Prise de contrôle orwellienne des trans : Interdiction d’utiliser le mot « mère » !

Mon travail consiste à aider les femmes à accoucher, mais on m’a interdit d’utiliser le mot « mère ». Alors que le langage non sexiste devient obligatoire pour les sages-femmes, RT s’entretient avec une accoucheuse à domicile qui en a assez de la « mainmise orwellienne des trans » et estime qu’il est temps de l’affronter.

« Dissocier son corps et nier ce qu’il est, puis le présenter comme une sorte d’état éclairé… c’est vraiment tordu ».

Des mots forts qui feront écho à de nombreux propos de l’accoucheuse à domicile Isabella Malbin, qui fait partie du nombre croissant de sages-femmes, doulas et infirmières qui s’expriment sur ce qu’elles considèrent comme une prise de contrôle du monde de l’accouchement par les trans.

Un compte Twitter récemment lancé au Royaume-Uni, Sex Not Gender Nurses and Midwives, a fourni un forum pour faire passer leur message. Mais la réalité pour de nombreux professionnels de la santé est qu’il est difficile de parler publiquement, par peur d’être ostracisé ou d’aller à l’encontre de leur formation.

Pour avoir une idée des pressions auxquelles elles sont confrontées, RT s’est entretenu avec Isabella, qui croit fermement qu’il faut contrer l’idéologie trans. Ironiquement, son point de vue s’est passablement transformé depuis qu’elle a commencé sa formation de doula en 2016 dans sa ville natale, New York.

Elle a déclaré : « Comme la plupart des femmes qui se lancent dans le travail de naissance et la santé des femmes, j’ai un désir très sincère d’améliorer la vie des femmes, des filles et des enfants. Personne ne se lance dans un domaine aussi politisé où il y a tant de travail à faire. Je me suis lancée dans cet espace avec l’intention d’améliorer la vie des femmes et des enfants, en commençant par la naissance. »

Âgée de 24 ans et désireuse d’embrasser la modernité, Malbin n’a pas été surprise de constater que la première partie de sa formation n’était pas axée sur les questions médicales, mais s’intitulait « Compétence culturelle ». Cela signifie qu’elle et ses collègues étudiants ont appris à effacer les mots « mère » et « femme » de leur vocabulaire professionnel. Ils ont été remplacés par :  » corps en gestation « ,  » personnes en gestation « ,  » personnes qui ont leurs règles « ,  » personnes qui saignent  » et  » nourrices « .

Malbin a déclaré : « Je suis de New York, j’ai fait une école d’art… vous n’aviez pas besoin d’en dire beaucoup plus, j’étais à bord. À l’époque, je ne pouvais pas comprendre comment cela pouvait blesser quelqu’un. Je n’arrivais pas à trouver de raisonnement ou d’exemple pour expliquer pourquoi cela pouvait m’enlever quelque chose en tant que femme ou aux femmes [en général] d’utiliser ce langage ».

Comme elle était tellement déterminée à essayer d’être une aussi bonne doula que possible, Malbin n’a pas remis en question ces instructions. En fait, le ton employé indiquait clairement comment les objections seraient formulées. « C’était présenté comme : « Si vous n’êtes pas d’accord, vous avez un travail intérieur à faire », dit-elle. « À peu près à la même époque, des sages-femmes âgées ont écrit une lettre sur le danger du langage non sexiste. Mon formateur en a parlé comme d’une chose horrible et honteuse qui s’était produite dans le monde de la naissance, à savoir qu’un groupe de sages-femmes s’opposait à ce « nouveau langage ». J’ai immédiatement appris que toute opposition… était mal vue. »

Malbin a obtenu sa qualification et a commencé à organiser des séances de formation pour les couples attendant des enfants, en utilisant le langage qu’on lui avait dit d’utiliser. Son site web et ses documents professionnels ne contenaient pas les mots « mère » ou « femme ».

Aujourd’hui, elle réfléchit à ce que ses clients ont dû ressentir en évitant ces mots dans les cours. « Je me trouvais dans une salle avec 12 couples qui venaient me voir pour une formation à l’accouchement et pas une seule femme dans la salle ne pensait qu’elle était un homme – pourtant je continuais à utiliser un langage tel que ‘personnes qui accouchent’. C’était vraiment incroyable et j’ai fait cela pendant trois ans », explique-t-elle.

« S’ils trouvaient cela étrange – et je suis sûre que c’était le cas de la plupart d’entre eux – personne ne m’a jamais rien dit. J’imagine que s’ils trouvaient cela bizarre, ils ne voulaient pas m’offenser ou créer une discorde au sein de la relation. »

Finalement, il y a eu une fissure dans le barrage et Malbin s’est interrogée sur la politique du langage lorsqu’une césarienne était désignée comme un « accouchement par le ventre ».

Elle a déclaré : « C’est orwellien et cela n’a pas de sens ; tout le monde sait qu’une césarienne n’est pas seulement un accouchement par le ventre. Qui essayons-nous de protéger ici ? C’est un truc de marketing qui, à mon avis, ne profite qu’aux hôpitaux qui vendent ces accouchements par le ventre. »

« Toute femme qui a subi une césarienne sait qu’il s’agit d’une chirurgie abdominale majeure, et toute femme qui est allée accoucher par voie vaginale après une césarienne sait que ce n’est pas la même chose. Alors pourquoi faisons-nous semblant qu’elles le sont ? À qui cela sert-il de faire constamment ces concessions avec notre langage ? »

Dès lors, Malbin a décidé de revenir à l’utilisation du langage qu’elle jugeait personnellement juste et a abandonné la  » compétence culturelle  » de sa formation. Cela a eu un coût, puisque lors d’une formation ultérieure, elle a été mise à la porte pour avoir refusé d’ignorer les termes « mère » et « femme », bien qu’elle ait expliqué qu’elle acceptait si d’autres étudiants pensaient différemment.

Elle raconte : « J’ai été signalée comme « dangereuse » au responsable d’un programme qui a demandé un forum sur le genre. [Un psychologue a fait un jeu de rôle d’un homme qui se prend pour une femme et qui me supplie de le laisser entrer dans mon cercle de femmes. »

« J’ai dit : ‘Je suis vraiment désolée d’apprendre que vous avez affaire à toutes ces choses, mais vous n’êtes pas une femme et c’est un espace réservé aux femmes, alors demandez l’aide dont vous avez besoin, mais vous n’êtes pas la bienvenue ici’. Cela semble très dur pour beaucoup de gens et c’est insensé que ce soit le cas. »

Selon Malbin, il s’agit d’une situation courante – où les professionnels de santé féminins impliqués dans les accouchements ne peuvent pas exprimer une opinion en désaccord avec l’idéologie trans. Ses collègues et d’autres personnes en ligne décrivent cela comme le fait de n’avoir nulle part où se tourner.

Elles ne sont pas libres de s’exprimer, elles ne bénéficient pas d’un forum ouvert, elles sont arrachées plus vite que vous ne pouvez dire « idéologie trans » », a déclaré Malbin.

« Je reçois régulièrement des messages et des e-mails de femmes du monde entier qui me disent qu’elles ne peuvent pas s’exprimer ou qu’elles ont été ostracisées. Il n’y a aucune sorte d’espace démocratique ou d’espace nuancé où les femmes peuvent parler de ces questions. Cette idéologie est autoritaire et si vous remettez ne serait-ce qu’une partie en question, vous êtes instantanément jugée transphobe. »

Aux côtés des sages-femmes, des doulas et des accoucheuses à domicile, les mères (et les pères) sont également impactés par l’utilisation d’un langage non sexiste. La plupart d’entre eux arrivent à l’hôpital ou dans une maison de naissance, heureux de se laisser guider par les professionnels. Il est donc probable que le fait d’être qualifiée de « menstruée » ou de « nourrice » les dérange.

Des femmes sont venues me voir et m’ont dit : « Je ne me sens pas en phase avec ma sage-femme parce qu’elle croit en cette idéologie », a déclaré Mme Malbin.

« Ce à quoi nous avons déjà affaire dans la naissance est une expérience très désindividualisée où la femme est une parmi d’autres. C’est comme un tapis roulant… elle entre, elle sort. Ensuite, vous êtes incapable de nommer vos parties ou de vous sentir gênée ou hésitante à revendiquer votre corps en tant que femme par peur de déclencher quelqu’un. »

Les milliardaires derrière le programme LGBTQ et transgenre : George Soros, Peter Buffett, Tim Gill et la dynastie Stryker ont donné des CENTAINES de millions à cette cause.

Il faut également tenir compte du fait que certaines femmes peuvent se sentir mal à l’aise lorsqu’elles sont examinées par un homme. Elles peuvent être surprises lorsque quelqu’un portant un nom de femme se présente à leur chevet alors qu’il s’agit en fait d’un homme qui s’identifie comme une femme.

Malbin a poursuivi : Je pense également que c’est un problème d’avoir des professionnels de la santé masculins qui prétendent être des femmes et qui s’insèrent littéralement à l’intérieur du corps des femmes.

« Je suis déjà en désaccord avec les gynécologues obstétriciens masculins et les hommes qui se font appeler sages-femmes et doulas, mais si vous ajoutez à cela un homme qui est convaincu d’être une femme, qui a des implants mammaires et qui est sous œstrogène depuis 10 ans, c’est un tout autre niveau.

« J’ai eu des femmes qui se sont présentées à des rendez-vous gynécologiques et obstétriques en pensant qu’elles allaient voir une femme et c’est un homme. Imaginez être dans une pièce seule avec cet homme, et vous ne voulez pas offenser, et vous avez déjà enlevé votre pantalon. C’est ce qui se passe. »

Poutine : Le travail est une « discrimination inversée » et un « crime contre l’humanité« .

L’élan est définitivement donné à ceux qui souscrivent à l’idéologie trans. Et Mme Malbin pense que c’est une préoccupation pour toutes les futures sages-femmes ou doulas, car elles doivent avaler toute opinion personnelle opposée ou potentiellement trouver une nouvelle carrière.

Elle a déclaré : « Si vous voulez apprendre d’un collège de sages-femmes et qu’elles prétendent ne pas savoir ce qu’est une femme, est-ce vraiment quelqu’un de qui vous voulez apprendre ? Que promeuvent-elles d’autre ? Il y a de fortes chances qu’ils encouragent également le double langage d’une autre manière.

« Posez-vous la question : Voulez-vous faire partie d’une organisation qui se laisse intimider ? Qu’ils croient ou non en ce qu’ils font, voulez-vous être dirigé par quelqu’un qui a succombé à l’intimidation de la foule ? Il existe encore quelques programmes qui sont restés forts et ont refusé de se conformer à cette absurdité, mais ils sont rares.

Par Chris Sweeney, RT.com


Retrouvez-moi sur Odysee, Telegram et GETTRCe contenu ainsi que les informations et les opinions qui y sont exprimées sont ceux de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement mon opinion.