Sananda : Vous êtes le premier

Jahn : Hier le blues de Noël et aujourd’hui la douleur du monde – qu’est-ce qui ne va pas chez moi ? J’ai l’impression d’être dans un trou…

SANANDA : Restructurer ses cellules – cela permet de faire remonter à la surface les vieilles tensions et les peurs, et de les évacuer.

Jahn : J’ai fait un beau rêve dans lequel quelqu’un me montrait comment tapoter le cœur avec l’index et le majeur et tout était guéri en un rien de temps.

Je l’ai déjà fait, mais sans succès jusqu’à présent…

SANANDA : Le temps – il faut du temps.

Jahn : Soudain, j’ai eu peur de vieillir – et de ne plus être en forme physiquement. De telles craintes ne me hantent jamais…

SANANDA : Les peurs s’en vont – les peurs profondes, les déceptions et l’impuissance, tout est en train de remonter et de quitter votre système. Cela prend du temps.

Jahn : Combien de temps ?

SANANDA : Combien de temps voulez-vous arrêter ?

Jahn : N’importe quoi, si je peux le supporter…

SANANDA : Cela se fait par étapes. Ce soir, vous vous sentirez mieux, demain cela s’atténuera et après-demain, vous serez de nouveau en pleine possession de vos moyens. Cette étape est suivie d’une pause. Votre équipe mentale continuera à travailler pendant que vous dormez, jusqu’à ce que tout ce qui cause de la douleur dans ce monde soit de l’histoire ancienne.

Jahn : J’ai beaucoup dormi et je me sens encore épuisé ! C’est aussi quelque chose qui m’arrive rarement…

SANANDA : Beaucoup de guerriers de la lumière et de travailleurs de la lumière ne font pas assez attention à eux.

Pauses et repos

Ils ignorent les signaux du corps ou de la psyché et s’épuisent jusqu’à s’effondrer. Ce n’est jamais une bonne façon de faire. Il est bon de reconnaître les signes qui invitent à faire une pause et d’y réagir.

Les pauses et le repos sont essentiels à la réussite des projets et à l’exécution des commandes. Prêtez-y attention ! Aimez-vous en prenant du temps pour vous.

Jahn : Après la lecture légère, j’ai eu 3 jours pour moi, maintenant c’est au tour de ma famille. J’ai hâte d’y être – et après je serai si délabré ?

SANANDA : Même votre travail, aussi épanouissant soit-il, ne signifie pas que vous avez du temps pour vous. C’est un don constant ! Il faut toujours en être conscient.

Même si vous vous asseyez dans votre chambre et que vous écrivez quand vous êtes tout seul, vous donnez de la force, du soutien et de l’énergie à d’autres personnes dans cette situation également. Vous ne pouvez pas toujours remplir vos batteries de la même manière.

C’est impossible, surtout si vos propres processus sont activés. Vous ne donnez pas seulement pendant les lectures légères, mais chaque jour où vous poursuivez votre travail : un travail énergique en mode continu. Prenez-en conscience ! Personne ne manque à l’appel lorsque vous faites des pauses.

Ma famille

Jahn : Mais ma famille – je me dis souvent que je devrais avoir plus de temps pour Noah ou que je devrais soutenir Nadja davantage…

SANANDA : Vous donnez ce que vous pouvez donner, et je peux vous dire que c’est abondant. Noah et votre famille ressentent toujours votre présence, même lorsque vous n’êtes pas là. Vous formez une équipe merveilleuse.

Nadja se donne tout comme vous vous donnez, chacun dans sa propre sphère d’influence – et vous avez toujours besoin de pauses.

Le champ familial est nourri, maintenu et renforcé par vous deux. C’est un bonheur rare pour les enfants que deux âmes mûres les soutiennent et les bercent d’amour.

Jahn : C’est gentil et cela me calme. Je vous remercie.

Sa propre mort

Jahn : Ces jours-ci, je pense souvent à ma propre mort. Mathématiquement, je suis dans le dernier tiers ou quart de ma vie. Mon meilleur ami (c’est-à-dire HANNELORE) est revenu à la lumière il y a trois mois, à l’âge de 76 ans – il me reste donc encore une vingtaine d’années. Je prends soudain conscience de cette finitude…

SANANDA : Tout remonte maintenant. Ces pensées font partie de ce qui doit être pris en compte maintenant pour que vous puissiez atteindre le niveau suivant.

Vous plongez très profondément dans les émotions humaines associées à la mort – d’où votre humeur. C’est un processus et il passe. Ensuite, tout devient beaucoup plus facile. Votre état se stabilise. C’est une blessure énergétique ouverte dont il faut s’occuper maintenant.

Jahn : C’est passionnant pour moi. Pendant la lecture lumineuse, je donne tout aux gens, je suis rechargé et plein de pouvoir – et quelques jours plus tard, j’aurais moi-même besoin d’un Jahn.

Les entraîneurs ont aussi besoin d’entraîneurs

SANANDA : Toute personne qui pratique le travail de lumière à un certain niveau doit régulièrement se plonger dans ses propres problèmes. Garder son vaisseau pur et le nettoyer quand c’est nécessaire est la clé pour permettre à l’énergie de circuler à travers soi. Chaque formateur a également besoin d’un formateur lui-même.

Ne vous inquiétez pas ! Cette formation de votre conscience est suivie de pauses. Cela arrive !

Toutes les personnes qui ont suivi ces lignes et qui sont confrontées à des situations similaires l’ont appris :

Soyez attentifs à vos propres besoins ! Reconnaissez le temps de repos ! Faites des pauses ! Les processus énergétiques ont besoin d’espace et de temps.

Le monde et les gens devront attendre si vous vous préparez à donner au monde et aux gens.

Le message est le suivant : VOUS passez en premier !
Je m’appelle SANANDA

Jahn J Kassl

Ce contenu ainsi que les informations et les opinions qui y sont exprimées sont ceux de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement mon opinion.

A propos de Giuseppe 18712 Articles
L'amour comme but ultime !