Un homme politique russe : La paix avec les États-Unis n’est possible qu’après l’établissement d’un « nouvel ordre mondial » et l’affaiblissement de l’Amérique.

Le sénateur de la Fédération de Russie, président de la Commission sur la politique d'information et l'interaction avec les médias du Conseil de la Fédération Alexey Pushkov. © Sputnik / Vladimir Trefilov

L’espoir d’un redressement des relations entre Moscou et Washington, qui sont au plus bas, est peu probable à l’heure actuelle, a déclaré un haut responsable politique russe, qui estime que ce n’est que lorsqu’un nouvel ordre mondial sera établi qu’il y aura moins de conflits entre les deux États.

Dans le cadre d’une interview accordée à Ukraina.ru en début de semaine, Aleksey Pushkov, un proche allié du président Vladimir Poutine, qui était auparavant président de la commission des affaires étrangères de la Douma d’État, a donné son avis sur la dynamique actuelle du pouvoir sur la scène mondiale.

« Les États-Unis sont un hégémon qui perd progressivement sa position dans le monde », a-t-il affirmé. « Ils ont subi une très grave défaite au Moyen-Orient, ils ont perdu la Syrie, ils ont perdu la bataille pour l’Afghanistan, ils ont été contraints de retirer presque toutes leurs troupes d’Irak à la fin de 2021. »

Selon le sénateur russe, les responsables américains « tentent de maintenir leur influence dominante en ayant des conflits simultanément avec la Russie et la Chine, bien qu’avec des degrés d’intensité différents. » M. Pushkov a noté que cela crée un environnement nerveux tant en Amérique que dans le reste du monde.

« Les États-Unis ne nous traitent plus comme une puissance secondaire », a-t-il expliqué. « Ils nous traitent comme une puissance primordiale, c’est pourquoi ils citent la Russie, et non la Chine, comme l’un des principaux problèmes auxquels sera confrontée l’administration Biden en 2022. » Pushkov a prévenu que ce sera « une année de crise entre Washington et Moscou ».

« Si je comprends bien, ils veulent maintenant résoudre le ‘problème russe’, c’est-à-dire soumettre pratiquement toute l’Europe, en repoussant la Russie à sa périphérie », a-t-il déclaré. « C’est exactement pour cela qu’ils ont besoin de l’Ukraine. La phase suivante sera une confrontation politique, voire militaire, avec la Chine. »

Pushkov a ajouté que l’élite politique et financière américaine « croit qu’elle est la seule à pouvoir diriger le monde » et n’a pas l’intention de laisser quelqu’un d’autre prendre les rênes.

« Donc, jusqu’à ce qu’un nouvel ordre mondial soit établi dans lequel les États-Unis sont plus faibles et leur rôle est diminué, nous serons en conflit politique plus ou moins aigu avec eux. »

Ses remarques interviennent dans un contexte de tension croissante entre l’Est et l’Ouest, de hauts responsables américains accusant Moscou d’amasser des troupes et du matériel près de la frontière ukrainienne en prévision d’une invasion.

La semaine dernière, M. Biden a menacé de frapper le président russe Vladimir Poutine de sanctions comme « il n’en a jamais vu » auparavant en cas d’incursion, ce que le Kremlin a nié à plusieurs reprises avoir l’intention de faire.

Le porte-parole de M. Poutine, Dmitri Peskov, a mis en garde contre une telle initiative au début du mois, déclarant que « l’imposition de sanctions contre le chef de l’État et contre le dirigeant de la Russie … est une mesure comparable à la rupture des relations ».

Par Layla Guest, RT.com


Retrouvez-moi sur Odysee, Telegram et GETTRCe contenu ainsi que les informations et les opinions qui y sont exprimées sont ceux de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement mon opinion.