Sanhia : La longévité est-elle un atout ?

Nous avons reçu une question d’un lecteur de Taïwan qui a écrit (et je paraphrase) : La vie à l’état naturel est de l’énergie pure, alors pourquoi appelons-nous la “vie” un cadeau ?

Pourquoi la longévité de la vie est-elle une obsession ? Sanhia souhaite-t-elle revenir à un “corps solide” et à des conditions de vie peu vibratoires, avec toutes les incertitudes et tous les défis que cela implique ?

Je suis conscient que les cultures asiatiques – les Chinois, les Japonais et les Coréens, au moins – ont besoin de sauter dans le train de la longévité et de la santé, comme Spock et les Vulcains l’ont dit : “Vivez longtemps et prospérez”.

Bien sûr, il faut prendre soin de sa santé, mais qui sait combien de temps on peut vivre ? Une longue vie peut s’apparenter à de longues peines dans le “couloir de la mort”. Tôt ou tard, c’est fini, le corps se détériore et nous devenons un fardeau pour les autres et pour nous-mêmes.

Il semble que le lecteur maîtrise assez bien la question, mais nous allons l’approfondir. Puisque le temps n’existe pas, comment peut-il avoir une valeur ? Vivre longtemps n’a pas de sens si le temps n’existe pas. Ce que font ceux d’entre vous qui lisent ces lignes, c’est vivre.

Sinon, vous auriez du mal à ouvrir ce message. Vous êtes dans le moment présent, et c’est tout ce qu’il y a. Il n’y a pas de futur. Si vous croyez qu’il existe, je poserai les questions suivantes : “Où est cet avenir ? Peut-on s’y rendre à partir d’ici ? Comment faire ?”

Si quelqu’un a une réponse à ces questions, écrivez-moi et nous aurons une conversation. Les mêmes questions se posent pour le passé. Tout ce qui est ici, c’est le présent, et au cours des quelques instants que vous avez passés à lire, combien de présents y a-t-il eu ?

Dès que vous essayez de décrire ce qui se passe, vous vous référez au passé. Le présent est constamment en mouvement et en mutation. Toute tentative d’explication ou de compréhension vous fait sortir du présent pour vous replonger dans le passé. Vous ne vivez plus pleinement le présent.

Si l’on admet que le temps est réel et qu’il a une valeur, il peut être logique de penser que plus de temps est une bonne chose.

Cependant, comme l’a souligné le lecteur, si votre expérience de la vie dans votre corps est infernale, alors peut-être qu’une vie plus longue n’est pas souhaitable, et que le temps a plutôt une valeur négative ; une vie plus courte pourrait sembler plus souhaitable, moins de temps en enfer. Les personnes qui choisissent le suicide peuvent avoir cette vision négative du temps et de l’expérience terrestre.

Le lecteur me demande si je souhaiterais revenir à un “corps solide” ? C’est une autre question insensée, qui implique que le choix existe. Je SUIS, tout simplement. Je n’agis pas par choix mais je coule avec l’Unité.

Si vous croyez au choix, vous êtes constamment tiré du moment présent dans votre esprit pour rechercher dans les archives des informations qui vous guideront dans votre choix. C’est au lieu de vous laisser aller à la présence et de suivre le courant.

C’est la recette de l’enfer sur terre. Moins de temps ou plus de temps, cela n’a pas d’importance. Tout ce qui compte, c’est le moment présent. Les raisons qui vous poussent à partir ou à rester proviennent toutes de pensées issues de votre passé, qui, comme vous vous en souvenez peut-être, n’existe pas.

Certaines cultures, en fait la plupart des cultures modernes, accordent de l’importance à une longue vie. Elles considèrent que la mort d’une personne à un jeune âge est une tragédie, et que plus la personne est jeune, plus la catastrophe est grande.

Même lorsqu’il s’agit d’une personne plus âgée, voire plus âgée, la mort est encore souvent considérée comme un événement tragique. Toutes sortes de médicaments, d’interventions chirurgicales et de traitements sont mis en œuvre, parfois à grands frais, pour maintenir la vie physique.

C’est comme si le fait d’augmenter le nombre de jours de vie était en soi une qualité positive. Plutôt que d’accepter que tout le monde va mourir, on tente de lutter contre ce qui est, qui sera finalement la mort physique de la personne. Pourquoi voudrait-on vivre plus longtemps ?

Cette idée ne peut venir que d’un esprit qui n’est pas dans le présent. Dans le présent, vous êtes en vie. Vous ne pouvez pas vivre dans le passé ou dans l’avenir. Si vous pensez à vivre plus longtemps, vous n’êtes plus dans le présent ; vous avez cessé de vivre.

En d’autres termes, le seul endroit où vous pouvez faire l’expérience de la vie est le moment présent. Vous ne pouvez pas l’expérimenter dans le futur ou le passé. Vous faites alors semblant d’être ailleurs. Vous êtes dans un rêve à l’intérieur du rêve.

Quelles que soient les raisons pour lesquelles vous êtes dans ce rêve, elles n’existent que dans le présent. Avoir pour objectif de vivre longtemps signifie ne pas vivre maintenant. Cela rejoint les mots exprimés dans le dernier message à propos des objectifs.

Je sais qu’aucun d’entre vous n’est comme cela, mais vous connaissez peut-être quelqu’un qui se prive de certains plaisirs dans le présent parce qu’il croit que cela l’aidera à vivre plus longtemps et à être en meilleure santé à l’avenir. Sacrifier le présent pour le futur. C’est un bon plan.

Peut-être qu’en se privant de tout ce qui pourrait rendre le présent plus agréable, on pourrait vivre éternellement. Je plaisante, enfin juste un peu. Sérieusement, si la joie ne peut être que future et que vous ne pouvez vivre que dans le présent, votre abnégation sera éternelle et votre joie sera éternelle. .

Il n’y a qu’une seule raison pour laquelle vous êtes ici, et c’est de vous éveiller à la vérité de vous-même. Le seul endroit où vous pouvez le faire, c’est dans le présent. Peu importe le temps que tu te donnes pour te réveiller, ce réveil restera toujours dans le futur. Mais devinez où vous êtes.

Vous êtes coincé dans le présent. Comment se rendre dans ce futur où vous serez éveillé ? Encore une fois, écrivez-nous si vous pouvez nous expliquer cette question afin que nous puissions en discuter. Si vous savez comment faire, vous êtes assis sur une mine d’or.

Nous avons un autre petit problème. Admettons que vous puissiez Nous convaincre qu’une longue vie est une bonne chose, comment vous y prendriez-vous ?

Nous supposons que vous trouvez la vie suffisamment supportable pour que l’idée de la longévité ne vous effraie pas, ou du moins qu’elle vous effraie moins que l’idée de la mort. Vous devez maintenant être convaincu que vous pouvez influer sur le moment de votre départ de la terre.

Vous faites peut-être du jogging tous les jours, vous vous entraînez à la salle de sport trois fois par semaine, vous suivez un régime végétalien macrobiotique, vous vous abstenez d’alcool, de tabac et de drogues, vous jeûnez et purifiez votre corps, vous faites du yoga, vous méditez et bien d’autres choses encore.

Êtes-vous certain que cela vous permettra de vivre une vie plus longue et plus saine ? Êtes-vous sûr qu’un objet ne tombera pas du ciel et n’atterrira pas sur votre tête ? Êtes-vous sûr que la batterie de votre voiture électrique n’explosera pas ?

Êtes-vous certain qu’un terroriste n’entrera pas dans le magasin où vous faites vos courses et ne se fera pas exploser avec sa bombe attachée ?

Bien sûr, nous ne faisons que nous amuser, mais ne serait-il pas ironique d’en arriver à une telle extrémité après avoir consacré votre présent à la garantie d’une vie longue et saine ? La question qui se pose à nouveau est la suivante : êtes-vous certain qu’un tel cadeau ne pourrait pas vous arriver ?

La question plus large est de savoir si vous êtes certain de pouvoir contrôler l’avenir, cet avenir qui n’existe pas ? Êtes-vous sûr de pouvoir contrôler l’avenir ? Quels sont vos antécédents ? Tout dans votre vie s’est-il déroulé exactement comme vous l’aviez prévu jusqu’à présent ? Soyez honnête.

C’est votre présent que vous envisagez de sacrifier. Si les choses se passent toujours comme vous l’espérez, ne vous en privez pas. Lorsque vous fêterez votre deux centième anniversaire, envoyez-moi une carte postale.

Je sais, toutes les communications seront au moins électroniques d’ici là, mais vous voyez ce que je veux dire. Les autres reconnaissent que les choses ne se passent pas toujours comme ils le souhaitent.

Je tiens cependant à souligner que si vous êtes dans le moment présent, absolument, et que vous remarquez ce qui se passe, vous saurez que tout se passe parfaitement, et vous choisirez de ne rien changer. Votre esprit pensant et planifiant n’a pas la moindre idée de ce qui est dans votre intérêt.

Ce qui se passe maintenant est absolument dans votre intérêt. Il est nécessaire de le voir, de ne pas y résister mais plutôt de l’accueillir, de s’ouvrir à l’émerveillement qu’il suscite.

C’est aussi bien. Il est là et ne va nulle part. Il ne faut surtout pas être dans un futur illusoire ou se demander combien de temps ce maintenant va durer.

Passons aux choses sérieuses. Vouloir vivre plus longtemps, c’est avoir peur de la mort. Si vous vivez dans le moment présent, totalement présent, il n’y a pas de temps. Vous vivez pleinement. En vérité, vous vivez toujours pleinement, mais lorsque vous n’êtes pas présent, vous pouvez en devenir inconscient.

Pouvez-vous vous souvenir d’un moment où vous n’étiez pas conscient, où vous ne vous sentiez pas vivant ? Si c’est le cas, ajoutez ce souvenir à la liste des messages que vous pouvez m’envoyer. Dites-moi à quoi ressemblait cette expérience.

Oh, attendez, comment pourriez-vous faire cela si vous n’aviez pas une certaine conscience à ce moment-là ? Ne pas vouloir mourir est la peur de l’absence de conscience. C’est la terreur que beaucoup ne veulent pas affronter.

La croyance est que vous êtes votre corps et que lorsque votre corps disparaît, vous disparaissez aussi – dans un trou noir, dans l’oubli, pour ne plus jamais exister. La seule façon de faire face à la peur est d’être totalement dans le présent avec elle. Entrez dans cette peur, dans ce gouffre, dans ce vide.

Voyez ce qui s’y trouve. Sentez l’endroit où vous la portez dans votre corps. Utilisez le processus en cinq étapes avec votre peur de la mort. Un célèbre auteur-compositeur a écrit ces lignes : “Celui qui n’est pas occupé à vivre est occupé à mourir”. Vivre, c’est vivre dans le présent.

Si vous êtes ailleurs, vous êtes occupé à mourir. De plus, il est probable que vous pensiez que la mort est réelle. Croire en la réincarnation n’est pas différent d’affirmer l’existence du paradis et de l’enfer.

C’est éviter le moment présent, essayer de masquer la peur de la mort par une image heureuse, ou terrifiante, de ce qui se passera après la mort de votre corps. Tout ce que vous pouvez souhaiter ou espérer – tous vos rêves – se trouve ici, en ce moment même.

Cela n’a rien à voir avec votre corps. Le corps n’est que la forme sous laquelle vous faites l’expérience du moment présent. Le futur et le passé n’ont rien à vous apprendre. Dans le moment présent se trouve la connaissance absolue de votre vérité, de votre identité qui ne peut être détruite.

Le scénario a déjà été écrit. Le lieu, la manière et le moment où la mort de votre corps se produira ont été déterminés. Vous vous trompez vous-même si vous pensez que vous pouvez avoir un quelconque contrôle sur cela.

Lorsque je dis que vous partagez tous le but de l’éveil, cela ne veut pas dire que vous en ferez l’expérience dans l’incarnation actuelle. Ceux d’entre vous qui lisent ces messages ou qui s’efforcent de vivre dans le présent ont plus de chances d’en faire l’expérience, mais rien n’est garanti par leurs efforts.

Vous connaissez tous des gens qui pensent qu’une orientation spirituelle telle que celle que nous décrivons ici est insensée. Ils acceptent le monde comme étant réel et veulent soit l’améliorer, soit obtenir leur part du gâteau, soit sont désespérément découragés.

Peut-être croient-ils qu’il n’y a pas de Dieu, d’Unité ou autre, ou qu’il s’agit simplement d’un univers aléatoire, et que nous sommes tous victimes de ce qui pourrait arriver. Sans aucune pensée ou intention de se réveiller, il est moins probable qu’ils en fassent l’expérience dans le présent.

Ce n’est pas grave. Il est écrit quand cette agitation commencera. Cela ne vous regarde pas. Si leurs pensées et leurs actions vous dérangent, elles ne font que refléter la partie de vous qui partage les mêmes peurs et les mêmes croyances. Merci pour cette réflexion.

Ce qui est certain, c’est votre éveil. Le moment est connu, mais pas pour vous. Cela ne fait aucune différence dans l’illusion du temps que cela se produise maintenant, dans dix ans ou dans dix vies. Cela ne fait aucune différence. Lorsque vous vous réveillez, le temps s’arrête.

Le passé et le futur se dissolvent ; il n’y a que le moment présent. Lorsque ce sera votre vérité, le temps qu’il vous aura fallu pour y arriver n’aura plus d’importance, car vous n’aurez plus conscience du passé.

En attendant, plus vous réussirez à rester dans le présent et à ne pas vous laisser guider par vos pensées, plus vous aurez de chances de connaître la paix et la joie maintenant.

Je voudrais revenir au tout début de la question de ce mois-ci. Le lecteur semble se demander si la vie est vraiment un cadeau. Tout est un cadeau ! Tout ce qui se passe à chaque instant est un cadeau.

C’est seulement l’esprit qui rejette ce qui est donné et pense que quelque chose d’autre est meilleur qui empêche ce cadeau d’être reçu et apprécié. Seul un esprit qui ne pose pas de questions et qui n’est pas guidé par des pensées passées peut y parvenir.

L’auteur de la question poursuit en suggérant qu’il n’y a pas lieu de souhaiter une longue vie ou de la souhaiter à quelqu’un d’autre, car cela ne ferait qu’allonger la durée de votre emprisonnement. Oui, si vous n’êtes pas dans le présent, la longévité peut signifier plus de temps en enfer.

Cependant, une mort prématurée n’est pas un sursis ; elle ne fait que retarder l’éveil à une autre expérience corporelle. Il n’y a rien de mal à cela, mais assimiler le fait d’être dans un corps à la souffrance vient du fait que l’on ne vit pas dans le présent.

Voir la vie comme une lutte, comme une chose négative, vient du fait que l’on ne vit pas dans le présent. Vivre dans le présent n’a rien à voir avec la durée de votre vie. Cela n’a rien à voir avec le temps. Les cadeaux sont simplement là, maintenant, attendant que vous les acceptiez.

Les choses qui sont réelles ne se détériorent pas et ne s’effondrent pas. La mort est un cadeau pour celui qui ne peut pas aller plus loin vers l’éveil dans ce corps. Votre vie est éternelle. La mort de ce corps, comme sa naissance, n’est qu’une histoire, un film, une illusion.

La vérité est ici, dans le moment présent.

Michael Hersey


Source

Ce contenu ainsi que les informations et les opinions qui y sont exprimées sont ceux de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement mon opinion.

A propos de Giuseppe 17690 Articles
L'amour inconditionnel comme but ultime !