Jeshua : Naissance et enfance

Bien-aimés frères et sœurs de la lumière. Mon cœur est rempli de joie de voir qu’il y a tant d’énergie d’amour en vous. Et cette lumière intérieure brille de plus en plus, de sorte qu’elle se répand dans l’univers entier pour que nous puissions la voir.

Aujourd’hui, je vous donne un aperçu de l’époque de ma naissance, de mon enfance et de l’attitude envers la vie dans mes premières années, dans la vie de Jésus sur terre.

Ma naissance a été prophétisée et ma mère Marie a su de quelle puissance le fruit a grandi dans son sein. Et les étoiles ont indiqué le chemin vers nous pour que les rois mages puissent faire leurs louanges.

Cela s’est passé au printemps de la 4e année de votre calendrier.

Mon enfance était insouciante et je respirais l’environnement sain et aimant de mes parents. Même si nous étions souvent en déplacement, j’ai toujours eu le sentiment d’une sécurité absolue et ma confiance en tout ce qui EST s’est solidifiée.

C’est ainsi que j’ai grandi, que mes frères sont nés et que mes sœurs sont nées.

Mes premières années ont été marquées par le sentiment d’amour et d’être arrivé sur terre.

Mes parents étaient pleinement conscients de leur tâche et, chaque fois que cela semblait nécessaire et possible, ils m’ont accompagné d’une manière merveilleuse.

J’ai été progressivement informée de mes devoirs.

Beaucoup de choses étaient dictées par la tradition, car j’étais de la maison de David et ce fait expliquait que je prenne le titre de roi. Mais il y avait encore du temps avant cela.

C’est l’an 12.

A cette époque, notre famille était en Egypte, à Alexandrie. Mon père exerçait sa profession en tant que « charpentier ». Cependant, ce nom ne correspond pas tout à fait, car à cette époque, cela signifiait faire toute la planification, du dessin à la construction d’une maison.

C’est à cette époque que j’ai fait connaissance avec la communauté juive d’Alexandrie et ce fut une période très agréable d’apprentissage et de compréhension. Je passais des journées entières dans les salles du temple à lire les Écritures.

Nous vivions dans une petite maison et notre famille ne manquait de rien. Tout était toujours là, on s’occupait de notre bien-être physique comme de notre croissance spirituelle.

C’était un sentiment d’intimité absolue avec Dieu qui a accompagné notre famille partout où nous sommes allés. Et mes parents ont eu cette profonde prise de conscience intérieure qu’ils ne s’en souciaient pas.

Le temple est lentement devenu ma maison. J’y passais de plus en plus de temps, et les frères de cette église étaient ouverts et je pouvais leur poser mes questions.

Mon besoin intérieur d’apprendre et d’expérimenter la connaissance des choses ultimes grandissait.

À cette époque, j’ai également commencé à entrer en contact avec mes professeurs. Grâce à mon intuition et à ma capacité d’entendre « la voix de Dieu », j’ai pu acquérir très tôt une compréhension qui a étonné beaucoup de gens.

L’interprétation des Écritures était un sujet majeur dans de nombreuses discussions avec les scribes.

J’ai pu m’y exercer à Alexandrie et j’ai progressivement acquis une connaissance approfondie de nos tâches et de la vie sur terre.

Lorsque les choses se sont calmées à Jérusalem et ont semblé permanentes, nous sommes revenus et, à l’âge de douze ans, j’ai été officiellement initié au temple.

La connaissance que j’avais acquise des Écritures et ma façon de les présenter en étonnaient plus d’un.

La communauté juive de Jérusalem était fidèle aux Écritures, et la facilité avec laquelle j’en parlais et mes interprétations n’étaient pas vraiment les bienvenues.

Au fur et à mesure que notre famille s’est agrandie, après Jacobus est venu Simon, puis Judas, mon chemin a commencé à s’étendre devant moi. J’ai souvent oublié le « temps » qui m’entourait alors que j’écoutais les réponses de Dieu.

Le pouvoir de l’amour a commencé à s’étendre en moi et il m’a souvent semblé que je fusionnais avec le monde entier.

« La liberté que j’apporte n’est pas de ce monde, mais elle rachètera ce monde ».

J’ai grandi dans cette conscience. Ma vie quotidienne était celle d’un garçon de cette région.

J’aidais le père au travail pour apprendre le métier, je jouais avec mes frères et sœurs, nous avions entre autres un grand jeu de balle, un peu comme votre match de football, et il y avait souvent beaucoup de jeunes qui partageaient la joie de ce jeu.

Parmi eux, il y a eu beaucoup de compagnons plus tard, et pendant cette période, j’ai aussi montré la capacité de guérir.

Partout où quelqu’un était blessé, j’essayais de donner mon pouvoir de guérison. Soit je posais mes mains sur la zone douloureuse de la personne concernée, soit je me concentrais et envoyais des « faisceaux de lumière » dans le champ énergétique de la personne.

Des années plus tard, cette capacité a acquis une grande puissance, et où que je sois, il émanait de moi une puissance lumineuse qui transformait et guérissait les gens. Au cours de ces premières années, j’ai testé cette bénédiction divine.

Ma mère était occupée à s’occuper de la famille dans ces années-là, et sa gentillesse et son amour pour tous les gens étaient pour moi une source de connaissance pure, qui se manifestait dans la vie quotidienne par ses actions. Pour elle, il n’y avait ni bien ni mal et tout jugement lui était étranger.

Elle ne disait jamais de mal des autres, et son cœur était plein de bonté et de pleine conscience. L’amour de mes parents était fondé sur une profonde compréhension intérieure de leur partenaire, et j’ai souvent eu l’impression que cet amour grandissait au fil des ans, car on pouvait lire dans leurs yeux à quel point leurs cœurs étaient vraiment proches.

Dans cet environnement, j’ai pu m’épanouir et les préparatifs de mon affectation se sont poursuivis en 18 lorsque j’ai commencé à absorber le « pur enseignement ».

Communauté d’Essen

Mon accueil dans l’église d’Essen, en dehors de Jérusalem, a été la suite « logique » de mon parcours de formation et de croissance. De compréhension et de devenir.

Au cours de ces années, j’ai acquis les compétences les plus essentielles et toutes les connaissances sur la véritable raison de l’existence des humains sur terre. Beaucoup de choses m’ont été transmises par mes frères de Qumran, mais j’avais reçu l’essentiel à travers mes canaux de lumière qui s’ouvraient de plus en plus.

Mon cœur était ouvert de manière inconditionnelle et je pouvais ainsi me connecter de manière satisfaisante avec le monde au-delà du nôtre. C’étaient les années qui précédaient la croissance, à la fois physique et, surtout, spirituelle.

Pendant cette période, nous nous rencontrions fréquemment, car John était aussi un frère de l’église, un peu plus âgé et bien avancé sur la voie de la diffusion du message de pureté, de droiture, d’humilité, de clarté et de dévotion à Dieu.

Nous nous sommes reconnus en tant qu’enfants, et bien que nous ne nous voyions pas très souvent, il y avait une intimité partagée, encore ressentie, et une compréhension au-delà des mots.

Ce qui nous reliait était la dévotion à Dieu et la connaissance de nos missions. Et au fil de ces années, cette prise de conscience s’est consolidée, quant à l’importance de notre naissance dans cette partie du monde.

Nous nous sommes souvent assis pendant des heures sur des pierres ou sous un arbre ombragé, dans le sable du désert ou dans la cour du temple.

Nous avons parlé du Père céleste et de la manière dont s’effectue le retour éternel dans l’unité. Mais nous avons passé la plupart du temps en silence. Immergés en nous et connectés à la source qui nous a amenés ici, nous a réunis et éclairés.

Finalement, le moment est venu et Johannes est parti déployer sa mission tout seul. Il y a eu une grande fête d’adieu et les larmes qui ont coulé étaient surtout des larmes de joie. Car ce n’était pas un adieu définitif et chacun savait que le mystère devait s’accomplir.

Et chacun a ressenti un lien profond avec ses frères, au-delà de toutes les limites que notre corps nous impose.

Les années qui ont suivi l’ont fait connaître, car son esprit vif et son dévouement acharné à la vérité ne sont pas passés inaperçus. Pendant ce temps, je traversais mes « processus », ma conscience augmentait régulièrement, ce qui m’était destiné grandissait et je déployais ma conscience divine.

Mes pérégrinations

Plein de paix en moi, j’ai dit au revoir à mes frères pour entreprendre mon « dernier » voyage pour l’instant.

Je suis allé en Egypte, en Syrie, en Grèce. Mais ce voyage m’a conduit dans mon cœur, dans mon être intérieur et j’ai vu mon expression éternelle de l’amour dans la conscience de l’unicité de toute vie.

Pendant ce temps, j’ai visité de nombreux villages et villes. J’ai étudié les gens et leur comportement, leurs intentions et leurs motivations. Son histoire était comme un livre ouvert devant moi, je lisais son esprit et je pouvais voir ses sentiments.

Ma vision s’est aiguisée et les réponses sur le sens d’une vie humaine m’ont été données.

Encore et encore, je me retirais et souvent je me perdais pendant des jours dans une conversation avec mon Père céleste. Avec les messagers célestes, les maîtres au-delà du visible et avec les frères et sœurs de ma maison spirituelle.

Pendant ces années d’errance, je me suis finalement tourné vers mon être complet et j’ai pleinement accepté ce qui m’était donné. Ainsi, j’ai grandi dans les chaussures qui m’étaient taillées, ma famille était maintenant le peuple de la terre entière, tous les êtres vivants et chaque conscience dans la création de Dieu.

Lorsque je suis retourné à Jérusalem, j’étais différent et pourtant j’étais celui que j’ai toujours été : QUI JE SUIS.

 » … alors j’entrai dans l’eau pour Jean et mon cœur fut rempli de joie, je laissai mes sandales sur le rivage et lorsque les eaux du Jourdain m’enveloppèrent, une grande paix se répandit autour de nous et dans le cœur des hommes… « .

Ainsi fut scellé ce qui était destiné depuis l’éternité. L’unité éternelle de l’homme avec Dieu, l’unité entre le ciel et la terre. »

Enfant bien-aimé de Dieu,

nous sommes tous unis et reliés par le pouvoir de l’amour omniprésent. Acceptez ce fait et déployez votre beauté. C’est seulement de cette façon que l’on peut faire l’expérience de l’unité.

Et en vérité, nous sommes TOUS un.
Vous êtes infiniment aimés.

JESUS CHRIST

Jahn J Kassl

Ce contenu ainsi que les informations et les opinions qui y sont exprimées sont ceux de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement mon opinion.

A propos de Giuseppe 18618 Articles
L'amour comme but ultime !