Une équipe de 1000 avocats et 10000 experts médicaux entament le procès de Nuremberg 2 contre les dirigeants mondiaux pour crimes contre l’humanité

Une équipe de plus de 1 000 avocats et de plus de 10 000 experts médicaux, dirigée par le Dr Reiner Fuellmich, a entamé une procédure judiciaire contre le CDC, l’OMS et le Groupe de Davos pour crimes contre l’humanité.

Fuellmich et son équipe présentent le test PCR défectueux et l’ordre donné aux médecins d’étiqueter tout décès par comorbidité comme un décès par Covid comme une fraude. Le test PCR n’a jamais été conçu pour détecter des agents pathogènes et est défectueux à 100% à 35 cycles. Tous les tests PCR supervisés par le CDC sont réglés entre 37 et 45 cycles. Le CDC admet que tout test dépassant 28 cycles n’est pas admissible pour un résultat positif fiable. Ce seul fait invalide plus de 90 % des prétendus cas de covidés / « infections » suivis par l’utilisation de ce test défectueux.

En plus des tests défectueux et des certificats de décès frauduleux, le vaccin « expérimental » lui-même est en violation de l’article 32 de la Convention de Genève. En vertu de l’article 32 de la quatrième Convention de Genève de 1949, « les mutilations et les expériences médicales ou scientifiques non nécessitées par le traitement médical d’une personne protégée » sont interdites. Selon l’article 147, la réalisation d’expériences biologiques sur des personnes protégées constitue une violation grave de la Convention.

Le vaccin « expérimental » est en violation des 10 codes de Nuremberg, qui prévoient la peine de mort pour ceux qui cherchent à violer ces lois internationales.

Le « vaccin » ne remplit pas les cinq conditions suivantes pour être considéré comme un vaccin et constitue par définition une « expérience » et un essai médical :

Fournit une immunité contre le virus

Il s’agit d’une thérapie génique  » fuyante  » qui ne confère pas d’immunité au Covid et prétend réduire les symptômes ; pourtant, les personnes doublement vaccinées représentent aujourd’hui 60 % des patients nécessitant des soins aux urgences ou aux soins intensifs en raison d’infections au Covid.

Protège les destinataires contre la contamination par le virus

Cette thérapie génique ne confère pas d’immunité et les personnes doublement vaccinées peuvent toujours attraper et propager le virus.

Réduit les décès dus à l’infection par le virus

Cette thérapie génique ne réduit pas les décès dus à l’infection. Les personnes doublement vaccinées infectées par le Covid sont également décédées.

Réduit la circulation du virus

Cette thérapie génique permet toujours la propagation du virus car elle n’offre aucune immunité au virus.

Réduit la transmission du virus

Cette thérapie génique permet toujours la transmission du virus car elle offre une immunité nulle au virus.

Les violations suivantes du code de Nuremberg sont les suivantes :

Code de Nuremberg #1 : Le consentement volontaire est essentiel

Personne ne devrait être forcé de se soumettre à une expérience médicale sans consentement éclairé. De nombreuses personnes issues des médias, du monde politique et du milieu non médical conseillent aux gens de se faire vacciner. Ils n’offrent aucune information sur les effets indésirables ou les dangers de cette thérapie génique.

Tout ce qu’ils vous disent, c’est « sûr et efficace » et « les avantages l’emportent sur les risques ». Des pays ont recours à des mesures de confinement, à la contrainte et aux menaces pour obliger les gens à se faire vacciner ou à se voir interdire de participer à la société libre sous le couvert d’un passeport-vaccin ou d’un laissez-passer vert.

Lors des procès de Nuremberg, même les médias ont été poursuivis et certains de leurs membres ont été mis à mort pour avoir menti au public, tout comme de nombreux médecins et nazis reconnus coupables de crimes contre l’humanité.

Code de Nuremberg n°2 : Obtenir des résultats fructueux, impossibles à obtenir par d’autres moyens.

Comme indiqué ci-dessus, la thérapie génique ne répond pas aux critères d’un vaccin et n’offre pas d’immunité contre le virus. Il existe d’autres traitements médicaux qui donnent des résultats fructueux contre le Covid, comme l’Ivermectin, la vitamine D, la vitamine C, le zinc et le renforcement du système immunitaire contre la grippe et le rhume.

Code de Nuremberg n°3 : Fonder les expériences sur les résultats de l’expérimentation animale et l’histoire naturelle des maladies

Cette thérapie génique a évité les tests sur les animaux et est passée directement aux essais sur l’homme. Dans la recherche sur l’ARNm que Pfizer a utilisée – une étude candidate sur l’ARNm avec des singes macaques rhésus utilisant l’ARNm BNT162b2 et dans cette étude, tous les singes ont développé une inflammation pulmonaire mais les chercheurs ont considéré que le risque était faible car il s’agissait de jeunes singes en bonne santé âgés de 2 à 4 ans.

Israël a fait appel à Pfizer et la Cour internationale de justice a accepté une plainte selon laquelle 80 % des receveurs ont développé une inflammation pulmonaire à la suite de l’injection de cette thérapie génique. Malgré cette évolution alarmante, Pfizer a continué à développer son ARNm pour Covid sans procéder à des tests sur les animaux.

Code de Nuremberg n°4 : Éviter toute souffrance et blessure inutiles

Depuis le lancement de l’expérience et son inscription dans le système de notification VAERS des CDC, plus de 4 000 décès et 50 000 lésions dues au vaccin ont été signalés en Amérique. Dans l’UE, plus de 7 000 décès et 365 000 blessures dues aux vaccins ont été signalés. Il s’agit d’une violation grave de ce code.

Code de Nuremberg n°5 : Aucune expérience ne doit être menée s’il y a des raisons de penser qu’elle entraînera des blessures ou la mort.

Voir le point 4. Sur la base de données médicales factuelles, cette thérapie génique provoque des décès et des blessures. Les recherches antérieures sur l’ARNm montrent également plusieurs risques qui ont été ignorés dans le cadre de l’expérience génétique en cours.

Une étude de 2002 sur les protéines de pointe du SRAS-CoV-1 a montré qu’elles provoquaient une inflammation, une immunopathologie, des caillots sanguins et empêchaient l’expression de l’angiotensine 2. Cette expérience oblige l’organisme à produire cette protéine spike en héritant de tous ces risques.

Code de Nuremberg n° 6 : le risque ne doit jamais dépasser le bénéfice

Le taux de récupération du Covid-19 est de 98-99%. Les blessures, les décès et les effets secondaires indésirables des vaccins de la thérapie génique à ARNm dépassent largement ce risque. L’utilisation de vaccins « fuyants » a été interdite pour l’agriculture par les États-Unis et l’Union européenne en raison de l’étude sur le poulet Marek qui montre que des « virus chauds » et des variantes émergent… rendant la maladie encore plus mortelle.

Pourtant, le CDC n’a pas tenu compte de l’utilisation de ces vaccins chez l’homme, sachant parfaitement que de nouvelles variantes plus mortelles peuvent apparaître à la suite de vaccinations non étanches. Le CDC est parfaitement conscient que l’utilisation de vaccins perméables facilite l’émergence de souches chaudes (plus mortelles). Pourtant, ils l’ont ignoré lorsqu’il s’agit de l’homme.

Code de Nuremberg n° 7 : Il faut se préparer à toute éventualité, même lointaine, de blessure, d’invalidité ou de décès.

Aucune préparation n’a été effectuée. Cette thérapie génique a échappé aux essais sur les animaux. Les essais cliniques de phase 3 sur l’homme menés par les sociétés pharmaceutiques ne se termineront pas avant 2022/2023. Ces vaccins ont été approuvés en vertu d’une loi sur l’utilisation d’urgence uniquement et imposés à un public mal informé. Ils ne sont PAS approuvés par la FDA.

Code de Nuremberg n°8 : L’expérience doit être menée par des personnes scientifiquement qualifiées

Les politiciens, les médias et les acteurs qui affirment que ce vaccin est sûr et efficace ne sont pas qualifiés. La propagande n’est pas une science médicale. De nombreux points de vente au détail, tels que Walmart et les centres de vaccination avec service au volant, ne sont pas qualifiés pour administrer des thérapies géniques médicales expérimentales à un public non informé.

Code de Nuremberg n° 9 : Toute personne doit avoir la liberté de mettre fin à l’expérience à tout moment

Malgré le tollé de plus de 85 000 médecins, infirmières, virologues et épidémiologistes, on ne met pas fin à l’expérience. En fait, il y a actuellement de nombreuses tentatives pour modifier les lois afin de forcer la conformité aux vaccins. Cela inclut les vaccinations obligatoires et forcées.

Des injections expérimentales de « mise à jour » sont prévues tous les 6 mois, sans aucun recours au nombre croissant de décès et de blessures déjà causés par cette expérience. Ces injections de « mise à jour » seront administrées sans aucun essai clinique. Espérons que ce nouveau procès de Nuremberg mettra un terme à ce crime contre l’humanité.

Code de Nuremberg n°10 : Le scientifique doit mettre fin à l’expérience à tout moment s’il y a une cause probable de blessure ou de mort.

Les données statistiques montrent clairement que cette expérience entraîne des décès et des blessures. Pourtant, tous les politiciens, les entreprises pharmaceutiques et les soi-disant experts ne font rien pour empêcher cette expérience de thérapie génique d’infliger des dommages à un public mal informé.

Que pouvez-vous faire pour contribuer à mettre un terme à ce crime contre l’humanité ? Partagez cette information. Demandez des comptes à vos hommes politiques, aux médias, aux médecins et aux infirmières. S’ils sont complices de ce crime contre l’humanité, ils sont eux aussi soumis aux lois énoncées dans la Convention de Genève et le Code de Nuremberg et peuvent être jugés, déclarés coupables et mis à mort. Les procédures judiciaires progressent, des preuves ont été recueillies et un nombre croissant d’experts tirent la sonnette d’alarme.

Visitez le site Web du Comité Covid à l’adresse suivante : https://corona-ausschuss.de/ et si vous avez été touché par ce crime, signalez l’événement, les personnes impliquées et le plus de détails possible au site Web suivant : https://www.securewhistleblower.com/


Retrouvez-moi sur Telegram, GETTR et TikTokCe contenu ainsi que les informations et les opinions qui y sont exprimées sont ceux de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement mon opinion.

2 Comments

  1. On nous a fait peur,on a masqué nos tout petits, menace de perdre nos emplois, plus le droit de visiter: nos aînés, restaurant salle de spectacle, bars cinémas etc…on a été traité de coucous, édentes, manque d’éducation, pas de cervelles et j’en passe, on a été mit en marge de la société au Québec, c’est notre propre gouvernement qui incitait l’exclusion des non-vaccines.Les non vaccinés auront aussi subit des dommages plutôt psychologiques, j’ai peur pour la vie de nos vaccinés.

Les commentaires sont fermés.