Surmonter la peur de la mortalité

Par Gary Z McGee, WakingTimes.com – « Je crois en tout, rien n’est sacré. Je ne crois en rien ; tout est sacré. » – Tom Robbins

Certains disent que la mort est une boussole. D’autres disent que c’est un carrefour. Certains disent que la mort est le début du temps. D’autres disent que c’est la fin du commencement. Mais peu importe ce que les gens disent, la mort n’est pas négociable. Elle vient pour nous tous. Nous ignorons cette connaissance à notre propre péril.

Certains d’entre nous sont conscients de ces lumières, mais beaucoup d’entre nous en sont inconscients. Pour certains d’entre nous, les lumières se dirigent à toute vitesse vers nous, et la mort est proche. Pour la plupart d’entre nous, les lumières sont loin, faiblement éclairées à l’horizon. Mais nous finirons tous par être écrasés par le véhicule de la mort.

Alors, que doit faire un mortel qui trébuche, qui trébuche ? Comment résoudre la quadrature du cercle en sachant que nous allons mourir ? Comment naviguer sur ce ruban de Möbius de la mort ? Comment desserrer l’étau pour pouvoir au moins vivre une vie décente ?

Savoir comment gérer la peur de la mortalité est probablement la compétence de vie la plus importante que nous puissions avoir. Mais il s’agit d’une pièce à double face. D’un côté, la peur de la mortalité est la peur de la mort. De l’autre côté, la peur de la mortalité est la peur de la vie. Les deux doivent être honorées et ménagées avant de pouvoir atteindre la sublimité.

La peur de la mort :

« Plus votre vie n’est pas vécue, plus votre angoisse de la mort est grande. Plus vous échouez à vivre pleinement votre vie, plus vous aurez peur de la mort. » – Irvin Yalom

Sachez ceci, dès le départ : Il n’y a pas d’échappatoire. Vous ne pouvez pas avoir votre gâteau et le manger aussi. Une vie bien vécue est une vie vécue en regardant la mort en face. On ne peut pas être un artiste aventureux ou un esprit ivrogne tout en étant un citoyen respectueux des lois ou un chêne solide dans une cour confortable. Si vous voulez vous saouler, vous devez accepter la nausée et la gueule de bois. Si vous voulez dire oui à la lumière du soleil et à l’aventure, vous devez dire oui à la saleté et au danger.

Tout est en toi, le démon et le diamant, le pouvoir et la douleur, le rire de la vie et la trépidation de la mort. Dis oui à tout, ne te dérobe pas. N’essaie pas de te mentir à toi-même. Tu ne vas pas vivre éternellement. Vous n’êtes pas immortel. Vous êtes un papillon dans un tsunami. Ne le combattez pas. Abandonnez-vous à lui. Laissez-le vous guider. Laissez-le vous conduire. Ne faites qu’un avec la tempête. Vous avez cette seule vie. Tirez-en le meilleur parti.

Réconciliez votre peur de la mort, assimilez votre angoisse existentielle, intégrez votre anxiété de la mort. Défiez la mort en l’affrontant de front. Mourir en elle. Brûlez les scories.

Perdez votre bagage sentimental, votre naïveté, votre innocence. Puis ressuscitez en une personne ayant le courage de supporter la douleur. Car la douleur est l’enseignant ultime. Surtout la douleur qu’enseigne la mort. Apprenez d’elle. Laisse-la te façonner. Laisse-la t’aiguiser en un instrument digne de magnificence. Comme Atticus l’a énoncé de manière énigmatique, « Que ma mort soit une longue et magnifique vie. »

En fin de compte, la mort fait de nous tous des philosophes.

La peur de la vie :

« La vie vous brisera. Personne ne peut vous en protéger, et vivre seul ne le fera pas non plus, car la solitude vous brisera aussi par son désir ardent. Vous devez aimer. Vous devez ressentir. C’est la raison pour laquelle vous êtes ici sur terre. Vous êtes ici pour risquer votre cœur. Vous êtes ici pour être englouti. Et lorsqu’il vous arrive d’être brisé, ou trahi, ou quitté, ou blessé, ou que la mort vous frôle, asseyez-vous près d’un pommier et écoutez les pommes tomber en tas tout autour de vous, gâchant leur douceur. Dites-vous que vous en avez goûté autant que vous avez pu. » – Louise Erdrich

La vie vous brisera le cœur. Et bien. Laissez-le se briser. Votre cœur est fait pour se briser, aspirer toute l’expérience en lui – bonne et mauvaise – puis se ressouder. C’est ce qui vous rend plus fort. Paraphrasant Samuel Becket ici : Toujours amoureux. Toujours le cœur brisé. Peu importe. Aimez à nouveau. Ouvrez votre cœur à nouveau. Brise-le mieux.

Dans la vie, il ne s’agit pas tant de recevoir des fleurs, des arcs-en-ciel et des rayons de soleil que de savoir comment traverser les épines, les tempêtes et les ténèbres. N’évitez pas les épines au détriment de la rose. N’évitez pas la tempête au détriment de l’aventure. N’évitez pas l’obscurité au détriment de la vision au-delà de la lumière. La douleur ne doit pas être évitée au détriment de la plénitude ; la plénitude doit être embrassée au risque de la douleur.

Comme James Hillman l’a puissamment déclaré, « Nous sommes composés d’agonies et non de polarités ».

C’est ce que vous faites de ces agonies qui décidera de la plénitude de votre vie. Être entier, ce n’est pas ne jamais se briser. Pas du tout. Être entier, c’est se briser, puis se reconstituer plus fort qu’avant. Et cela ne se termine jamais. C’est une constante : être blessé, réparer ses blessures, puis les transformer en blessures sacrées. C’est ça, une vie bien vécue.

Une autre façon de voir le cycle vie-mort-naissance est en termes de plénitude. Il n’existe aucun point du cycle qui ne soit le début et la fin de tous les autres points du cycle. C’est ce que vous êtes. Vous êtes la totalité, percevant les aspects fracturés de la totalité comme des points le long du chemin.

Pendant les périodes sombres, lorsque vous avez l’impression d’avoir été enterré dans l’échec et la douleur, rappelez-vous ce sentiment de plénitude, puis inversez le scénario et imaginez que vous avez été planté à la place. Maintenant, tout ce qu’il reste à faire est de prendre cette plénitude et de s’épanouir dans la sublimité.

Découvrez le Sublime :

« Il y a des hauteurs de l’âme d’où même la tragédie cesse de paraître tragique. » – Nietzsche

Lorsque vous assimilez votre peur de la vie et de la mort, vous expérimentez un état de sublimité cosmique. Vous vous élevez au-dessus de toutes les douleurs et de tous les plaisirs, de tous les hauts et de tous les bas, de toutes les peurs, de toutes les angoisses et de toutes les faims.

Toute la lourdeur de la mortalité disparaît pour laisser place à la légèreté du cœur. Amor fati vous submerge et tout ce que vous pouvez faire est d’entrer dans le rôle puissant d’être l’amour lui-même. Vous tombez amoureux d’être amoureux de votre destin.

Dans cet état de sublimité cosmique, toute la douleur, tout le plaisir, tous les hauts et les bas, toute la peur et l’amour de la vie deviennent de simples ingrédients pour votre propre projet d’immortalité, votre magnum opus, votre œuvre d’art ultime.

Là où une plante s’épanouit en une fleur, un être humain s’épanouit en une œuvre d’art. Lorsque vous êtes dans les affres d’un processus artistique, vous vous épanouissez. Vous touchez la pierre philosophale. Le transcendant brille à travers l’art. Le sublime brille à travers vous. Tout s’assemble dans cet espace sacré entre la vie et la mort : l’abandon.

Le sublime cosmique est un point de pivot ontologique, une perspective dans laquelle la mort est aussi un ravissement et une résurrection, et la mort de l’ego est liée à la créativité. C’est un mouvement vers la profondeur psychologique.

Si vous voulez découvrir le sublime, méditez sur la mort. Méditez sur l’éternité. Méditez sur l’interconnexion. Méditez sur la douleur et la probabilité. Lorsque vous prenez profondément conscience de votre mortalité, cela vous donne un sens du but et de l’énergie.

Trouvez des moyens de transformer ce but et cette énergie en vitalité, en créativité et en pouvoir. Recherchez l’expansion. Transformez l’énergie en synergie. Exprimez l’infini sous la forme tangible et délimitée d’une œuvre d’art. Ramenez l’élixir magique à « la tribu » et changez la façon dont la tribu voit le monde.

À propos de l’auteur : Gary « Z » McGee, ancien spécialiste des renseignements de la marine devenu philosophe, est l’auteur de Birthday Suit of God et de The Looking Glass Man. Ses œuvres s’inspirent des grands philosophes de tous les temps et de sa vision très ouverte du monde moderne.


Retrouvez-moi sur Odysee, Telegram et GETTRCe contenu ainsi que les informations et les opinions qui y sont exprimées sont ceux de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement mon opinion.