Un vaste réseau de trafic sexuel d’enfants démasqué – protégé par la police pendant des décennies en échange de relations sexuelles avec les victimes.

Six trafiquants sexuels ont été arrêtés cette semaine pour avoir dirigé un réseau de trafic sexuel basé dans le Queens, qui faisait passer des jeunes femmes et des enfants du Mexique aux États-Unis. L’une des personnes inculpées par le tribunal fédéral de Brooklyn était un agent de police du comté de Putnam qui protégeait, non pas les enfants, mais les trafiquants d’enfants à des fins sexuelles, en échange de rapports sexuels avec les victimes.

Wayne Peiffer, un agent de police du village de Brewster, a aidé les trafiquants d’êtres humains à faire entrer clandestinement des enfants et des jeunes femmes du Mexique pendant des années. Ce système sadique de trafic d’êtres humains a été mis en place pendant près de deux décennies, depuis au moins 2002, selon le bureau du procureur américain du district est de New York.

Selon l’acte d’accusation, Peiffer a protégé le réseau de trafic sexuel d’enfants en échange de relations sexuelles avec les victimes. Pendant des années, Peiffer a aidé le réseau à éviter les arrestations, les a renseignés sur les filatures et leur a permis d’abuser des enfants et des jeunes femmes en exploitant la confiance en son badge.

Selon la plainte, en échange de cette protection, Peiffer s’est amusé avec les victimes de la traite, les amenant même au poste de police où il les violait.

“Pendant plus de huit ans, Peiffer aurait demandé à des membres de la Cid-Hernandez Sex Trafficking Organization et du Godinez Prostitution Business de lui livrer des femmes, y compris au poste de police du BPD, afin qu’il puisse avoir des relations sexuelles avec elles sans frais pour Peiffer.

“En échange, Peiffer a fourni à l’organisation de trafic sexuel Cid-Hernandez et au commerce de la prostitution Godinez une protection contre les arrestations, notamment en prévenant à l’avance les opérations des forces de l’ordre et en intervenant pour empêcher les arrestations.”

“Les individus nommés dans l’acte d’accusation faisaient partie d’un réseau élaboré de conspirateurs qui utilisaient la tromperie et la coercition pour vendre des rêves d’une vie meilleure aux États-Unis à des femmes jeunes et impressionnables, qui arrivaient seulement pour être forcées à une vie misérable de tourments, d’abus sexuels et de prostitution aux mains de leurs ravisseurs”, a déclaré Ricky J. Patel, agent spécial en charge du HSI.

“L’organisation criminelle aurait également retenu les services d’un policier corrompu, qui a trahi l’insigne et les personnes qu’il avait juré de protéger en étant complice de ces actes déplorables et en acceptant des paiements en faveurs sexuelles.”

Malheureusement, de nombreuses victimes de la traite sexuelle ont des histoires similaires d’officiers de police protégeant leurs ravisseurs.

Le TFTP a couvert un rapport choquant de la Commission de l’État d’Hawaï sur le statut des femmes, qui brosse un tableau inquiétant des forces de l’ordre et de leur rôle dans la traite sexuelle. Le rapport révèle qu’au lieu de prévenir le trafic sexuel d’enfants et d’adultes, de nombreux policiers y participent.

Le rapport s’intitule “Sex Trafficking in Hawaii : The Stories of Survivors”, qui détaille les témoignages de multiples victimes. Un élément particulièrement troublant du rapport est le fait que près de la moitié des victimes interrogées ont déclaré que des policiers avaient participé à leur abus et à leur victimisation.

“La corruption des membres du système de justice pénale rapportée par les participants à l’étude était omniprésente dans leurs récits de prostitution”, note le rapport.

Le rapport révèle que l’âge moyen des victimes de la traite est de 14 ans seulement, ce qui montre à quel point les abus commencent tôt.

L’une des victimes interrogées, qui a souhaité rester anonyme pour des raisons évidentes, a expliqué que “les mêmes personnes qui vous font payer la prostitution sont celles qui se retournent et vous l’achètent“.

Si l’idée que des policiers abusent des victimes de la traite des êtres humains peut paraître saugrenue pour certains, elle ne devrait pas surprendre ceux qui y ont prêté attention.

L’utilisation par les policiers de leur pouvoir pour exploiter les victimes de la traite des êtres humains est un point commun à de nombreux cas. À plusieurs reprises, le Free Thought Project a rapporté des entretiens avec d’anciennes victimes de la traite des enfants à des fins sexuelles, qui ont toutes indiqué qu’elles n’avaient nulle part où aller, car la police et les politiciens de haut niveau participaient tous à ces abus.

Cas après cas, le Free Thought Project rapporte des exemples horribles de réseaux sexuels d’enfants qui ont pu se poursuivre pendant des décennies parce que des politiciens – y compris des chefs d’État – des policiers, des membres du clergé et d’autres personnes étaient tous dans le coup.

Par Matt Agorist, Rédacteur invité

Ce contenu ainsi que les informations et les opinions qui y sont exprimées sont ceux de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement mon opinion.

A propos de Giuseppe 18772 Articles
L'amour inconditionnel comme but ultime !