Quand Fauci a dit la vérité sur le masquage

Sauf pour le nouveau livre de Ian Miller : Démasqué : L’échec global des mandats de masquage Covid.

Le 4 février 2020, un mois à peine avant son interview à 60 Minutes et deux mois avant que les CDC, avec le soutien de Fauci, ne modifient leurs directives en matière de masques, il a reçu un courriel de Sylvia Burwell, qui avait précédemment travaillé comme secrétaire à la santé et aux services sociaux sous le président Obama.

Mme Burwell a demandé à M. Fauci si elle devait emporter un masque lors de ses déplacements, ce à quoi il a répondu :

« Les masques sont en réalité destinés aux personnes infectées pour les empêcher de transmettre l’infection aux personnes non infectées plutôt que de protéger les personnes non infectées de l’infection. »

Plus important encore, il lui a donné une des nombreuses raisons scientifiques pour lesquelles ce n’était pas nécessaire :

« Le masque typique que l’on achète en pharmacie n’est pas vraiment efficace pour protéger les virus, qui sont suffisamment petits pour traverser le matériau. Il peut toutefois être légèrement utile pour empêcher la formation de gouttelettes dégoûtantes si quelqu’un tousse ou éternue sur vous. Je ne vous recommande pas de porter un masque… »

Plusieurs points essentiels sont à souligner dans sa réponse, à commencer par sa déclaration selon laquelle les masques ne sont pas censés assurer la protection de celui qui les porte.

Bien que cela soit conforme à la recommandation initiale de porter des masques pour « contrôler la source », le CDC et Fauci ont maintenu que la propagation asymptomatique était la raison pour laquelle ils recommandaient le port universel de masques. Mais comme indiqué précédemment, la propagation asymptomatique est incroyablement rare, voire inexistante.

Si les individus symptomatiques ou ceux qui sont au tout début de l’apparition des symptômes sont responsables de l’écrasante majorité de la propagation, comme le suggèrent de nombreuses études, les masques n’allaient jamais être efficaces pour empêcher les cas asymptomatiques de se propager aux autres. Les nouvelles recommandations étaient vouées à l’échec dès leur mise en œuvre.

Ensuite, et surtout, M. Fauci a donné une explication précise des défauts inhérents aux masques achetés par le grand public : le virus est trop petit et passe à travers le matériau.

Cette phrase illustre à elle seule l’inéluctable contradiction entre sa déclaration ultérieure sur le manque d’approvisionnement et son hésitation initiale à recommander les masques. Sa réponse immédiate, fondée vraisemblablement sur des preuves scientifiques qu’il avait vues et examinées, était que les masques ne sont pas efficaces contre les virus.

Son affirmation selon laquelle les masques pourraient apporter un léger avantage contre les gouttelettes causées par la toux et les éternuements est précisément le même argument que celui utilisé par le CDC et d’autres pour justifier le port de masques, mais sa déclaration précédente annule complètement cette ligne de pensée.

Si les masques arrêtent certaines gouttelettes mais que le virus est trop petit pour être bloqué, les expériences en laboratoire censées prouver l’efficacité des masques sont fonctionnellement inutiles. Les simulations mécanistes en laboratoire utilisant des mannequins portant des masques pour montrer à quel point ils arrêtent les gouttelettes ne mesurent pas du tout la bonne chose.

Le Dr Fauci savait avant avril 2020 que l’arrêt des gouttelettes, la seule chose que les masques pourraient potentiellement accomplir, ne sera pas utile en raison de la taille des particules virales. Il n’a rien dit sur la nécessité de garantir l’approvisionnement des travailleurs de la santé, qui auraient besoin de masques pour se protéger dans le cadre de leurs fonctions de prestataires de soins de première ligne traitant les patients atteints du COVID. Il a simplement déclaré que les masques sont inefficaces.

En conclusion, son dernier commentaire réaffirme avec force son point de vue : « Je ne recommande pas le port d’un masque. » Ce sentiment résume ce que Fauci savait sur le masquage, et c’est exactement ce qu’il a dit lorsqu’il a été interrogé dans l’émission 60 Minutes. Jusqu’à ce que le CDC change ses directives, la pensée de Fauci était entièrement cohérente. Puis, soudainement, et sans aucun changement significatif dans la base de preuves, son opinion a radicalement changé.

Comment pouvons-nous être si sûrs que la base de preuves n’a pas changé ? Eh bien, parce que les e-mails de Fauci couvrent également ce point. Le 31 mars, quelques jours seulement avant la nouvelle recommandation du CDC en faveur du masquage universel, il a reçu un courriel d’Andrea Lerner, une autre employée du NIAID et des National Institutes of Health.

Lerner confirmait ce que toute la communauté scientifique savait déjà : il n’y avait aucune preuve que le masquage réduisait la transmission des maladies de type grippal :

« En outre, j’ai trouvé la revue ci-jointe sur les masques qui traite de leur utilisation en milieu communautaire. Vous trouverez ci-joint l’article et la figure 3, qui résume les données de 9 essais cliniques randomisés très divers (qui se recoupent avec ce que j’avais envoyé précédemment). En résumé [sic] : en général, il n’y a pas de différences dans les taux de SG, d’IRI ou de grippe lorsque les masques sont utilisés… « .

Fauci savait que les masques ne fonctionnaient pas pour prévenir les maladies comme le COVID. Il savait que les preuves sur les masques n’avaient pas changé, car l’un de ses meilleurs employés a confirmé que le masquage n’avait pas d’impact positif selon l’étalon-or de la recherche scientifique, les essais contrôlés randomisés.

Le 31 mars, Fauci a reçu ce courriel, confirmant que ses déclarations du 8 mars à 60 Minutes étaient scientifiquement correctes, et pourtant, le 3 avril, lui et le CDC, sans aucune nouvelle base probante, ont recommandé le masquage universel. L’impact de cette décision, fondée sur une hypothèse inexacte de propagation asymptomatique et un mépris délibéré des preuves, a fondamentalement changé le pays.

Les masques sont devenus un point de mire politique et culturel, suscitant d’innombrables informations inexactes de la part des médias, des études d’une qualité embarrassante de la part des institutions scientifiques qui tentaient de prouver qu’ils fonctionnaient, et leur efficacité supposée a été utilisée pour justifier le placement indéfini d’enfants âgés d’à peine deux ans dans des masques.

Ceci est un extrait du nouveau livre de Ian Miller : Démasqué : L’échec global des mandats de masques Covid « . Via GreatGameIndia.com.


Retrouvez-moi sur Odysee, Telegram et GETTRCe contenu ainsi que les informations et les opinions qui y sont exprimées sont ceux de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement mon opinion.