des connaissances et des expériences pour nous-mêmes et pour la Source afin de les lui livrer, en retournant vers elle.

L’océan sans limites des sept super univers est rempli d’innombrables flux d’étincelles de la Source et de tous leurs dérivés, qui forment également leurs structures et flux complexes et hiérarchiques.

Cours d’eau

Sur le Plan Subtil, nos Monades sont perçues comme d’énormes caillots d’énergie, ressemblant à des créatures méduses avec des fils et des tentacules. Ce sont les Logos et leurs sous-Logos qui imprègnent les dimensions, laissant leurs corps de manifestation dans beaucoup d’entre elles, y compris sur la Terre 3D.

L’un de ces corps de manifestation du Logos-Monade-Ame « vertical » (multivers) est vous et moi.

À travers nous, à l’aide d’un fil tentaculaire, notre Logos, notre Monade et notre Âme absorbent ici et maintenant toute l’expérience des sentiments, des pensées et des actions dans cet environnement 3D, l’un des plus toxiques de tout l’Univers local.

Monades

Cette trinité suprême fait tout pour ne pas capter de nous une infection Drakos-Reptilienne toxique, en déployant beaucoup d’efforts pour que nous ne l’irradiions pas nous-mêmes et ne l’accumulions pas, nous tuant et tuant tout ce qui nous entoure sur Terre et dans l’espace.

Si nous persistons à faire cela selon notre libre arbitre et notre liberté de choix, nous sommes tout simplement expulsés de notre corps multidimensionnel, comme un étage de fusée épuisé, nous laissant pourrir et mourir de notre propre infection.

Les fils de la Monade ne pénètrent pas seulement les dimensions inférieures, mais une partie s’étend vers le haut, vers les plus grands Logos d’Âmes collectifs – des planètes, des Étoiles, des Constellations, des Galaxies, des Univers Locaux… et ainsi de suite, jusqu’au Logos très Primaire – de la Source.

C’est l’essence même de notre mise à niveau, de la plus petite à la plus grande. Et, au contraire, du macro au micro, ce qui explique l’apparition sur Terre d’Âmes dont les corps de manifestation étaient autrefois les Étoiles, les Constellations et même les Galaxies.

Les monades arrivent sur terre

En méditant ou en priant, nous nous relions par notre verticale multidimensionnelle (multivers) à notre âme-monade, et, plus loin, à la Source. Lorsque nous prions, la Source nous écoute ; lorsque nous méditons, nous l’écoutons.

Pour acquérir une nouvelle expérience, notre Monade, à l’aide de ses fils-tentacules, nous incarne de deux manières : incarnation synchrone ou incarnation singulière.

Dans le premier cas, il s’agit de plusieurs incarnations en même temps, d’un cycle rapide, dans plusieurs dimensions, lieux et lignes temporelles à la fois. Au niveau des Monades, le Temps n’est pas linéaire, mais sphérique, où le passé, le présent et le futur sont au même point.

Une incarnation singulière n’est qu’une incarnation, un cycle lent. Dans ce cas, les Monades-âmes commencent à acquérir de l’expérience progressivement, en choisissant avec l’aide du Logos les corps de manifestation dans les élémentaux, puis dans les plantes, ensuite dans les animaux, et enfin dans l’homme.

Pour acquérir de l’expérience au niveau humain, 70 à 80 incarnations sont généralement suffisantes, avec des intervalles entre elles de quelques jours, décennies ou siècles terrestres. Mais pas plus de 2 000 ans, sinon l’expérience acquise est perdue. Les entités qui sont arrivées sur Terre avec une mission supérieure s’y incarnent des centaines de fois. L’un des responsables de l’équipe au sol des FL s’est incarné plus de 500 fois.

Les incarnations simultanées permettent de collecter l’expérience plus rapidement. Cela nécessite une certaine maturité de l’âme-monade, car toutes ne peuvent pas supporter le traitement d’autant d’incarnations en même temps.

Dans ce cas, de nombreux fils-incarnations sont dispersés dans le temps mais sont présents en parallèle dans toutes les couches du passé, du présent et du futur. Ce Temps sphérique est semblable à un rouleau de spirale ou à une bobine de bande.

Spirale du temps sphérique

Avec un cycle synchrone, la Monade lance de nombreux tentacules de Logos dans tous les secteurs de la bobine de Temps enroulée en même temps, scanne et absorbe tout le contenu de la spirale en une seule fois.

C’est beaucoup plus difficile, mais cela donne un résultat très rapide. Une sorte de lecteur, dans lequel au lieu d’un lecteur, il y a plusieurs milliers de faisceaux laser qui peuvent lire le disque entier en quelques secondes.

Tous les Monads ne sont pas prêts à cela. Seulement ceux qui sont expérimentés, courageux et qui ont déjà essayé une fois une lecture singulière séquentielle.

Ceux d’entre nous qui s’incarnent dans un cycle synchrone ne se souviennent généralement pas de leurs autres incarnations. Leur tâche est d’obtenir une expérience aussi diversifiée que possible, en équilibrant entre les polarités.

Pour certains, l’expérience des incarnations sera faible (vibrations rudes, prévalence de la négativité, service uniquement de soi) ; pour d’autres, elle sera élevée (vibrations spirituelles, orientation positive, service aux autres).

Embodiment singulier

Quel que soit le chemin de vie que nous choisissons, il est important de faire confiance à notre âme. Elle sait exactement quel type d’expérience nous sommes venus chercher pour cette période sur cette planète.

Quelle que soit notre incarnation, et quel que soit notre chemin, nous finirons toujours par revenir à la réalisation de nous-mêmes en tant qu’âme suprême, en tant qu’être de lumière multidimensionnel, l’étincelle de la Source.

Incarnations synchrones

Les incarnations synchrones de l’âme, comme indiqué ci-dessus, se sont généralement produites à des époques différentes. La dernière incarnation qui complète le cycle n’est pas nécessairement en 3D. Par exemple, l’une des incarnations de base (recueillant l’expérience brute) peut se trouver ici et maintenant, et la dernière – quelque part en Grèce antique ou à Babylone.

Mais les informations d’une incarnation sont instantanément transmises aux autres, par l’intermédiaire de l’âme-monade. Par conséquent, maintenant, lorsque vous lisez ce texte, toutes les incarnations de votre âme, où qu’elles se trouvent, reçoivent (au moins inconsciemment) la même information. D’où nos rêves, le déjà vu, les rencontres avec nos homologues incarnés, tout en ne réalisant pas toujours qui nous avons en face de nous.

L’humanité d’aujourd’hui est essentiellement constituée des incarnations des Monades qui traversent de tels cycles synchrones. Ils ont besoin de l’expérience de chacun ! Il n’y a pas d’expérience inutile ou gaspillée. En ce sens, la Monade et son Logos sont omnivores.

Par conséquent, les incarnations (personnes) ne font pas d’erreurs – seulement des retards. Mais toute l’expérience est destinée à l’avenir.

L’avant-dernière et la dernière incarnation clôturent le cycle, et la dernière s’identifie à l’Âme-Monade-Logos.

Habituellement, les dernières incarnations sont des illuminations, dépassant la compréhension ordinaire. À la fin du cycle, la Monade s’élève vers des sphères plus élevées du Grand Cosmos (octaves de densités), jamais vues auparavant.

De nombreuses Monades et Logos achèvent actuellement leur cycle d’acquisition d’expérience sur la Terre 3D. La Grande Transition Quantique est la fin du cycle. Ceux qui parviennent à la passer s’élèvent vers des octaves supérieures du Plan Subtil. Dans le même temps, les singuliers (et ceux qui ont été écartés du chemin synchrone) restent ici pour continuer à jouer.

Comment déterminer à quel niveau d’incarnation – initial, intermédiaire ou final – nous nous trouvons ?

Fondamentalement, cela s’exprime par la mesure dans laquelle les valeurs corporelles l’emportent sur les valeurs spirituelles, et vice versa. Voici quelques indicateurs clés.

Dans quelle mesure nous laissons-nous emporter par l’interaction avec le monde extérieur, la société ?

Quelle importance revêt pour nous la reconnaissance des autres, la position dans la société, le statut ?

Dans quelle mesure nous laissons-nous emporter par les possibilités technologiques de ce monde, y compris pour la créativité ?

Dans quelle mesure prenons-nous au sérieux les événements du monde qui nous entoure ?

Les mondes qui nous entourent

Avons-nous parfois (ou souvent) l’impression que tout ce qui se passe en 3D n’est qu’un Jeu ?

Nous arrive-t-il de ressentir un désir sous-jacent de ne pas participer aux événements actuels mais seulement de les observer ?

En répondant à ces questions à nous-mêmes (seulement honnêtement), nous pouvons déterminer grossièrement où nous nous situons dans la perspective des incarnations.

Souvent, les personnes qui ressentent (au début – inconsciemment) leur désir profond et croissant de s’éloigner du Jeu, de ne plus se laisser emporter par ses différents aspects, ressentent avec le temps, de manière de plus en plus aiguë, le faux de ce qui se passe. Lorsqu’ils doivent obéir, en se plongeant dans le prochain round du Jeu, ils souffrent intérieurement d’un refus sincère de faire tout cela.

Ceux qui ont lu le célèbre roman de Salinger « L’attrape-cœurs » se souviennent de la façon dont le personnage principal, Holden Caulfield, décrit sa perception. Il voit et ressent secrètement comment tout ce qui l’entoure semble réel, mais est en fait imprégné de fausseté, de faux-semblants et d’absurdité.

Holden Caulfield

Ce sont des signes typiques de l’incarnation finale, la préparation à la sortie du Jeu. Toute l’expérience en 3D a déjà été collectée, et l’âme-monade se prépare à quitter le Jeu pour passer à des densités beaucoup plus élevées.

La vie future de Holden Caulfield l’amènera certainement à une épiphanie, et sa Monade lui fournira tous les moyens et outils de la conscience de soi, suivie de l’achèvement du Jeu.

Les incarnations intermédiaires et initiales, à la lecture de ce texte, risquent d’être indignées, de verser dans les accusations et les critiques. Ce n’est pas grave.

Si nous sommes passionnés par le Jeu, il est préférable pour nous de chercher d’autres textes, et de continuer à vivre comme notre Monade nous le dit ici et maintenant.

En d’autres termes, ne nous égarons pas si nous avons la ferme conviction que telle est notre Voie. Il est faux de supposer que les incarnations initiales et intermédiaires sont en quelque sorte pires que les incarnations finales.

Ce sont des étapes tout aussi importantes du même chemin qui nous mène à l’Être suprême. D’une manière ou d’une autre, toutes nos personnifications existeront en même temps, et finalement elles retourneront à notre Maison, à la Source.


Retrouvez-moi sur Odysee, Telegram et GETTRCe contenu ainsi que les informations et les opinions qui y sont exprimées sont ceux de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement mon opinion.

1 Comment

Les commentaires sont fermés.