Tyrannie perpétuelle : les guerres sans fin sont l’ennemi de la liberté

“De tous les ennemis de la liberté publique, la guerre est peut-être le plus à redouter, car elle comprend et développe le germe de tous les autres. La guerre est le parent des armées ; de celles-ci découlent les dettes et les taxes… instruments connus pour amener le plus grand nombre sous la domination du plus petit nombre….

Aucune nation ne pourrait préserver sa liberté au milieu d’une guerre continuelle.” – James Madison (alias “le premier politicien de l’Amérique”).

La guerre est l’ennemi de la liberté.

Tant que les politiciens américains continueront à nous impliquer dans des guerres qui ruinent la nation, mettent en danger nos militaires, augmentent les risques de terrorisme et de retour de flamme au niveau national, et poussent la nation encore plus près de l’effondrement final, “nous, le peuple”, nous trouverons dans un état perpétuel de tyrannie.

Il est temps pour le gouvernement américain d’arrêter de surveiller le monde.

Cette dernière crise – le rôle de l’Amérique dans l’épreuve de force entre la Russie et l’Ukraine – a opportunément suivi une longue série d’autres crises, fabriquées ou non, qui se sont produites comme une horloge afin de distraire les Américains, de les tromper, de les amuser et de les isoler des empiètements constants du gouvernement sur nos libertés.

Et cela continue ainsi, à la manière d’Orwell.

Deux ans après que COVID-19 a fait basculer le monde dans un état d’autoritarisme global, alors que la tolérance des gens à l’égard des mandats lourds semble s’être finalement épuisée, nous sommes préparés à la prochaine distraction et à la prochaine ponction sur notre économie.

Pourtant, maintenir l’ordre dans le monde et mener des guerres sans fin à l’étranger ne rend pas l’Amérique – ou le reste du monde – plus sûre, cela ne rend certainement pas l’Amérique grande à nouveau, et cela enfonce indéniablement les États-Unis dans la dette.

En effet, même si nous devions mettre un terme à toutes les ingérences militaires du gouvernement et ramener toutes les troupes à la maison aujourd’hui, il faudrait des décennies pour rembourser le prix de ces guerres et nous débarrasser des créanciers du gouvernement.

La guerre est devenue une énorme entreprise lucrative, et le gouvernement américain, avec son vaste empire militaire, est l’un de ses meilleurs acheteurs et vendeurs.

Ce que la plupart des Américains – qui ont subi un lavage de cerveau leur faisant croire que le patriotisme signifie soutenir la machine de guerre – ne reconnaissent pas, c’est que ces guerres permanentes n’ont pas grand-chose à voir avec la sécurité du pays et tout à voir avec le soutien d’un complexe militaro-industriel qui continue de dominer, de dicter et de façonner presque tous les aspects de nos vies.

Réfléchissez : Nous sommes une culture militaire engagée dans une guerre permanente. Nous avons été une nation en guerre pendant la majeure partie de notre existence. Nous sommes une nation qui gagne sa vie en tuant grâce aux contrats de défense, à la fabrication d’armes et aux guerres sans fin.

Nous sommes également nourris d’un régime constant de violence par le biais de nos divertissements, des informations et de la politique.

Tout l’équipement militaire présenté dans les films à succès est fourni – aux frais des contribuables – en échange de spots publicitaires soigneusement placés.

Lorsque j’étais enfant, dans les années 1950, presque tous les films de science-fiction classiques se terminaient par l’héroïsme de l’armée américaine, qu’il s’agisse de chars d’assaut dans Les envahisseurs de Mars (1953) ou de barrages routiers militaires dans L’invasion des profanateurs de sépultures (1956).

Ce que je ne savais pas alors, en tant qu’écolier, c’est à quel point le Pentagone payait pour être présenté comme le sauveur de l’Amérique. À l’époque où mes propres enfants ont grandi, c’est le film à succès Top Gun de Jerry Bruckheimer – réalisé avec l’aide et le matériel du Pentagone – qui a renforcé la fierté civique à l’égard de l’armée.

C’est maintenant au tour de mes petits-enfants d’être impressionnés et submergés par la propagande militaire destinée aux enfants. Ne me parlez pas de la propagande de guerre produite par les fabricants de jouets. Même les émissions de télé-réalité se sont mises de la partie, le bureau du divertissement du Pentagone aidant à vendre la guerre au public américain.

On estime que les agences de renseignement militaires américaines (y compris la NSA) ont influencé plus de 1 800 films et émissions de télévision.

Et puis il y a le nombre croissant de jeux vidéo, dont un certain nombre sont conçus ou créés par l’armée, qui ont habitué les joueurs à jouer à la guerre de manière interactive par le biais de simulations militaires et de scénarios de tir à la première personne.

C’est ainsi que l’on acclimate une population à la guerre.

C’est ainsi que l’on cultive la loyauté envers une machine de guerre.

C’est ainsi, pour reprendre le sous-titre du film Dr. Strangelove (1964), que l’on apprend à une nation à “cesser de s’inquiéter et à aimer la bombe”.

Comme l’écrit le journaliste David Sirota pour Salon, “[L]a collusion entre l’armée et Hollywood – y compris le fait de permettre aux fonctionnaires du Pentagone de modifier les scénarios – est à nouveau en hausse, avec de nouvelles émissions de télévision et de nouveaux films destinés à célébrer les Navy SEALs…. grands réalisateurs d’Hollywood restent plus qu’heureux d’orienter idéologiquement leurs films précisément dans la direction pro-guerre et pro-militarisme que le Pentagone exige en échange d’un accès au matériel militaire subventionné par les contribuables.

Pourquoi le Pentagone (ainsi que la CIA et le gouvernement dans son ensemble) cherche-t-il tant à utiliser Hollywood comme une machine de propagande ?

Pour ceux qui tirent profit de la guerre, il s’agit – comme le reconnaît Sirota – d’un “produit” à vendre par le biais de produits de la culture pop qui aseptisent la guerre et, ce faisant, augmentent les chiffres de recrutement….A un moment où de plus en plus d’Américains remettent en question les principes fondamentaux du militarisme (c’est-à-dire les dépenses de défense qui grèvent les budgets, les guerres/occupations sans fin, etc, ), les responsables militaires cherchent désespérément à faire revenir l’opinion publique dans une direction favorable au militarisme – et ils savent que la culture pop est l’outil le plus efficace pour atteindre cet objectif.”

Les médias, désireux de faire de l’audimat, se sont également rendus complices en rendant la (vraie) guerre plus acceptable pour le public en la présentant comme un sujet de télévision.

C’est ce que le professeur Roger Stahl appelle la représentation d’une “guerre propre” : une guerre “sans victimes, sans corps, et sans souffrance” :

“‘Déshumaniser la destruction’ en extrayant toute image humaine des zones cibles… Le langage utilisé pour décrire la guerre propre est aussi antiseptique que les images. Les bombardements sont des ‘frappes aériennes’. Un futur site de bombardement est une “cible d’opportunité”. Les zones non armées sont des “cibles faciles”. Les civils sont des “dommages collatéraux”. La destruction est toujours “chirurgicale”. Dans l’ensemble, la guerre propre a effacé l’humanité des civils de l’écran … Créez des conditions par lesquelles la guerre apparaît courte, abstraite, aseptisée et même esthétiquement belle. Minimisez tout sentiment de mort : de soldats ou de civils.”

C’est ainsi que l’on vend la guerre à une population qui s’est peut-être lassée des guerres sans fin : aseptiser la couverture de la guerre de tout ce qui est graphique ou déconcertant (présenter une guerre propre), passer sous silence le nombre réel de soldats et de civils tués (coût humain), présenter le fait de tuer des humains de manière plus abstraite et plus acceptable (comme une chasse), diaboliser ses adversaires et faire des armes de guerre une source d’émerveillement et de plaisir.

“Cette obsession pour les armes de guerre a un nom : le techno-fétichisme“, explique Stahl. “Les armes semblent revêtir une aura magique. Elles deviennent les pièces maîtresses d’un culte d’adoration.”

“En plus de contempler la majesté de ces bombes, nous étions également invités à monter à l’intérieur de ces machines de haute technologie et à les emmener faire un tour”, a déclaré Stahl. “Ou si nous avons les moyens, nous pouvons acheter l’un des véhicules militaires sur le marché grand public. Non seulement nous sommes invités à rêver d’être à la place du conducteur, mais nous sommes aussi régulièrement invités à regarder dans le viseur. Ces modes répétés d’imagerie de la guerre cultivent de nouveaux modes de perception, de nouvelles relations avec les outils de la violence d’État. En d’autres termes, nous nous habituons à ‘voir’ à travers les machines de guerre.

Pour vendre la guerre,
il faut nourrir l’appétit du public pour le divertissement.

Non content de colporter sa propagande de guerre par l’intermédiaire d’Hollywood, d’émissions de télé-réalité et de journalistes embarqués dont les rapports ressemblent à des publicités glorifiées pour l’armée, le Pentagone s’est également tourné vers le sport pour faire avancer son programme, “liant les symboles du sport aux symboles de la guerre“.

Depuis lors, l’armée est fermement ancrée dans les spectacles sportifs de la nation, ayant coopté le football, le basket-ball et même le NASCAR.

C’est ainsi que vous entretenez l’appétit de la nation pour la guerre.

Il n’est pas étonnant que la violence dans le divertissement soit le billet le plus vendu au box-office. Comme le souligne le professeur Henry Giroux, “la culture populaire ne fait pas seulement commerce de la violence en tant que divertissement, mais elle livre aussi la violence à une société accro à un principe de plaisir imprégné d’images graphiques et extrêmes de souffrance humaine, de mutilation et de torture.”

Il n’est pas étonnant que le gouvernement continue à aiguiser l’appétit de la nation pour la violence et la guerre par le biais de programmes de propagande payants (diffusés dans les divertissements sportifs, les superproductions hollywoodiennes et les jeux vidéo) – ce que Stahl appelle le “militainment” – qui glorifient l’armée et servent d’outils de recrutement pour l’empire militaire américain en expansion.

Il n’est pas étonnant que les Américains soient préparés dès leur plus jeune âge à s’engager comme fantassins – même virtuels – dans l’armée américaine (par coïncidence, c’est aussi le nom d’un jeu vidéo de tir à la première personne produit par l’armée). Les scouts, par exemple, sont l’un des outils de recrutement les plus populaires pour l’armée et ses homologues civils (forces de l’ordre, patrouilles frontalières et FBI).

Il n’est pas étonnant que les États-Unis soient le premier consommateur, exportateur et auteur de violence et d’armes violentes au monde. Sérieusement, l’Amérique dépense plus d’argent pour la guerre que les budgets militaires combinés de la Chine, de la Russie, du Royaume-Uni, du Japon, de la France, de l’Arabie Saoudite, de l’Inde, de l’Allemagne, de l’Italie et du Brésil. L’Amérique contrôle le monde, avec 800 bases militaires et des troupes stationnées dans 160 pays. De plus, les faucons de la guerre ont transformé la patrie américaine en un quasi champ de bataille avec du matériel, des armes et des tactiques militaires. À leur tour, les forces de police nationales sont devenues des extensions itinérantes de l’armée – une armée permanente.

Nous avons affaire à une machine de guerre sophistiquée et de grande envergure qui s’est tissée dans le tissu même de cette nation.

Il est clair que nos priorités nationales
ont désespérément besoin d’être révisées.

Tous les empires militaires finissent par tomber et échouer en se dispersant et en se dépensant sans compter.

C’est ce qui s’est passé à Rome : à l’apogée de sa puissance, même le puissant Empire romain n’a pas pu faire face à une économie qui s’effondrait et à une armée en plein essor. Des périodes prolongées de guerre et de fausse prospérité économique ont largement conduit à sa disparition.

C’est de nouveau le cas.

L’empire américain – avec ses guerres sans fin menées par des militaires américains qui ont été réduits à un peu plus que des armes à louer : externalisés, trop sollicités et déployés dans des endroits éloignés pour surveiller le monde – approche d’un point de rupture.

Le gouvernement déstabilise l’économie, détruit l’infrastructure nationale par négligence et manque de ressources, et transforme l’argent des contribuables en argent du sang avec ses guerres sans fin, ses frappes de drones et le nombre croissant de morts.

C’est exactement le scénario contre lequel le président Dwight D. Eisenhower a mis en garde les citoyens lorsqu’il leur a conseillé de ne pas laisser la machine de guerre axée sur le profit mettre en danger nos libertés ou nos processus démocratiques. Eisenhower, qui était commandant suprême des forces alliées en Europe pendant la Seconde Guerre mondiale, était alarmé par la montée en puissance de la machine de guerre axée sur le profit qui, pour se perpétuer, devait continuer à faire la guerre.

Pourtant, comme Eisenhower l’a reconnu, les conséquences de laisser le complexe militaro-industriel faire la guerre, épuiser nos ressources et dicter nos priorités nationales sont plus que graves :

“Chaque canon fabriqué, chaque navire de guerre lancé, chaque fusée tirée signifie, au sens ultime, un vol à ceux qui ont faim et ne sont pas nourris, à ceux qui ont froid et ne sont pas habillés. Ce monde en armes ne dépense pas seulement de l’argent. Il dépense la sueur de ses travailleurs, le génie de ses scientifiques, les espoirs de ses enfants. Le coût d’un bombardier lourd moderne est le suivant : une école moderne en briques dans plus de 30 villes. C’est deux centrales électriques, chacune desservant une ville de 60 000 habitants.

“C’est deux beaux hôpitaux entièrement équipés. C’est quelque 80 kilomètres d’autoroute en béton. Nous payons un seul chasseur avec un demi-million de boisseaux de blé. Nous payons un seul destroyer avec de nouvelles maisons qui auraient pu abriter plus de 8 000 personnes. C’est, je le répète, le meilleur mode de vie que l’on puisse trouver sur la route que le monde a empruntée. Ce n’est pas du tout un mode de vie, au sens propre. Sous le nuage d’une guerre menaçante, c’est l’humanité suspendue à une croix de fer.”

Nous n’avons pas tenu compte de l’avertissement d’Eisenhower.

La fusion illicite entre l’industrie de l’armement et le gouvernement, contre laquelle Eisenhower avait mis en garde, représente peut-être aujourd’hui la plus grande menace pour la nation.

Nous sommes en présence d’une confluence de facteurs et d’influences qui vont au-delà des simples comparaisons avec Rome. Il s’agit d’une union du 1984 d’Orwell avec son gouvernement totalitaire fantôme – c’est-à-dire le fascisme, l’union des pouvoirs du gouvernement et des entreprises – et un État de surveillance totale avec un empire militaire étendu au monde entier.

Comme je l’explique clairement dans mon livre Battlefield America : The War on the American People et dans son pendant fictionnel The Erik Blair Diaries, c’est ainsi que la tyrannie s’élève et que la liberté tombe.

La croissance et la confiance dans le militarisme comme solution à nos problèmes, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, sont de mauvais augure pour les principes constitutionnels qui constituent la base de l’expérience américaine de la liberté.

Comme l’a prévenu l’auteur Aldous Huxley : “La liberté ne peut s’épanouir dans un pays qui est en permanence sur le pied de guerre, ou même sur un pied de quasi guerre. La crise permanente justifie le contrôle permanent de tout et de tous par les agences du gouvernement central.

Par John W. Whitehead & Nisha Whitehead, Rédacteurs invités


Retrouvez-moi sur Telegram et GETTRCe contenu ainsi que les informations et les opinions qui y sont exprimées sont ceux de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement mon opinion.