Mettre fin aux mandats ne prive pas le gouvernement de la possibilité de recommencer.

Le convoi des camionneurs pour la liberté qui se déroule actuellement à Ottawa a déclenché une onde de choc qui se propage dans le monde entier. Alors même que notre régime fédéral autoritaire continue de doubler les mesures et menace d’utiliser des tactiques de force brute contre des manifestants pacifiques, de nombreuses provinces commencent nerveusement à établir un calendrier pour mettre fin aux mandats.

Mais il y a quelque chose d’important qui manque dans la conversation entourant la fin des mandats :

Si les mandats sont tout simplement abandonnés aujourd’hui sans que soit dénoncée l’erreur juridique et éthique sous-jacente qui a été utilisée pour les justifier, l’excès de pouvoir du gouvernement sera devenu normal. Nous nous retrouverons sans protection juridique pour les empêcher de nous refaire le coup du retour des camionneurs.

Pour nous remettre en cage, il suffira au gouvernement de pointer du doigt la prochaine vague, la prochaine variante de virus ou la prochaine urgence non covidienne.

Nous aurons normalisé le fait que nos droits, nos libertés, notre autonomie corporelle, et même l’accès à nos vies sont des privilèges conditionnels, soumis aux sondages d’opinion et aux impulsions technocratiques, et qu’ils peuvent être retirés à nouveau à tout moment, « pour notre sécurité ».

En mars 2020, en violation des principes inscrits dans nos constitutions, les gouvernements du monde entier ont convaincu les citoyens de donner à leurs dirigeants et aux institutions publiques le pouvoir de passer outre les droits individuels afin d' »aplanir la courbe ».

Cette impulsion n’a pas été remise en cause par l’hypothèse erronée selon laquelle les violations des droits de l’homme pouvaient être justifiées tant que les avantages pour la majorité l’emportaient sur les coûts pour la minorité.

En acceptant cette excuse pour passer outre les droits inconditionnels, nous nous sommes transformés en un État policier autoritaire où « la force fait le droit ». C’est à ce moment-là que tous les freins et contrepoids de nos institutions scientifiques et démocratiques ont cessé de fonctionner.

La démocratie libérale s’est construite autour du principe selon lequel les droits individuels doivent être inconditionnels. En d’autres termes, ils sont censés supplanter l’autorité du gouvernement.

Par conséquent, les droits individuels (tels que l’autonomie corporelle) sont censés servir de contrepoids au pouvoir gouvernemental. Ils sont censés constituer une limite stricte à ce que notre gouvernement peut nous faire sans notre consentement individuel.

Si le gouvernement ne peut pas passer outre vos droits pour vous plier à sa volonté, il sera alors obligé d’essayer de vous convaincre en discutant avec vous. Cela oblige le gouvernement à être transparent et à s’engager dans un débat sérieux avec ses détracteurs. Votre capacité à dire NON, et à faire respecter votre choix, est la différence entre une démocratie libérale qui fonctionne et un régime autoritaire.

L’instinct naturel des personnes craintives est de contrôler ceux qui les entourent. Les droits inconditionnels obligent les gens à négocier une participation volontaire à des solutions collectives. Ainsi, les droits inconditionnels empêchent la formation de chambres d’écho et constituent un contrepoids important pour contenir la panique incontrôlée.

Lorsque personne n’a la possibilité d’utiliser la force brute du pouvoir de l’État pour forcer les autres à se soumettre à ce qu’il pense être « la bonne chose à faire », la seule voie possible est de continuer à parler à tout le monde, y compris aux « minorités marginales » aux « opinions inacceptables ». Lorsque nous permettons aux droits de devenir conditionnels, il est pratiquement certain qu’en cas de crise, les citoyens paniqués et les politiciens opportunistes céderont à leurs pires impulsions et piétineront ceux qui ne sont pas d’accord avec eux.

Les droits individuels inconditionnels empêchent les gouvernements d’emmener des citoyens non consentants en croisade. Ils empêchent les institutions scientifiques de se transformer en « ministères de la vérité » incontestables, capables de répéter leurs erreurs pour éviter de rendre des comptes. Ils garantissent que les freins et contrepoids qui font fonctionner la science et la démocratie ne s’effondrent pas dans le chaos d’une crise.

Dans le feu de l’action, lorsque les décisions politiques sont souvent prises à la volée, les droits inconditionnels sont souvent les seuls garde-fous pour protéger les minorités contre les foules paniquées et les rois autoproclamés.

Si nous permettons à nos dirigeants de normaliser l’idée que les droits peuvent être désactivés en cas d’urgence ou lorsque les dirigeants politiques décident que « la science est établie », alors nous donnons au gouvernement un pouvoir terrifiant et illimité sur nous.

Cela donne à ceux qui contrôlent les leviers du pouvoir l’autorité de désactiver l’accès à votre vie. Cela transforme la compétition pour le pouvoir en un jeu à somme nulle : les gagnants deviennent des maîtres, les perdants des serfs.

Cela signifie que vous ne pouvez plus vous permettre de laisser l’autre camp gagner une élection, à n’importe quel prix, ni d’accepter un transfert pacifique du pouvoir, car si vous perdez, l’équipe gagnante devient maître de votre destin. Et c’est ainsi qu’un jeu à somme nulle de politique de pouvoir brutale est mis en marche. Les droits individuels inconditionnels sont l’antidote à la guerre civile. Sans eux, la démocratie libérale s’effondre.

Retirer les mandats parce que « la variante Omicron est légère » ou parce que « les coûts de la poursuite des mesures sont supérieurs aux bénéfices » ne défait pas ce qui a été normalisé et légitimé.

Si la légitimité des mandats n’est pas annulée, vous ne retournerez pas à votre vie normale. Elle peut sembler superficiellement similaire à votre vie avant Covid, mais en réalité vous vivrez dans un Brave New World où les gouvernements accordent temporairement des privilèges à ceux qui se conforment à leur vision de la façon dont nous devrions vivre.

Vous n’aurez plus l’occasion de célébrer vos différences, de cultiver votre individualité ou de faire vos propres choix. Seule la conformité vous permettra d’exister. Vous vivrez sous un régime dans lequel toute nouvelle « crise » peut servir de justification pour imposer des restrictions à ceux qui ne « suivent pas le programme », tant que les foules et les technocrates pensent que ces restrictions sont « raisonnables ». Vous ne serez plus le maître de votre propre vie. Une cage dorée reste une cage si quelqu’un d’autre contrôle la serrure de la porte.

Les politiciens et les autorités de santé publique DOIVENT être forcés de reconnaître que les mandats constituent une violation des libertés civiles. Le public DOIT être confronté au fait que la démocratie libérale cesse d’exister sans les garanties inconditionnelles (inaliénables) des droits et libertés individuels.

Le public DOIT reconnaître que la science cesse de fonctionner lorsque les mandats peuvent être utilisés pour couper les débats scientifiques. Il FAUT faire comprendre à nos gouvernements et à nos concitoyens que les droits inconditionnels sont particulièrement importants en cas de crise.

Si les erreurs juridiques et éthiques qui ont été utilisées pour justifier les mandats ne sont pas dénoncées comme des violations inexcusables de nos droits constitutionnels, nous aurons par inadvertance normalisé l’idée illibérale que, tant que quelqu’un en blouse de laboratoire dit que c’est bon, on peut nous refaire le coup, à n’importe quel moment, que ce soit pour combattre la prochaine vague de Covid, pour supprimer des libertés afin de lutter contre le « changement climatique », pour saisir des actifs afin de résoudre une crise de la dette publique, ou tout simplement pour organiser socialement les résultats en fonction de ce que nos dirigeants définissent comme un « monde plus juste et plus équitable ». « 

La façon dont nous naviguons à la fin des mandats détermine si nous gagnons notre liberté ou si nous permettons à nos dirigeants de normaliser un Brave New World avec des droits conditionnels qui peuvent être désactivés à nouveau lors de la prochaine  » urgence « .

Source : JuliusRuechel.com


Retrouvez-moi sur Odysee, Telegram et GETTRCe contenu ainsi que les informations et les opinions qui y sont exprimées sont ceux de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement mon opinion.

1 Comment

  1. Très pertinent. Analyse fine qui permet de mieux cerner le cercle infernal dans lequel nous nous sommes enfermés.
    Le Convoi de la Liberté auquel j’ai hier participé n’est que le début d’un long chemin vers le retour de nos droits fondamentaux que nous avions perdu depuis beaucoup plus longtemps que nous le croyions.

Les commentaires sont fermés.