Abandonner un système obsolète

Il ne fait aucun doute que l’humanité est entrée dans une nouvelle phase de son parcours de développement. Nous observons actuellement une grande restructuration de la société humaine et de ses nombreux systèmes : financiers, technologiques, politiques, culturels, etc.

J’ai déjà dit que cela créait un grand malaise et une dissonance pour de nombreuses personnes. C’est inévitable, car les grands bouleversements sont rarement lisses ou sans perturbations ni ondulations.

Une nouvelle phase émerge alors que la phase actuelle se fragmente ; et comme deux pierres jetées dans un étang, elles créent chacune des ondes parasites qui s’entrechoquent. Le point important ici est la position qu’une personne choisit de prendre. Un nouveau mode de vie peut voir le jour, mais il doit naître à l’intérieur de la phase actuelle qui se fragmente.

Pendant un certain temps, les deux mondes coexisteront dans le même espace physique, mais ils occuperont un espace énergétique différent. Une personne peut se positionner de manière à être dans le monde qui émerge, mais pas dans le monde qui est en train de s’éteindre.

Bien qu’une phase se soit achevée, certains groupes/agences ont tout intérêt à maintenir ce monde et tentent désespérément de le remodeler en lui donnant un nouveau visage, celui d’une technocratie.

Il y aura une tentative furtive de relooking, pour présenter le « nouvel avenir » en termes d’avenir artificiel et synthétique. Pourtant, il ne s’agit pas d’un avenir évolutif pour l’humanité.

Le nouveau monde émergent restera organique, naturel, et en équilibre biologique. C’est le modèle qui doit émerger – et non un faux avenir en métal brillant.

Nous devrions prendre en compte les sages paroles de Buckminster Fuller :

« On ne change jamais les choses en combattant la réalité existante. Pour changer quelque chose, il faut construire un nouveau modèle qui rend le modèle existant obsolète. »

Nous sommes ici maintenant pour construire un nouveau modèle tout en existant au sein du modèle actuel qui devient rapidement obsolète. Le pouvoir que le système obsolète et ses dirigeants ont sur nous dépend de notre état d’être (niveau de fréquence) – c’est-à-dire que les autres ne peuvent nous dominer que si nous existons énergétiquement (c’est-à-dire si nous vibrons) à leur niveau.

Le système obsolète veut que tout le monde fonctionne (état énergétique) à son niveau vibratoire inférieur. Nous n’y allons tout simplement pas. Nous devons sécuriser et protéger ce que nous avons de plus précieux – notre conscience.

Pour être mieux préparé à s’engager dans le monde en mutation, je suggère les cinq aspects suivants : i) Conscience ; ii) Connexion ; iii) Communication ; iv) Création ; v) Compréhension.

I) Conscience : être conscient de ce qui se passe dans le monde, y compris des aspects déplaisants, mais ne pas se laisser entraîner ou s’empêtrer dans ces événements. La prise de conscience est nécessaire, mais uniquement en tant qu’outil de connaissance de soi – et non pour acquérir davantage de bagages du monde.

II) Connexion : trouver et découvrir d’autres personnes qui sont sur la « même longueur d’onde » et qui pensent et perçoivent comme vous. Allez vers les autres, établissez des liens avec eux, même si vous ne vous êtes jamais rencontrés auparavant. Envoyez-leur un message en ligne. Partagez vos pensées – renforcez les états énergétiques des uns et des autres. Ne vous sentez jamais seul. Il y a toujours d’autres personnes qui pensent et ressentent la même chose que vous. Les anciennes alliances sociales vont se briser. Les amitiés et les liens anciens ou existants vont se dissoudre. Ce n’est pas grave – trouvez-en de nouveaux. Réalignez vos alliances sociales en fonction de votre nouvel état de perception.

III) La communication : Partagez vos pensées et vos idées avec les autres. Affirmez vos vérités. Faites savoir aux autres quelle position vous avez prise. Ne vous enfermez pas dans le silence ou l’anonymat. Permettez aux autres de vous trouver aussi en leur faisant connaître votre position et vos sentiments. Ne faites pas de bruit, ne criez pas vos opinions ou, pire encore, n’essayez pas de persuader les autres d’adopter votre position. Soyez simplement sûr de vous pour exposer vos idées lorsqu’on vous le demande et pour représenter et communiquer vos propres vérités lorsque cela est nécessaire. En communiquant votre position avec le monde extérieur, vous renforcerez également la confiance en vous.

IV) Création : soyez créatif ! Ne laissez pas les événements du monde vous apaiser ou vous réduire à néant. Ne soyez pas impuissants face à vos propres potentialités à cause des incertitudes extérieures. C’est précisément dans ces moments de dissolution et de renouvellement que la créativité est la plus nécessaire. Être créatif n’implique pas seulement un point de vue artistique. Tout le monde ne peut pas être peintre ou musicien, etc. Mais la véritable créativité consiste à faire preuve de résilience et à trouver de nouvelles façons de faire les choses. De nouveaux modes de vie ; des passe-temps différents ; l’apprentissage de nouvelles compétences ; se préparer physiquement, mentalement et émotionnellement. Être créatif, c’est faire preuve d’adaptation dans les moments de changement.

V) Compréhension : soyez compréhensif face à ce changement et à la façon dont il affecte les autres. Reconnaissez qu’il y aura de nombreux points de vue et opinions contradictoires. Reconnaissez que de nombreuses personnes choisiront non seulement de ne pas être d’accord avec vous, mais qu’elles pourront même attaquer votre point de vue. Ne laissez pas cela vous détourner de votre propre compréhension, de votre foi et de votre confiance en vous. Comprenez toute la portée des implications plus larges et permettez aux autres d’avoir leurs propres opinions tant que cela n’empiète pas sur les vôtres. Et si, plus tard, certaines personnes souhaitent se rallier à votre façon de comprendre, soyez aimable avec elles et ne les jugez pas. Nous apprenons tous à notre propre rythme.

Peut-être ces cinq « voies C » nous aideront-elles à avancer dans les voies que nous avons choisies pour le moment. Il n’est pas nécessaire d’avoir une image complète ou de savoir exactement comment seront les prochaines années.

Pour l’instant, il suffit de visualiser que vous êtes déjà dans le monde que vous souhaitez, mais qu’il n’a pas encore été construit. Vous êtes là, énergétiquement – plus tard viendront les structures physiques. Imaginez qu’il y a deux bateaux sur l’eau, un vieux bateau qui coule et un nouveau.

Placez-vous sur le nouveau bateau et sachez que vous y êtes déjà, même s’il semble vide et sans équipage complet. Car si vous croyez rester sur le vieux bateau qui coule, vous dépenserez trop d’énergie à vous inquiéter de la façon dont il coule et à courir partout, cherchant désespérément des solutions inconnues.

Mais sachant que vous êtes déjà sur le nouveau bateau – la nouvelle Arche – vous vous sentirez plus équilibré et plus énergique, prêt à naviguer lorsque les eaux deviendront plus claires.

Vous êtes déjà là où vous souhaitez être – c’est juste que les nouvelles structures ne se sont pas encore matérialisées. Mais énergétiquement – vibratoirement – vous êtes déjà aligné avec la nouvelle phase du chemin humain que vous avez choisi.

Comme Buckminster Fuller l’a également dit : « Nous sommes appelés à être les architectes de l’avenir, pas ses victimes. » Le nouveau bateau n’a pas de place pour les victimes, mais beaucoup de place pour ceux qui ont une nouvelle vision de l’avenir.

Par Kingsley L. Dennis, Rédacteur invité


Retrouvez-moi sur Odysee, Telegram et GETTRCe contenu ainsi que les informations et les opinions qui y sont exprimées sont ceux de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement mon opinion.