La Convention sur les armes biologiques débute lundi

Les yeux du monde entier se tourneront vers Genève, en Suisse, à partir du lundi 28 novembre 2022, et la conférence durera jusqu’à la mi-décembre.

C’est là que les pays de l’ONU pourront proposer des changements à l’actuelle Convention sur les armes biologiques (CIAB). Ces conférences ont lieu tous les cinq ans depuis 1972 et ne sont rien d’autre que des cérémonies.

Cette année, cependant, compte tenu des récentes allégations de la Russie contre les États-Unis, la neuvième édition de la conférence d’examen de la CIAB est le prochain champ de bataille diplomatique pour tenir l’État profond responsable de ses méfaits biologiques en Ukraine.

La Russie proposera de modifier les systèmes et la structure de la Convention sur les armes biologiques, car le format actuel confère aux États-Unis, ou à l’un des cinq grands présidents permanents, une quasi-immunité diplomatique en leur permettant d’opposer leur veto à toute avancée les concernant. En termes simples, pour que le reste du monde puisse enquêter sur les États-Unis pour leurs crimes biologiques contre l’humanité, nous devons modifier les mécanismes d’équilibre des pouvoirs de l’ONU, car les États-Unis peuvent opposer leur veto à toute proposition d’enquête sur les laboratoires biologiques en Ukraine.

La Russie, soutenue par une grande partie du monde oriental, est prête à présenter un « ensemble d’initiatives » visant à atteindre son « objectif principal, à savoir éliminer les points faibles et les lacunes de la Convention sur les armes biologiques ». Selon la déclaration du ministère russe des affaires étrangères.

La Russie proposera des mécanismes de vérification plus approfondis, ainsi qu’un comité consultatif scientifique « pour suivre les derniers développements dans le domaine de la biologie aux fins de la convention. »

Il s’agit d’une réponse directe aux progrès considérables réalisés par les États-Unis dans les domaines de la nanotechnologie et de la microbiologie, grâce auxquels des acteurs compromis de l’État profond ont créé une grande variété d’agents pathogènes améliorés, dont le C19.

Le ministère russe de la Défense a également publié aujourd’hui une déclaration relative à la neuvième conférence d’examen de la Convention sur les armes biologiques, dans laquelle il met en évidence l’énorme dossier de preuves constitué contre les États-Unis.

Ce document a été mis à jour avec de nouveaux détails concernant les futurs plans américains en matière d’activité biologique militaire, qui comprennent un budget de 88 milliards de dollars pour les cinq prochaines années.

Le ministère russe de la Défense fait référence aux nouveaux documents obtenus de Judicial Watch concernant la production américaine d’anthrax, les études sur l’agent pathogène C19 à l’université de Boston, les violations de la biosécurité américaine au niveau mondial, le Metabiota de Hunter Biden, le rôle de John Bolton dans la dissimulation des avancées biologiques américaines dès 2000, et bien plus encore.

En fait, nous sommes dans une impasse. La construction actuelle de l’ONU rend impossible pour l’un des sièges permanents d’être la cible d’une enquête sur la Convention sur les armes biologiques. La Russie et l’Est cherchent donc à changer le système afin de pouvoir exercer un certain niveau de recours contre les mauvais acteurs occidentaux pour leurs crimes contre l’humanité via un génocide biologique.

Si la diplomatie échoue, la Russie, la Chine et leurs alliés seront contraints d’explorer d’autres options.

Les yeux sur Genève à partir de lundi.


Retrouvez-moi sur Telegram et GETTRCe contenu ainsi que les informations et les opinions qui y sont exprimées sont ceux de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement mon opinion.