Se libérer de ses peurs les plus profondes

Nos croyances cachées nous empêchent d’élargir notre conscience et nous enferment dans la gamme empirique des fréquences et des polarités des ondes électromagnétiques.

Nous savons qu’il existe d’innombrables façons de comprendre la nature de notre réalité et la gamme des vibrations au-delà de nos sens physiques. Nous avons cru qu’au-delà de nos sens physiques, nous ne pouvions être conscients d’aucune vibration ni d’aucun sentiment de présence.

La base de cette barrière à notre conscience est notre dépendance subconsciente aux vibrations de l’empirisme avec les qualités du bon et du mauvais. En reconnaissant ces énergies dans notre attention, nous les rendons réelles dans nos expériences.

Notre réalité est une interaction entre les modèles d’ondes et notre propre conscience. Bien que nous ayons la capacité d’interagir avec chacun d’entre eux, nous nous sommes rendus aveugles à tous les modèles énergétiques au-delà de nos sens physiques par peur de l’inconnu.

Cela crée une croyance dans le néant et provoque un malaise dans la transcendance.

L’inconnu n’existe pas dans la conscience de l’ego, sauf en tant qu’étiquette, et non en tant qu’expérience. Si nous devions baisser notre garde, nous avons craint ce qui pourrait arriver et comment nous pourrions devenir la proie de forces négatives.

C’est la raison pour laquelle il faut faire un saut dans la conscience pour transcender l’ego.

Nous pouvons continuer à prendre conscience de nos croyances limitatives et à les remettre en question, afin de les accepter, d’être reconnaissants pour les expériences qu’elles ont ajoutées à notre réalisation, puis de nous libérer de leurs limites.

Dans notre imagination, nous pouvons faire l’expérience de la résolution de la négativité personnelle et de la liberté et de l’extase qui en résultent. Ce processus aligne notre propre signature énergétique sur un domaine supérieur, dans une dimension où seule l’énergie positive est présente.

Il ne change pas notre présence empirique, mais il change la qualité de nos expériences. Si nous sommes capables de vivre dans la gratitude et l’acceptation constantes de tout, et dans le désir d’améliorer toute vie, nous pouvons remplir notre vie d’une plus grande vitalité et d’une plus grande joie.

C’est une perspective possible pour nous. Pour la concrétiser dans notre expérience, nous pouvons nous y exercer et découvrir ce qui se passe. Nous devrons affronter des peurs et des doutes puissants pour pouvoir nous en libérer. Finalement, nous devons nous confronter à notre croyance en la mortalité.

Parce que cette croyance nous a empêchés de réaliser notre présence au-delà du corps, elle a stimulé la peur de la fin, et elle est la source de toutes nos peurs. Elle est basée sur notre choix intentionnel de ne pas savoir ce que nous savons profondément dans notre propre conscience.

Si nous souhaitons devenir des aventuriers de la conscience, nous avons le choix de vivre avec des perceptions qui améliorent la vie ou la diminuent, qui sont orientées positivement ou négativement. Le résultat de ces choix oriente notre présence de conscience vers plus de vitalité ou vers plus de dépression.

Si nous avons eu suffisamment d’expérience avec la négativité, nous pouvons choisir de faire le saut au-delà de la peur et d’entrer dans l’acceptation et la compréhension illimitées.

Nous pouvons acquérir une perspective transcendante et une grande conscience de la façon dont la vie fonctionne et de ce qu’elle est vraiment. En suivant notre connaissance intérieure, nous pouvons devenir adeptes de la création de la vie que nous aimons pour nous-mêmes et pour toute l’humanité.

Lorsque nous sommes en alignement avec la conscience de notre Créateur, nous sommes reconnaissants et acceptons notre vie entière, qui devient satisfaisante à tous points de vue.

Kenneth Schmitt

Ce contenu ainsi que les informations et les opinions qui y sont exprimées sont ceux de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement mon opinion.

A propos de Giuseppe 18768 Articles
L'amour comme but ultime !